Les Etats-Unis manoeuvrent dans un champ de mines

JPEG

Les actions récentes et répétées des États-Unis envers Taïwan ne peuvent être considérées séparément. Elles ne peuvent être qualifiées de spontanées.

Une caractérisation conceptuelle plus précise est plutôt un comportement provocateur qui verse de l’huile sur les flammes de l’escalade des tensions internationales et soulève de sérieuses questions sur les intentions et les objectifs de Washington derrière ces actions.

Jusqu’à récemment, beaucoup pensaient que la visite de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, à Taïwan au début du mois d’août, avait eu lieu sans coordination ni feu vert du président Joe Biden.

Certains ont rejeté la justification de la visite comme étant une démarche personnelle de la principale législatrice démocrate de la Chambre des représentants des États-Unis pour revendiquer une victoire politique qualitative avant les élections de mi-mandat du Congrès en tant que plus haut responsable américain à visiter l’île en 25 ans.

Mais une série de visites de membres du Congrès américain quelques jours plus tard mérite qu’on s’y arrête. Et non seulement ces visites, mais aussi le passage de navires de la marine américaine dans le détroit de Taïwan, ont provoqué l’indignation de la Chine. La Septième Flotte américaine a décrit cela comme une réaffirmation de l’engagement des États-Unis au libre passage dans le détroit.

Ces manœuvres américaines soigneusement calculées, qu’aucun observateur ne peut ignorer, ne sont définitivement pas dans l’intérêt de la sécurité et de la stabilité mondiales. Il est compliqué de répéter de telles actions et pour Washington d’attendre à chaque fois la même réponse de la Chine – de la retenue et une gestion prudente de la situation.

La Chine n’est plus le pays qu’elle était il y a deux ou même dix ans. Au contraire, elle a accumulé, et continuera d’accumuler, des éléments de puissance globale et les États-Unis le comprennent bien. Il est donc difficile d’accorder beaucoup de crédit à la patience stratégique de la Chine face à de telles crises.

Les menaces chinoises répétées ne sont plus prises en compte, car les États-Unis continuent d’accroître la pression sur Pékin et de saper son image et sa réputation de puissance internationale émergente. Cette situation est nettement différente de la pression calculée exercée par les administrations américaines précédentes, y compris l’administration Trump.

Les États-Unis prennent des risques imprudents sous Biden. Il y a une croyance mondiale croissante que la politique étrangère américaine devient plus impulsive et imprudente que sous Trump.

La poursuite du soutien militaire à l’Ukraine tout en sacrifiant les intérêts des sociétés européennes confrontées à la pire crise énergétique des temps modernes, et la pratique excessive de la politique de la corde raide dans le cas de Taïwan, malgré toute la sensibilité de l’environnement international, qui ne résisterait à aucune autre guerre de gros calibre, en sont des exemples.

Il est bien connu que l’on tente dans les milieux américains de relancer le rythme de la confrontation stratégique avec la Chine, ou du moins de la persuader de se retirer du soutien à la Russie et d’exploiter le désir de la Chine de poursuivre sa voie de développement sans tomber dans le piège qui lui est tendu.

Le fait est qu’éviter une confrontation avec la Chine est dans l’intérêt de cette dernière et affaiblit les chances des États-Unis de maintenir leur rôle de puissance internationale dominante. La visite de Pelosi et les autres démarches ne sont donc qu’un prélude pour provoquer le dragon chinois à abandonner sa prudence et à s’engager dans un conflit militaire qui épuisera sa force croissante.

Cela explique pourquoi ces démarches vont se poursuivre dans un avenir prévisible. Bien entendu, on ne peut pas dire que l’administration Biden ignore la situation internationale actuelle et ses sensibilités. Il a ouvert son mandat en annonçant le retour des États-Unis.

Mais il semble avoir une interprétation subjective différente de ce retour. Les États-Unis sont bel et bien de retour. Mais ils provoquent à nouveau des crises et alimentent les guerres et les conflits au lieu de les apaiser.

La Chine, pour sa part, a jusqu’à présent géré la crise liée à la visite de Pelosi et d’autres à Taïwan et a maîtrisé la situation. Et elle ne s’est pas laissée provoquer. C’est tout à fait normal dans la culture chinoise.

Cette sagesse confucéenne a épargné au monde une crise plus grave, plus influente et plus profonde que celle de l’Ukraine. Les États-Unis devraient être conscients qu’ils sont en train de perdre rapidement leur position dans le monde.

Il ne s’agit plus d’être une puissance responsable agissant dans le cadre du droit et des principes internationaux, mais d’être le garant, même en théorie, de ce droit et de ces principes. Mais Washington glisse progressivement vers une position qui fait d’elle une menace pour la paix et la sécurité internationales aux yeux de beaucoup.

Cela contribue et même accélère la propagation du chaos et des troubles dans le monde. L’escalade des conflits et des crises à laquelle nous assistons dans divers pays et régions est peut-être un signal d’alarme sur le danger que représente la prochaine étape des relations internationales.

Tout le monde est conscient que les menaces potentielles ne se limitent plus aux sources traditionnelles et non traditionnelles, comme le reconnaissent la plupart des experts, mais concernent également un manque de contrôle sur l’ordre mondial. Cela tente plusieurs dans le monde à la violence et alimente de nouveaux conflits, guerres et tensions.

par Dr. salem alketbi (son site)

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-etats-unis-manoeuvrent-dans-un-243725

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s