C’est beau, c’est grand, c’est généreux l’Union européenne ! Et au fait, est-ce aussi gratuit ?

téléchargement (2).jpeg

« Avec le recul, on s’aperçoit que ce n’est pas le virus qui a rendu fou, mais des fous qui ont rendu sa gestion délirante et inhumaine ! »

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés (Propos recueillis par Guirec Sèvres pour le site Synthèse nationale)

La fin de l’état d’urgence sanitaire et du régime de sortie de crise depuis le 1er août 2022 aurait dû réjouir tous les Français, mais elle a été immédiatement dénoncée par certains médecins… Ça vous a étonné ?

Pas vraiment… C’était en fait l’annonce d’un « arrêt de mort médiatique » pour les médecins de plateaux qui s’étaient enivrés de leur « quart d’heure de gloire » qu’ils étaient parvenus à faire durer deux ans : on ne peut que saluer leur exploit, même si on a le cœur soulevé par les conséquences aujourd’hui visibles de ce délire sanitaire dont ils sont responsables, au mépris de toute déontologie professionnelle.

Quelles sont-elles ?

La plus visible est le nombre important de nos compatriotes, de tous âges et de toutes conditions, qui continuent de porter le masque, alors qu’il n’est plus obligatoire et malgré la chaleur de l’été… Et il est désormais courant d’en voir certains le retirer le temps d’une discussion avec d’autres, puis le remettre, parfois de travers ou à moitié, sous le nez, voire sous le menton… et bien le réajuster sur le museau une fois rentré – seul – dans leur voiture… On peut se gausser, bien sûr, de tels comportements, juger que les limites de la bêtise sont sans cesse repoussées, mais, tout de même, que tant de nos compatriotes restent terrorisés par une épidémie qui a fait beaucoup moins de victimes que les chiffres hallucinants qui ont été propagés par la plupart des médias, ajouté à la très faible dangerosité des variants actuels, ne peut que nous interpeller. L’instant de moquerie ou d’énervement passé, on constate les effroyables dégâts humains de la gestion délirante de l’épidémie du Covid-19.

Le port du masque, même inutile, peut rassurer ces gens…

« Si ça les rassure… », disaient d’ailleurs certains médecins au début de la pandémie, ce qui en disait long, déjà, sur leur efficacité ! Mais le masque, tout comme les « gestes barrières » que certains suggèrent de faire perdurer ad vitam æternam – et qui n’ont d’autres utilités que d’entretenir l’angoisse et la crainte de vivre davantage même que celle de mourir – sont devenus de véritables rites religieux : porter le masque est une pénitence qu’on s’inflige pour amadouer le ou les dieu(x) ; c’est comparable à la flagellation que s’infligent certains tarés. Tout le monde, évidemment et heureusement, ne marchant pas dans la propagande de ces modernes Philippulus (prophète de malheur qui annonce le châtiment en brandissant un index menaçant dans l’album BD des aventures de Tintin L’Étoile mystérieuse), notre société n’en est qu’un peu plus fracturée encore !

L’inutilité du port du masque n’est pas la seule conséquence du délire sanitaire…

À une époque où le corps médical est si féru d’études et de statistiques, a-t-il d’ores et déjà évalué le nombre de victimes directement imputables à cette folie ? Des maladies non détectées à temps aux traumatismes d’une partie de nos concitoyens, notamment chez les enfants et les adolescents… Le plus abominable a sans doute été ce qu’ont subi les personnes âgées en Ehpad : sous prétexte qu’elles étaient (avec celles à fortes comorbidités) une population plus à risque que d’autres, on leur a interdit, des mois durant, toute visite de leurs familles… Mais que reste-t-il aux personnes âgées, une fois échouées en Ehpad, sinon la joie et le bonheur des visites de leurs proches ? Les résidents qui sont déjà en général et en majorité en plus ou moins bonne santé « décèdent à 89 ans en moyenne, après une durée de séjour moyenne de trois ans et quatre mois » (source https://drees.solidarites-sante.gouv.fr)… On a donc infligé à ces malheureux un isolement inhumain – dégueulasse serait un mot plus grossier, mais également plus juste – pour un « gain » de vie de quelques mois seulement et encore, dans le meilleur des cas ! Une poignée de mois chèrement payée de tristesse, d’abandon : la souffrance qui leur a été infligée n’est pas pardonnable. Avec le recul, on s’aperçoit que ce n’est pas le virus qui a rendu fou, mais plus justement des fous qui ont rendu sa gestion délirante et inhumaine !

On commence quand même à parler du nombre de victimes directement imputables au délire sanitaire…

Oui, notamment tous ceux dont les maladies n’ont pu être détectées à temps et qui sont morts de ne pas avoir bénéficié des soins ou des opérations qui les auraient sauvés… Les traumatismes chez les jeunes enfants, les années sacrifiées chez les adolescents, la mise « hors emploi » de tous ceux qui ont refusé d’être vaccinés et dont l’absence contribue à la crise désormais officielle des services hospitaliers ou encore à l’enfer des incendies durant l’été (5 000 pompiers volontaires et 140 titulaires n’ont pas pu être mobilisés) ? C’est le député Rassemblement national du Var, Frédéric Boccaletti, qui a fait assez justement remarquer que « face aux flammes, le vaccin ne protège pas ; par contre, nos pompiers, eux, nous protègent. »

Pourquoi le gouvernement se montre-t-il si intransigeant envers ce personnel hospitalier ou ces pompiers qui font tant défaut aujourd’hui ?

Ce sont des gens qui ne leur ont pas obéi, le petit doigt sur la couture… On ne peut donc exclure un sentiment de vengeance aveugle de la part de la Macronie qui a préféré quémander de l’aide à l’extérieur – de l’Allemagne à la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l’Autriche – ce qui autorisera Emmanuel Macron à vanter ensuite les bienfaits de l’Union européenne, si généreuse, si solidaire, si humaine… On attend à ce qu’il adapte, avec les accents d’un de ses prédécesseurs à l’Élysée, combien c’est beau, combien c’est grand, combien c’est généreux l’Union européenne ! Et au fait, est-ce aussi gratuit ? Mais poser la question, n’est-ce pas y répondre… 

Philippe Randa est l’auteur, avec Bernard Plouvier du livre Verbatim d’un délire sanitaire aux éditions Dualpha, 243 pages, 25 euros.  cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2022/08/16/c-est-beau-c-est-grand-c-est-genereux-l-union-europeenne-et-au-fait-est-ce.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s