L’euro sans l’Allemagne

par Michael Hudson.

La réaction au sabotage de trois des quatre pipelines Nord Stream 1 et 2 en quatre endroits le lundi 26 septembre s’est concentrée sur les spéculations quant à l’identité du coupable et sur la question de savoir si l’OTAN fera une tentative sérieuse pour découvrir la réponse. Pourtant, au lieu de la panique, il y a eu un grand soupir de soulagement diplomatique, voire de calme. La mise hors service de ces pipelines met fin à l’incertitude et aux inquiétudes des diplomates des États-Unis et de l’OTAN qui ont failli atteindre une proportion de crise la semaine précédente, lorsque de grandes manifestations ont eu lieu en Allemagne pour demander la fin des sanctions et la mise en service de Nord Stream 2 pour résoudre la pénurie d’énergie.

Le public allemand commençait à comprendre ce que signifiait la fermeture de ses entreprises d’acier, d’engrais, de verre et de papier toilette. Ces entreprises prévoyaient qu’elles devraient mettre la clé sous la porte – ou transférer leurs activités aux États-Unis – si l’Allemagne ne se retirait pas des sanctions commerciales et monétaires contre la Russie et n’autorisait pas la reprise des importations de gaz et de pétrole, et vraisemblablement leur diminution par rapport à leur augmentation astronomique de huit à dix fois.

Lire la suite ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s