Portrait de Gabriele d’Annunzio 2/2

Dans le domaine du vers notamment, où il excella tout jeune, (son premier recueil, Primo vere, contient les poèmes écrits en 1879 et 1880, entre 16 et 17 ans), Annunzio possède le double don sans lequel il n’est pas de grand poète : l’alliance de l’image neuve et de la sonorité ; il est plastique et musical. Romancier, il a, par les illustrations qu’il a données du culte “Amour et Beauté”, imposé à toute une époque sa vue per­sonnelle du monde, la mystique sensualiste d’un paganisme nouveau. Il est à l’origine d’un certain romanesque lyrique, tout à l’opposé de l’école naturaliste, qui, elle, a bien souvent caché, cultivé comme un vice, sous le couvert de la recherche du Vrai, un amour monstrueux, assidu, acharné de la Laideur. Il a créé une atmosphère d’enchantement qui n’appartient qu’à lui, détourné le XIXe siècle finissant des spectacles amers, des étalages complaisants de la bassesse humaine et de la platitude. Il nous a induits en des rêveries fastueuses ; il nous a rendu les clés des jardins ornés, des palais au fond des parcs ; il a peuplé nos songes de fascinantes figures de femmes, restauré les loisirs heureux ou ravagés par des passions aristocratiques.

Et sans doute, il a pu entrer quelque naïveté dans ces évo­cations, de même qu’il y eut quelque bric-à-brac dans l’exis­tence de l’auteur lorsqu’il voulut, pour son propre compte, mettre sa vie en accord avec ce luxe imaginaire.

Mais on aurait tort de limiter au goût du pittoresque et du bibelot ce vœu profond d’un cœur fervent. N’oublions pas que, dans les romans de Gabriele d’Annunzio, la Mort est toujours présente, accoudée aux terrasses avec les amoureux ou, solitaire, jouant de la harpe, en attendant son heure, dans le boudoir voisin de la chambre à coucher. Le culte “Amour et Beauté” ne peut être sincère, pratiqué avec foi, et ne peut mener loin sans que s’y glissent l’odeur attristante des roses effeuillées, la saveur de la lie au fond du verre, tout ce qui présage, an­nonce, révèle les approches de la visiteuse voilée.

Ensuite il y a entre l’esthétique et l’éthique de secrets pas­sages. Le culte du Beau ne suffirait point à faire accéder une âme à la sainteté. Le Beau ne se confond pas avec le Bon. Que de fois n’est-il pas son contraire ! Mais il est rare que quelqu’un de bien déterminé à faire du culte de la Beauté sa raison de vivre, ne soit pas porté vers ce qui est noble et vers ce qui est grand. Cette ascension est patente dans l’œuvre et le caractère de Gabriele d’Annunzio.

Comparée à son œuvre romanesque, son œuvre dramatique frappe déjà par un certain caractère d’austérité. Les passions y règnent encore en maîtresses, mais il ne s’agit plus unique­ment ici de la passion amoureuse et de l’exaltation de la Beauté. Ce sont tous les tragiques de la vie qui se donnent rendez-vous en ces drames étranges. La volonté de transposer le réel dans le lyrisme, de l’intégrer à la poésie, voilà ce qui crée l’unité entre ces drames divers, ainsi que le lien entre ce théâtre et les romans qui l’ont précédé.

[« Le danger est l’axe de la vie sublime », Annales politiques et littéraires n°1709 (26/03/1916)]

Les Lettres françaises garderont une reconnaissance parti­culière à ce grand poète italien, ce merveilleux génie bilingue, qui sut couler ses sentiments, ses rêves légendaires, la vibration de sa lyre épique et sacrée dans notre “doux parler”. Lui-même s’est dépeint tel qu’il fut en sa première jeunesse, attentif aux leçons de ceux qu’il nomme ses deux maîtres en matière de langage : l’Italien Ernesto Monaci et le Français Gaston Paris. Il a conté comment, à la veille de la Grande Guerre, exilé sur notre sol, entre le cap de Grave et l’Adour, il se plaisait à reconnaître, au cours de ses promenades à cheval, le long des grèves, dans le large déferlement de la houle atlantique, la grande chevelure glauque de la fée Morgane, divinité bienfai­sante des Gaules. Or, « en cet automne lointain des Landes », le poète écrivait le Martyre de saint Sébastien, ce poème fran­çais, unique dans notre littérature, où les sources communes de notre langue et de la langue italienne retrouvent parfois leur surgeon primitif, comme deux sœurs jumelles, à certaines heu­res, et quoique depuis longtemps séparées, sentent palpiter en­core au fond de leur subconscient le souvenir du tendre emmêle­ment qu’elles avaient dans le sein maternel.

Ce français poétique de Gabriele d’Annunzio est « en dehors de tout » peut-être, hors du courant, hors du temps écoulé. Mais quelle étonnante merveille ! Nourri aux allégories et symboles du Roman de la Rose, aux truculences et trivialités magnifiques de nos vieux fabliaux, il est, avec cela, aussi éloigné que pos­sible de l’archaïsme pédantesque, aussi embaumé, aussi frais qu’un parterre de fleurs à l’aurore.

Vint la guerre. On sait ce que la France doit à Gabriele d’Annunzio. Dans la lettre fameuse que le poète écrivit à Mau­rice Barrès, le jour où l’Italie se rangea aux côtés des Alliés, il est une phrase superbe que je n’ai jamais pu relire sans être parcouru de ce frisson qui se transmet de l’âme au corps lorsque retentit dans l’air la voix de l’héroïsme : « … le vert et le bleu de nos drapeaux confondent leurs couleurs dans le soir qui tombe ».

Une vie nouvelle commençait alors pour le grand écrivain. Elle devait être courte et flamboyante. Six années à peine, avant la retraite au bord du lac, sur la colline ! Mais, à partir de ce mois de mai 1915, où il quitta son appartement parisien pour regagner son pays, qu’il allait entraîner dans la guerre, quel changement chez cet homme qui, moins d’un an aupara­vant, souriait, au milieu d’un cercle de femmes, dans les théâ­tres et les salons de Paris.

Pourtant, du premier jour où son destin le requiert d’agir, il est prêt, armé chevalier en lui-même, et par lui-même, et sur l’heure ! De la religion “Amour et Beauté”, sans transition apparente (mais les transitions, il les avait sans doute vécues dans son cœur, durant ses méditations solitaires sous les pins brûlants d’Arcachon), il passe, non seulement au culte des Héros, mais à la pratique de l’héroïsme, non seulement à la “chanson de geste”, mais à la “geste” elle-même. Il n’est plus le troubadour qui s’exalte à célébrer les exploits des Ro­land, des Olivier, des Renaud. Il est l’égal des preux. Et un jour, il les surpasse. Il s’est élancé dans le ciel, suivi de ses compagnons montés sur des monstres ailés. Il libère Fiume, comme Persée délivra Andromède, et il la rend à sa patrie.

François Porché, extrait de La Revue Belge, 1920-1930.

http://www.archiveseroe.eu/lettres-c18386849/40

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s