Immigration, retraites, insécurité, banlieues : où sont les vrais chiffres ?

La République macroniste a ses pudeurs. Lorsqu’un coin du voile se soulève, la France découvre soudain, sidérée, des chiffres essentiels, cachés ou interdits durant des décennies.

Les chiffres des fraudes aux retraites en Algérie donnés sur CNews, le 26 septembre, par Dimitri Pavlenko tiennent de ces surgissements de la vérité façon geyser sous une chape de plomb. La question intéressait les Français et personne jusqu’ici ne l’avait soulevée.

Prenons donc d’autres chiffres, ceux de la CNAV [Caisse nationale d’assurance vieillesse, NDLR], publiés en mars dernier. Plus de 1,1 million de retraités percevant une retraite sur la base du régime général résident à l’étranger ; ce sont 7,4 % de nos retraités. Parmi eux, 465.000 vivent en Afrique, soit plus de 40 %. L’essentiel du contingent réside en Algérie (348.000), devant le Portugal (165.000) et l’Espagne (161.000). Enfin, au total, selon la CNAV, nos organismes de retraite français versent des allocations à plus de 3 millions de retraités nés à l’étranger, soit un retraité sur cinq du régime général. Ces chiffres en disent long sur la réalité de l’immigration en France. Entendons-nous, les étrangers qui ont travaillé en France ont droit à leur retraite, ils ont aussi le droit de la prendre dans leur pays d’origine. La question sans réponse est celle-ci : quel est, parmi ce très large contingent, le pourcentage de fraude ? Ce document de la CNAV ne le dit pas. Il faut lire sur ce sujet l’étude implacable de notre journaliste Clémence de Longraye.

L’épisode en rappelle un autre, récent. Cette fois, c’est le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin lui-même, qui, pour les besoins de sa communication, levait le voile du silence. En août dernier, il révélait que 55 % des délinquants interpellés à Marseille étaient étrangers, 48 % à Paris et 39 % à Lyon. Pourquoi ces chiffres n’ont-ils jamais été publics ? Pourquoi est-ce la liberté du ministre de l’Intérieur de les communiquer ou non ? Drôle de question dans une démocratie.

En épluchant des rapports officiels, BV a encore mis le doigt sur les énormes transferts de fonds des immigrés vers leurs pays d’origine. Les chiffres d’Eurostat montrent que la France est le pays d’Europe qui envoie le plus d’argent vers l’étranger. En 2020, pas moins de 11,2 milliards d’euros ont ainsi quitté les frontières de l’Hexagone, expliquions-nous, preuves en main. Le chiffre a presque doublé en dix ans. Selon le rapport de la Banque de France, ces exportations financières vont en priorité vers l’Afrique du Nord et subsaharienne. Hors de nos lecteurs, qui le sait ?

La concordance, à quelques heures près, entre les déclarations d’Ursula von der Leyen et celles d’Emmanuel Macron sur l’envoi de migrants dans nos campagnes et la mise en œuvre de cette politique de repeuplement imposée, jamais évoquée dans le programme du candidat Macron, relèvent aussi du mensonge gravissime, par omission cette fois.

Questions taboues : quel est le taux d’étrangers et de doubles nationalités parmi les interpellés partout en France et ville par ville ? Quel était ce chiffre, voilà vingt ans ? Combien d’étrangers et de doubles nationalités condamnés par les tribunaux ? Quel est le poids de l’immigration sur les prestations sociales et le coût de nos hôpitaux ? Quelle est l’efficacité et la rentabilité des fonds prodigieux engloutis dans notre politique dite « de la ville » ? Quels organismes et associations bénéficient de subventions publiques au plan national (on les trouve à peu près dans un document, Le Jaune), mais aussi régional, départemental et communal ? Il n’y a pas d’obscénités démocratiques, pas de pudeur manipulatrice. L’État doit aux Français les chiffres clés du débat.

Marc Baudriller

https://www.bvoltaire.fr/immigration-retraites-insecurite-banlieues-ou-sont-les-vrais-chiffres/

Une réflexion sur “Immigration, retraites, insécurité, banlieues : où sont les vrais chiffres ?

  1. GBoyer

    Moi j’aimerais aussi connaître la religion des protagonistes. Par exemple, quand les médias parlent de la Manif’Pour Tous, ils soulignent expressement et avec insistance non seulement que ce sont des catholiques, mais ils les racisent en employant l’expression péjorative (pour eux) de cathos tradis.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s