Mesures d’Anne Hidalgo : ça fait du bien quand ça s’arrête

À Paris, la place de la République était parsemée de poutres plus ou moins empilées que la municipalité nommait « bancs publics ». À mi-chemin entre un amas de traverses de chemin de fer et des tas de bouts de bois abandonnés, l’installation donnait à la place une allure de chantier inachevé. Pour parvenir à ce sommet de modernité urbaine, un architecte avait été mandaté. Il lui fallait trouver le moyen de remplacer élégamment les jolis bancs Davioud datant du Second Empire. Il avait échoué.

À force de protestations et de manifestations menées par le mouvement #saccageparis, la mairie a fini par réinstaller les bancs Davioud. Au journal Le Parisien, passants et riverains expriment leur satisfaction de retrouver le charme et le confort du mobilier précédent. L’effet « Ça fait du bien quand ça s’arrête » a opéré. Après avoir mis en place diverses bizarreries inesthétiques, la mairie semble désormais sur le chemin du retour à une vie normale avec toutes les joies inhérentes à ce revirement. Et tous de louer dorénavant celle par qui la fin des souffrances arrive. « Merci Anne Hidalgo ! Vive elle ! » Dans la capitale, les victimes du syndrome de Stockholm pourraient se compter par milliers au fur et à mesure de la suppression des plots fluorescents plantés au beau milieu d’avenues prestigieuses, et tous d’exulter lors du démontage d’urinoirs écoresponsables, et applaudissements ici et triomphe là-bas devant des arbres replantés à l’endroit même où ils avaient été abattus. Des hourras et des vivats de toutes parts. Ainsi va la vie de l’élue parisienne qui, inlassablement, détruit puis reconstruit au grand soulagement de ses administrés. Un principe novateur fondé sur l’équation suivante : 1) création de l’insatisfaction 2) macération 3) réparation des dégâts 4) popularité extrême.

À l’approche des Jeux olympiques,  entame son triathlon de la remise en état de la capitale. Adieu sièges « champignons » disposés autour des arbres, peut-être un décapage express des fontaines Wallace peintes en rose bonbon, on arrache, on enlève, on supprime. Couloirs calèches, voies sur berges réservées aux machines à vapeur, la municipalité pourrait aller trop loin dans sa volonté d’offrir l’image d’un  chargé d’Histoire… « Et si l’accès aux bancs Davioud était réservé aux seuls passants habillés à la mode Napoléon III ? » Les idées fusent, la  gagne l’équipe de bobos écolos. L’exposition de ses frasques aux  du monde entier interpelle l’adjoint au niveau du vécu. Passer pour une bande d’hurluberlus inconséquents serait bien dommageable au moral de la municipalité.  vise la médaille d’or du demi-tour. Ses chances de figurer quelque part sur le podium sont réelles.

Jany Leroy

https://www.bvoltaire.fr/mesures-danne-hidalgo-ca-fait-du-bien-quand-ca-sarrete/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s