La novlangue économique au travail

cfc78e8b-avatar-novlangue.jpg

La novlangue économique au travail

Dernièrement, il y a eu cinq cas d’utilisation de la novlangue dans le plan économique qui méritent d’être analysés, car pour le lecteur de la presse mainstream, les mots le trompent, ils relèvent de la novlangue. 

De plus, celle-ci a atteint un point extrême où les mots dissimulent de terribles plans, un contrôle et une domination des masses impensables il y a seulement quelques années.

1- – Europe : mettre progressivement en place le ‘Crédit Social’.

En Chine, depuis 2018, ils ont établi un « Score de crédit social » pour tout le monde, qui est calculé sur des ordinateurs centralisés, à partir de données provenant d’achats, de transactions, de voyages ou de déplacements, de lectures et d’utilisation de la presse, d’Internet, du cinéma, de la télévision…..

Ceux qui ont un bon score ont la préférence pour les emplois, les transports, les universités, le logement, et ceux qui ont un moins bon score sont limités en tout. Une déclaration publique de soutien aux idées ou aux mesures du gouvernement améliore la note, et si la note est très mauvaise, vous pouvez finir dans un centre de rééducation.

SocialScoringOeil.jpg.560x300_q85_box-0,27,1000,562_crop_detail.jpg

Tout cela est officiel, ce n’est pas un secret, bien sûr les gauches européennes ne le dénoncent pas et la presse du capitalisme ne le diffuse pas plus que modérément. Podemos, en Espagne, ne proteste pas à ce sujet puisque les communistes chinois le font.

Mais ce qui est effrayant, c’est que cette idée, sous une forme modérée et déguisée, commence à être mise en pratique en Europe. En juillet 2021, le Sénat français a créé une délégation chargée d’étudier les mesures de contrôle de la population, que ce soit pour des questions de santé, de terrorisme ou de mécontentement de masse (notamment les gilets jaunes). 

La conclusion a été d’établir des listes de citoyens « légaux » mais dangereux. Si une personne s’est montrée rebelle à ces contrôles, elle conserve sa liberté mais l’État peut la restreindre sur des questions d’emplois de fonctionnaires ou de militaires, de réductions des pensions ou des avantages, de files d’attente pour les soins, etc.

Cela a été écrit dans le mémorandum de cette commission du Sénat.

Et récemment, en Allemagne, une direction a été créée pour recueillir les accusations portées contre des « théoriciens du complot » ou des diffuseurs de « fake news » (ils décident de celles qui sont fausses).

Le 30 octobre 2020, le ministère espagnol de la Présidence, des Relations avec les tribunaux et de la Mémoire démocratique a publié l’arrêté ministériel PCM/1030/2020 « par lequel est publiée la Procédure d’action contre la désinformation approuvée par le Conseil national de sécurité. »

Sous le néo-langage du « Crédit Social » se cache un contrôle individuel qui dépend de « toutes les activités économiques de l’individu », et celui d’une valorisation pour des priorités d’accès à toute une série de droits ou de facilités au gré de l’Etat.

FCVqO24XMAQc2Qm.png

À la vitesse à laquelle cette idée progresse dans le Système, bientôt des millions de suspects seront contrôlés et inclus dans des listes de « citoyens dangereux » qui se verront refuser certains services sociaux. En fait, avec la question de la santé, cette idée était déjà mise en place sur la base du passeport de vaccination, mais ce n’était qu’un début.

2 – Une identité numérique européenne : un outil totalitaire ?

Ce n’est pas un secret, il est prévu que d’ici 2030, chaque citoyen de l’UE aura un numéro d’identification. Le règlement DAS a été établi sans propagande en 2014. Et en 2021, il s’appellera « Portefeuille d’identité numérique européen ». C’est beau, c’est de la novlangue. 

eu-digital-wallet.png

Ce qui pourrait être quelque chose de très raisonnable pour la mentalité normale, cache d’énormes dangers. On pourrait le traduire par « nous vous contrôlerons dans tous les pays, un seul pays vous inscrit, vous serez enregistré dans tous ».

Ce numéro sera nécessaire pour accéder à de nombreux droits, privés et publics, ouvrir des comptes bancaires, s’inscrire dans les universités, entrer dans les hôpitaux ou louer des appartements. 

Mais il y a le problème suivant : si un pays européen classe votre numéro comme « dangereux », vous aurez des problèmes et des limitations, même si vous n’êtes pas un problème dans votre propre pays. Il y a des pays, comme l’Allemagne, qui ont bien l’intention de harceler ceux qui ne sont pas des sionistes déclarés.

Un nombre qui ouvre des portes est le même nombre qui peut les fermer.

Ce numéro pourrait être utile si ceux qui le manipulent étaient des gens honnêtes, mais entre les mains de ceux qui souhaitent faire taire les dissidents, et lorsqu’il est facile pour un pays d’être fanatique dans sa persécution et sa censure, un numéro commun est un réel danger.

