Vienne 1683: la charge de cavalerie qui a sauvé l’Europe

128b23bb793622eacf5aba7fd732f2c3.png

À Vienne en 1683, les Polonais ont soutenu l’Empire autrichien en écrasant les Turcs lors de la dernière bataille qui a sauvé l’Europe

Andrea Muratore

Source: https://www.ilgiornale.it/news/cultura/carica-cavalleria-che-salv-leuropa-cos-vienna-fu-rotto-1971412.html?fbclid=IwAR2tfxT8owTYl28X_jiDSIYy5CHO-YQc_DGlYtt8DPzmBU-VNkt3PIanRsY

La charge de cavalerie qui a sauvé l’Europe : comment le siège a été brisé à Vienne

Vienne, le 11 septembre 1683. Sur le mont Kahlenberg, soit la colline de Kahlenberg située non loin de la capitale de l’empire des Habsbourg, une mêlée confuse oppose les troupes ottomanes qui assiègent la ville et les forces de l’empereur Léopold Ier. Le siège turc de Vienne, le deuxième après celui de 1529, est arrivé à son dernier jour. Plus d’un siècle après la bataille de Lépante, l’Europe fait face à une nouvelle avancée du Grand Turc, cette fois-ci par voie terrestre.

Les Janissaires, les forces spéciales les plus avancées de l’armée ottomane, et les forces du duc Charles V de Lorraine, parmi lesquelles se trouvait un jeune officier qui allait faire carrière, Eugène de Savoie, se sont âprement battus à quelques kilomètres de la ville assiégée. À l’époque, on craignait que la grande peur de l’invasion turque ne se matérialise à nouveau pour l’Europe, mais lorsque les faits se sont avérés, une seule attaque a suffi à changer le cours du siège et, à sa manière, de l’histoire.

« Jesusmmaria » : au milieu de la mêlée, un cri retentit et en un rien de temps, le Kahlenberg est envahi par ce qui semble être une légion d’anges. Ce sont des cavaliers en armure, armés d’un sabre et d’une lance de six mètres ; sur leurs épaules, ils portent un montage en bois auquel est attaché un ensemble de plumes d’oiseaux, qui forment des ailes, rendent le combattant plus imposant et produisent, pendant la charge, un sifflement et un bruissement qui terrifient leurs ennemis. Il s’agit des hussards ailés, l’élément central de l’armée du roi Jean III Sobieski de Pologne qui s’est précipité vers la ville sans être inquiété. Quatre bataillons écrasent les Turcs, 15.000 hommes restent sur le terrain, l’armée ottomane subit une nouvelle raclée, cette fois définitive. En 1664, elle avait été stoppée dans sa progression par les armées impériales dirigées par Raimondo Montecuccoli (1609-1680) à la bataille du Saint-Gothard en Hongrie, pour reprendre sa marche suite aux pressions exercées par Louis XIV de France sur Istanbul pour que l’Empire ottoman prenne l’initiative contre l’Empire des Habsbourg. En 1683, l’avance ottomane est brisée et se transforme en une contre-offensive vers la Hongrie et les Balkans dans les années suivantes.

wQuSdGc.jpg

De juillet à septembre, la dernière « Grande Peur » est mise en scène, le metus d’une conquête turque du cœur de l’Europe qui s’était déjà fait sentir après la chute de Constantinople en 1453, avec le premier siège de Vienne en 1529 et avec le défi de Lépante en 1571. La participation des Polonais a donné corps à la dernière grande coalition née à des fins religieuses dans l’histoire européenne, dans une phase historique où même le roi de France avait depuis longtemps choisi une autre voie, comme l’avaient confirmé les alignements de la guerre de Trente Ans. Hors du temps et autonome, l’épisode du siège mené par Kara Mustafa Pacha n’était pas apparu comme un chant du cygne, au contraire, mais comme la continuation d’une ambition démesurée de domination de la part des Turcs. En fait, c’était un pas de trop, un pari risqué que la Sublime Porte a payé avec le début de son déclin.

L’écart entre les organisations militaires européennes et turques s’était réduit, l’art de la fortification avait produit des forteresses presque imprenables, et le déclin du moral et de l’organisation des Turcs rendait les pertes moins supportables. Le premier 11 septembre de l’histoire a toutefois été décidé par un véritable épisode de guerre psychologique : l’apparition des hussards a grandement terrifié les Turcs, leur a fait perdre le moral et a été perçue comme un signe divin de punition.

300px-Johann_Sobieski.jpg

Ce Lépante sur terre a été un épisode décisif, et le reflux de la marée turque a entraîné l’avancée des bannières autrichiennes et des domaines des Habsbourg. Vienne est devenue avide d’expansion territoriale et voulait le retour à la couronne de régions cruciales comme la Hongrie. À partir de ce moment-là, c’est la politique et la soif d’expansion territoriale, plutôt que le dualisme entre l’Islam et la Chrétienté, qui inspireront l’assaut continu de l’Autriche-Hongrie, de la Russie et d’autres puissances contre l’Empire ottoman. Il a été poussé au déclin en subissant une raclée bien prévisible due à trop d’hybris de la part de ses chefs militaires, convaincus que Vienne pouvait tomber. En un sens, l’Europe a été sauvée une dernière fois après Lépante : la dernière « guerre de religion » de l’Europe, avec le siège de Vienne, a été la dernière bataille qui pouvait être connotée comme telle de façon claire, et son extraordinaire anachronisme ne peut être comparé qu’à son rôle de tournant historique. Par la suite, masquer la logique du pouvoir par de nobles idéaux aurait été beaucoup plus difficile : l’assaut continu contre les positions ottomanes des siècles suivants en témoigne.

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/12/vienne-1683-la-charge-de-cavalerie-qui-a-sauve-l-europe.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s