Guerre d’Ukraine – Jours 181-183 – Zelenski n’est pas content parce que le Pape François ne parle pas sous sa dictée – par Edouard Husson

Table des matières – (I) La bataille d’Ukraine -(II) Un exemple de propagande pro-ukrainienne mal conçue – (III) Johnson fait réintégrer symboliquement les Britanniques à une UE qui se désintègre dans un chaos occidental grandissant – (IV) Corsaires de l’information? (V) Zelenski mécontent: le Pape ne parle pas sous sa dictée – (VI) Le doute s’insinue chez les dirigeants américains. – (VII) – Olaf Scholz sous la pression de l’aile gauche du SPD qui veut une négociation réaliste avec la Russie. (VIII) Le grand basculement géopolitique expliqué par M.K. Bhadrakumar

La Bataille d’Ukraine 

Un compte twitter intéressant pour suivre la guerre. 

Je recommande le compte twitter @JacquesFrre2: points sobres et clairs, réguliers, sur le conflit. J’ai mis ci-dessus deux échantillons consacrés au sud de l’actuelle ligne de front. Il se confirme que les Russes attaquent désormais à la fois à Kharkov, dans le Donbass et à Nikolaïev.  

Les Russes attaquent désormais au nord, dans le Donbass et au sud

Que se passe-t-il réellement en Ukraine ?

(Un point de vue perspicace sur Telegram, certainement la meilleure plateforme avec des sources d’informations vérifiées pour suivre la guerre)

“Les troupes alliées convergent lentement vers des cibles multiples sur l’ensemble de la ligne de front. [Naguère] l’armée russe semblait ne pouvoir rassembler qu’une, voire deux opérations offensives (au mieux) en même temps. Maintenant, des feux brûlent à Kharkov, Slaviansk, Kramatorsk, Artiomovsk, Avdeïevka, Nikolaïev… vous l’avez dit. Qu’est-ce qui a changé exactement ? Certains d’entre vous diront qu’il y a plus de troupes alliées maintenant. Et vous aurez tort. Le changement est qualitatif pour les Russes et qualitatif et quantitatif pour l’Ukraine. Premièrement, les Russes ont l’approche qui apporte le résultat. Lente, mais brutalement efficace. L’artillerie labourera le terrain. Ce qui reste des troupes ukrainiennes fuira, se rendra ou dans le pire des cas, continuera à résister jusqu’à l’anéantissement total.Premièrement, l’armée ukrainienne est en grande partie détruite. Ce qui reste est conservé pour les “jours noirs”. Ou pour le dire simplement, pour le dernier combat si jamais on en arrive là. Les bataillons nationalistes ont également subi de lourdes pertes. Bien qu’ils soient directement engagés dans le combat à certains endroits, ils sont surtout utilisés maintenant comme détachements de blocage, pour empêcher les troupes régulières d’abandonner leurs positions. Cela ne signifie pas qu’ils ne sont pas souvent pris pour cible avec des résultats mortels. Ce qui a changé, c’est que l’Ukraine n’est plus en mesure de se reconstituer après toutes ces pertes. Nous avons entendu parler de vagues de mobilisation… La mobilisation est constante maintenant. Mais ces troupes sont mal entraînées, sous-équipées, mal ou pas du tout dirigées… Comment résistent-elles alors ? Simplement. Elles sont retranchées. La Russie les élimine lentement, mais maintenant, elle a intensifié le jeu. L’élimination de l’adversaire est mise en oeuvre sur tous les fronts. Nous devons attendre et voir combien de temps ils peuvent supporter ce rythme. Peut-être 2 mois, peut-être 3. C’est sans importance. Ils sont en train de craquer. Et, ne vous fiez pas aux histoires d’une super arme “miracle”. Les miracles n’arrivent que dans les contes de fées. Pour l’Ukraine, c’est de l’horreur. (…)”

Lire la suite sur Le Courrier desStratèges

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s