1200 : Capétien et Plantagenêt

Soucieux de chasser les Plantagenêt du royaume de France, Philippe-Auguste se battit en vrai capétien, avec « réalisme, patience, esprit d’opportunité ».

Le traité du Goulet fut l’occasion d’un répit, sans faire illusion…

Cette année-là, la vingtième de son règne, Philippe II Auguste, trente-cinq ans, signait le 22 mai le traité du Goulet qui le mettait en position de force face au roi d’Angleterre et dont la clause principale était le mariage du prince royal Louis, treize ans, avec Blanche de Castille. douze ans, fille du roi Alphonse VIII de Castille.

La petite-fille d’Aliénor

Il importe de rappeler ici que celle qui allait donner à la couronne de France neuf enfants, dont le grand saint Louis, était par sa mère Aliénor d’Angleterre, la petite-fille de la trop belle Aliénor d’Aquitaine que nous avons vue dans nos précédents articles passer avec son colossal héritage – presque la moitié de la France – du lit de Louis VII, roi de France, à qui elle n’avait pas donné d’enfant mâle, à celui d’Henri Plantagenêt juste avant que celui-ci joignît à ses titres de comte d’Anjou et de duc de Normandie celui de roi d’Angleterre… Agissant ainsi cette femme légère avait suscité entre les deux royaumes une zizanie qui devait marquer pour de longs siècles l’histoire de l’Europe. C’est dire l’importance de cette union de 1200. La vieille Aliénor, alors soixante-dix-huit ans, tint à aller elle-même, comme pour se repentir, chercher sa petite-fille outre-Pyrénées pour la conduire auprès du petit-fils de son premier mari…

Philippe-Auguste, que nous avons laissé dans notre dernier numéro tout jeune et déjà veuf d’Isabelle de Hainaut, s’adonnait alors à réguler les mouvements féodaux, à châtier les bandes errantes de pillards désoeuvrés, à veiller à la bonne administration du royaume, à embellir Paris… Mais il ne cessait de se préparer à chasser les Plantagenêt du royaume de France. Contre Henri II d’abord, puis contre les deux fils qu’Aliénor avait donnés à ce rustre, le presque estimable et même légendaire Richard dit Coeur de Lion, et le morbide Jean Sans Terre, Philippe allait se battre en vrai capétien, avec, écrit Bainville, « réalisme, patience, esprit d’opportunité ».

Parti en croisade en 1190 avec Richard, il avait, avec l’accord du pape, quitté Saint-Jean d’Acre au bout de quelques mois pour des raisons de santé mais surtout pour profiter de l’absence, puis de la captivité de Richard tombé aux mains de l’empereur germanique. Utilisant habilement les failles du système successoral anglais, il avait soutenu Jean contre Richard, puis, après la mort de celui-ci dans des conditions indignes d’un preux, il avait embrassé la cause du tout jeune Arthur de Bretagne, fils de Geoffroy, frère aîné de Richard et de Jean. Pendant ce temps, Jean avait déjà mis la main sur les possessions françaises des Plantagenêt, dont la Normandie, mais ce fourbe désirait alors une accalmie…

Renonciations

C’est ainsi qu’en 1200, Philippe le prit au mot et le reçut à Paris puis lui imposa dans l’île du Goulet, près de Vernon, le traité du même nom, par lequel Jean, d’une part, renonçait à soutenir les prétentions d’Othon de Brunswick à l’Empire contre le candidat français, d’autre part, rendait hommage au roi de France son suzerain pour toutes ses possessions françaises. Il abandonnait en outre le comté d’Evreux et ses fiefs berrichons au jeune prince Louis pour constituer la dot de Blanche de Castille. De son côté Philippe renonçait à faire valoir ses droits sur la Bretagne.

La Normandie redevient française

Traité d’équilibre, occasion d’un répit, mais cela ne faisait illusion à personne. En fait il restait à Philippe à saisir l’occasion de prendre Jean en faute. Chose aisée, puisque celui-ci n’accomplissait pas ses devoirs envers ses vassaux, qu’il persécutait même parfois ! Ceux-ci l’attaquèrent en justice en 1202. Les pairs du royaume prononcèrent la confiscation de ses biens français, à charge pour Philippe d’exécuter la sentence. Ainsi la Normandie redevint-elle française : après la prise de la forteresse de Château-Gaillard, Philippe put entrer dans Rouen. Le Maine, l’Anjou, la Touraine et le Poitou suivirent le mouvement, mais l’Aquitaine restait encore pour le moment entre les mains du Plantagenêt. En même temps, la mort du malheureux Arthur de Bretagne permit au roi de faire passer la Bretagne dans l’orbite capétienne, en donnant en mariage Alix, la soeur d’Arthur, à un descendant de Louis VI le Gros.

Pendant qu’en Angleterre la monarchie fonctionnait si mal que les populations se révoltaient (c’était le temps de Robin des Bois) et que les seigneurs s’apprêtaient à imposer à leur roi pour le ligoter la fameuse Grande Charte (15 avril 1215), la monarchie française, créatrice d’un État fort et rassembleur, constituait un modèle de continuité sans heurts et de sage gouvernement. C’est pourquoi Philippe-Auguste pouvait dès lors tenir tête à l’Angleterre et à l’Empire réunis contre nous. En 1214, à Bouvines, on allait voir se manifester la force du sentiment national, comme nous l’avons déjà raconté dans L’AF 2000 du 20 novembre 2008.

MICHEL FROMENTOUX L’ACTION FRANÇAISE 2000 du 17 au 30 septembre 2009

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s