Pour recadrer un peu-beaucoup le « Président » Macron !

Bouquin L'EP.jpg

François Floc’h

La récente parution du livre de Jean-Pierre Brun, « L’Esprit public ou la dernière flibuste » (1) tombe vraiment à point ! Emmanuel Macron – que d’aucun pourrait légitimement appeler Mohamed Macron – est actuellement en Algérie pour cirer, à nouveau, les babouches des héritiers du FLN.

Et cela aux dépens des intérêts matériels et moraux des Français !

Ce président a décidément toutes les caractéristiques d’un enfant gâté. « Gâté » (2) dans tous les sens du terme. Et il prouve aussi par ses déclarations algériennes qu’un enfant gâté est souvent ignare, lui ne connaissant rien de la vraie vie et de l’histoire de ceux qui nous ont précédés en notre douce et grande France !

Grâce à la revue L’Esprit Public, où de grandes plumes de la littérature n’hésitaient pas à engager leur confort et leur réputation, nous pouvons aujourd’hui recadrer notre président. Parmi ces courageux intellectuels, Jacques Soustelle (1912-1990). Gaulliste de la première heure, membre de la France libre, homme de gauche, ancien Gouverneur général d’Algérie, ethnologue spécialiste des Aztèques, académicien… rappelait quelques vérités historiques que visiblement Macron ne connaît pas. Ce texte lumineux (3) d’un Jacques Soustelle lucide et les commentaires de Jean-Pierre Brun dans son bouquin méritent d’être repris in extenso.
————————–
« Aussi et quelles que soient les péripéties du moment, est-il plus important que jamais de rappeler inlassablement quel est le fond du problème. Au-delà de toutes les campagnes de mensonges et de mystification les données de base du drame algérien demeurent inchangées, et c’est à elles qu’il faut sans cesse revenir.

La première de ces données, c’est que l’Algérie de 1954 n’était déjà plus une colonie. Une évolution politique et sociale commencée entre les deux guerres mondiales s’était accélérée à partir de 1944. Comment peut-on de bonne foi qualifier de « colonie » un territoire dont tous les habitants sont des citoyens d’un même État, qui possède ses propres assemblées élues et qui désigne ses
représentants au Parlement ?

Une discrimination subsistait sans doute sous la forme d’un double collège, avec la règle des 3/5e dans les conseils municipaux, et des 50 / 50 % à l’Assemblée algérienne et au Parlement. Mais c’est précisément ce qui fut supprimé quand, dans le mouvement unanime et enthousiaste du 13 mai 1958, le collège unique fut accepté par tous et notamment par ceux qu’on baptise aujourd’hui « Ultras » : Il est donc faux et de toute fausseté que l’Algérie étant une colonie il faille la « décoloniser » ; ce qui constitue la base de l’argumentation du Président de la République, dans son dernier discours. Comment d’ailleurs oublier que la Constitution ne prévoyait aucune mesure spéciale pour les départements algériens et sahariens, et qu’il n’existe (c’est ce que répondit par la voie du Journal officiel Michel Debré, premier ministre, aux députés Vinciguerra et Le Pen) aucune procédure constitutionnelle (4) qui permette de séparer l’Algérie de la métropole.

En deuxième lieu : si l’Algérie n’est pas une colonie ; qu’est-elle donc non du point de vue juridique (car sur ce point de vue il n’y a pas d’autre réponse que les deux mots : territoire national) mais sous l’angle des réalités historiques, ethniques et économiques ? On peut dire que c’est un pays méditerranéen qui, au cours de sa longue histoire, n’a jamais été un État. Il a été peuplé par des vagues successives d’envahisseurs venus se superposer à la couche ethnique la plus ancienne, la seule qu’on puisse dire  « autochtone », celle des Berbères. Il a été arraché à une ruineuse anarchie par la France qui l’a éveillé à la vie moderne.

Au cours des siècles et plus spécialement depuis un siècle et demi, il s’y est formé deux catégories principales de population : d’une part les anciens indigènes berbères, les Arabes immigrés et le résultat du mélange de ces deux éléments, cette population ayant en commun surtout la religion musulmane ; d’autre part des indigènes israélites, les immigrés de cette religion et les immigrés européens, cette population ayant en commun un certain mode de vie à l’occidentale. Le résultat de ces phénomènes ethniques est qu’il existe deux peuples algériens : le peuple algérien de civilisation musulmane, et le peuple algérien de civilisation judéo-chrétienne.

Tels sont les faits, et il est d’évidente absurdité de prétendre que les Arabes ont tous les droits parce qu’ils sont entrés en Algérie au Xe siècle tandis que les Européens n’y sont arrivés qu’au XIXe.

Sur le plan économique, l’Algérie présente la juxtaposition de deux secteurs qui d’ailleurs ne correspondent pas aux secteurs ethniques : le secteur traditionnel auquel se rattachent essentiellement les fellahs du bled, et le secteur moderne, qui intéresse les agriculteurs européens, une partie des cultivateurs musulmans, et les habitants des villes quelle que soit leur communauté d’origine. »

« Il découle de ces observations — c’est la troisième donnée — que toute solution politique qui implique l’oppression d’un des deux peuples algériens par l’autre doit être condamnée comme contraire aux droits de l’humanité et comme source de conflits et de guerre. Remplacer l’ancien colonisateur déjà liquidé en 1958 par un néocolonialisme panarabe, c’est condamner l’Algérie à la division et à la haine à perpétuité ».