3- Contrats permanents discontinus

Le travail temporaire était mal vu. De même qu’il est mal vu de qualifier quelqu’un de vieux, même s’il l’est, et on invente donc le « troisième âge » ou la « personne âgée ».

Mais il y a des réalités à affronter. Les travailleurs du tourisme ou les travailleurs du nougat ou les travailleurs agricoles saisonniers, etc. ne peuvent pas avoir de contrat permanent. Et face à une augmentation ponctuelle de la demande ou à une incertitude quant à sa continuité, des employés doivent être engagés sur une base temporaire jusqu’à ce que l’on puisse voir si cela est nécessaire sur une base permanente.

Puis vient la novlangue, et on découvre les « Contrats Fixes Discontinus ». Ils sont déjà permanents, bien que le terme « discontinu » prête à confusion. En réalité, il s’agit d’un contrat temporaire avec une indemnité de licenciement si le contrat discontinu n’est pas relancé. Une amélioration si vous le voyez de cette façon.

Mais la novlangue cache la chose la plus importante pour les politiciens :

1- Il n’y a plus de temporalité, tout est fixe, dans la lettre du moins. La propagande est immédiate, nous avons mis fin au caractère temporaire. Le fait qu’elle ne soit pas vraiment fixée est la chose la moins importante.

2- Et le plus important : comme il est permanent, à la fin de la période de travail, vous n’êtes pas au chômage, vous avez un contrat mais vous êtes en attente. Vous n’apparaitrez PAS dans les chiffres du chômage. C’est fondamental, pour mettre fin aux chiffres du chômage, pas au chômage en soi.

4 – Euros numériques

La BCE a établi en juillet 2021 un plan (qui ne sera pas réalisé si tôt, mais c’est normal dans tous les plans du système) pour qu’en janvier 2025 il n’y ait plus que des euros numériques, et non plus de la monnaie papier. 

Les excuses sont les mêmes depuis toujours, le contrôle fiscal et l’élimination de l’argent noir de la drogue. La réalité est qu’ils ne mettront pas du tout fin à la drogue, et que la fraude fiscale à grande échelle ne vient pas du fait de ne pas facturer et de facturer au noir, puisque depuis longtemps les factures de plus de 1000 euros doivent être payées par virement ou par chèque.

euro-numerique-1024x512.png

Mais ce qu’ils veulent réaliser, c’est le contrôle absolu de ceux qui apportent une aide aux groupes ou aux personnes qui ne sont pas politiquement corrects, savoir ce que vous faites et ce que vous dépensez, ce que vous achetez et ce que vous lisez, etc.

Le contrôle personnel que les banques et les administrations peuvent atteindre est énorme, tout ce qui est fait et payé irait dans leurs ordinateurs.

L’anonymat du papier-monnaie est une défense contre l’intrusion officielle dans nos vies.

Nous devrons aller payer en dollars, en francs suisses, en livres ou en crypto-monnaies.

5 – L’UE aide en donnant des milliards d’euros pour la crise sanitaire et la crise.

Il y a quelque temps, la BCE a décidé d’apporter son « aide » en achetant de grandes quantités de dette publique de certains pays, dont l’Espagne, afin de maintenir les taux d’intérêt à un niveau très bas.

Et depuis la crise sanitaire apparaissent les nouvelles en novlangue,à propos des milliards que la BCE, l’UE, le FMI donnent aux états pour surmonter les crises (d’abord la santé et maintenant la guerre en Ukraine).

Les gens, dans leur ignorance, croient que cet argent nous est donné pour surmonter ces problèmes. Et ainsi, les politiciens de l’époque peuvent donner de l’argent, subventionner l’essence ou le gaz, etc.

Mais il s’avère que de temps en temps, il est rappelé, en petits caractères, que, la plupart du temps, cet argent doit être remboursé, c’est un prêt. Et nous nous retrouvons avec une dette de 130% du PIB ou plus. 

Ce serait grave, mais c’était déjà grave à 95% du PIB avant cela. Et le nouveau sérieux vient de deux côtés :
– Si l’argent était dépensé dans des domaines qui profiteraient à l’État, favoriseraient l’activité et réduiraient le chômage, et si l’on prévoyait comment l’argent serait remboursé à l’avenir, ce serait acceptable. Mais il est dépensé sans générer d’argent en retour et il n’existe aucun plan de remboursement lorsque l’argent est récupéré.

– Pour aggraver les choses, les intérêts de la dette étaient très bas, mais ils ont commencé à augmenter de façon alarmante, beaucoup, et on ne sait pas du tout comment l’État va pouvoir payer MÊME les intérêts, et encore moins rembourser une partie de cette dette « cadeau ».

En somme, ce cadeau à l’emporte-pièce lie encore plus les Etats à la finance et les laisse encore plus dominés par les décisions usuraires des banques et de la finance.

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/10/la-novlangue-economique-au-travail.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s