Jacque Soustelle développe ici la doctrine qu’il avait présentée à la suite de son gouvernorat en Algérie : Assimilation ou intégration ? Impact du contexte religieux imposant un droit civil spécifique (famille et propriété). Doctrine qui sera rejetée d’un revers de main par le nouveau maître de l’Élysée, Charles De Gaulle, la considérant comme une « foutaise ».

Quatrièmement, les réalités économiques algériennes montrent que le but à atteindre, à savoir l’extension du secteur moderne à l’ensemble du pays et des habitants, suppose l’incorporation de ce pays à un ensemble économique plus vaste et lui-même plus moderne, et c’est là un des aspects essentiels de l’intégration. Comme d’autre part les deux peuples qui coexistent en Algérie ne peuvent pas voir leurs légitimes intérêts garantis que par un arbitrage impartial, le maintien de l’Algérie dans la République française est de beaucoup la meilleure solution aux problèmes que pose inévitablement la cohabitation de deux populations distinctes inextricables.

Curieusement le plan de Constantine mis en œuvre au lendemain de l’instauration de la Ve République, concrétise parfaitement le plan soustellien. Et pourtant ! Ne serait-ce qu’un leurre pour camoufler les véritables intentions présidentielles ?

La rébellion commencée en 1954 — et c’est ma cinquième constatation — n’est pas le sursaut national d’un peuple opprimé, mais une entreprise systématique de subversion favorisée par le sous-développement économique d’une partie de la population et inspirée, guidée, financée et armée par l’impérialisme panarabe, puis et en même temps par le communisme mondial.

[…]

Jacques Soustelle peut alors conclure son analyse par l’orientation qui aurait dû être donnée à la politique de la France en Algérie : « Ces données étant ce qu’elles sont, il est clair que pour résoudre le problème algérien » il fallait d’une part accélérer le processus de liquidation des derniers vestiges du système colonial (et c’est ce qui a été fait au 13 mai), et d’autre part entreprendre et pousser avec énergie la transformation économique et sociale du pays de manière que l’égalité de citoyens fût complétée par l’égalité de chances. Il fallait en même temps combattre le FLN en utilisant les méthodes appropriées, c’est-à-dire celle de la guerre subversive, que les cadres actifs et intelligents de l’Armée avaient su comprendre et s’assimiler ».

[…]

« Aussi peut-on dire, et pour ma part je, le répète avec la plus inébranlable certitude, qu’au lendemain du 13 mai 1958 toutes les conditions étaient réunies pour aboutir rapidement à la paix dans l’égalité de tous les Algériens : il y avait enfin une doctrine et des cadres résolus à l’appliquer.

Au lieu de cela, en usant d’abord du mensonge et de l’équivoque puis en détournant contre l’intérêt national les pouvoirs de lÉtat, l’homme appelé à la direction des affaires pour sauver l’Algérie s’est employé à boucher la seule issue valable, à disperser et à frapper ceux qui la préconisaient, à liquider les moyens d’action adaptés à cette solution, et, quoiqu’il s’en défendit, à conférer aux rebelles panarabes et communisants la qualité d’interlocuteurs exclusifs de gouvernants de l’Algérie future. »

Personne ne peut contester l’absence dans les négociations entreprises [qui allaient aboutir aux Accords d’Évian du 19 mars 1962] d’une délégation d’européens d’Algérie ou de Français musulmans qui malgré les menaces terroristes viennent d’envoyer des dizaines d’entre eux siéger au Sénat ou à l’Assemblée nationale dont le vice-président est le Bachaga Boualem.

—— Fin de citation

En conclusion, comme aurait pu le dire De Gaulle lui-même dans son langage fleuri, « ce Macron est un foutriquet ! »

(1) Pour les plus jeunes : L’Esprit public, parution de 1960 à 1966, fut un hebdomadaire puis mensuel qui s’était donné pour mission de « lutter par tous les moyens pour le maintien dans la République », « Algérie, terre pleinement française. C’est clair !

(2) Un proverbe breton nous enseigne que c’est par la tête que pourrit le poisson !

(3)  Ce texte doit être daté de décembre 1960. Je n’ai pas retrouvé sa trace dans ma collection qui ne commence qu’en 1962 avec le N°32. L’Esprit public fut pour moi l’un des premiers vecteurs de ma formation politique. Je suis très reconnaissant à tous ses contributeurs…

(4) Ah ! Les adorateurs du fameux de l’État de Droit d’aujourd’hui !

« L’Esprit public ou la dernière flibuste », Jean-Pierre Brun, Dualpha, 2022, 256 pages, 29,00 €

Le livre de Jean-Pierre Brun peut être commandé chez Synthèse nationale. cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s