Ukraine, l’économie de guerre est utilisée pour préparer le pillage néolibéral du pays 1/2

VRG_Illo_STK010_K_Radtke_Ukraine_Glitch.0.jpg

par Peter Korotaev

Source: https://www.ideeazione.com/ucraina-leconomia-di-guerra-viene-usata-per-preparare-il-saccheggio-neoliberista-del-paese/

Cet excellent article de Peter Korotaev explique comment le pays fait face économiquement à l’état de guerre actuel, à travers une analyse lucide et précise des mesures prises par l’UE pour préparer le terrain à ce que deviendra l’Ukraine.

Au lieu de mettre en place une économie basée sur la nationalisation des structures clés, le gouvernement ukrainien continue de suivre les dogmes néolibéraux, à cause de la pression occidentale sur les décideurs politiques.

Nous avons là une expérience de libéralisation totale de chaque secteur de l’économie, qui n’est réalisable que dans une phase d’urgence, lorsque tous les regards sont tournés ailleurs.

Il ne restera bientôt plus que des décombres, sur lesquels l’UE et les États-Unis construiront ce dont ils ont besoin.

Les besoins de la population restent insatisfaits

Hourra pour Zelensky, hourra pour le rêve européen !

Lors d’une conférence en 2020, l’ancien ambassadeur canadien en Ukraine a déclaré qu’après l’Euromaïdan, le pays était devenu un laboratoire pour l’expérimentation d’un monde idéal.

En d’autres termes, la libéralisation économique, inacceptable chez nous, pourrait être expérimentée en Ukraine.

Mais comment concilier cette « expérience » avec les conditions d’une guerre totale ? Et si une telle situation pousse généralement les États à l’interventionnisme économique, l’Ukraine fait-elle de même ?

Les besoins financiers de l’Ukraine

Tout d’abord, il y a le problème de la dette croissante de l’Ukraine.

Selon le ministère ukrainien des Finances, de janvier à juin, le budget de l’État a enregistré 35 milliards de dollars de dépenses et 21,8 milliards de dollars de recettes.

La situation s’est progressivement aggravée. Les 1,5 milliard de dollars de recettes en juin, contre 2,5 milliards en mai, n’ont couvert que 19,4 % des dépenses.

Sur la période janvier-juin 2022, 19 milliards d’US$ proviennent de diverses formes de crédit et d’aide étrangère. Plus de la moitié, soit 11,8 milliards US$, provenait d’obligations d’État, tandis que 7,6 milliards US$ (35 %) étaient simplement de l’argent imprimé par la banque nationale et remis au ministère des Finances. Les 7,2 milliards de dollars restants provenaient de divers crédits et subventions étrangers.

Le ministre des finances, Serhii Marchenko, a déclaré à plusieurs reprises que sans une augmentation considérable de l’aide, l’Ukraine sera contrainte de réduire davantage ses dépenses non militaires dans quelques mois.

La pression a déjà été ressentie par les employés de l’État.

Les cheminots de l’État, qui ont joué un rôle important et dangereux en sauvant la vie de millions de civils, reçoivent leurs salaires avec sept à dix jours de retard et, lorsqu’ils les reçoivent, ils sont réduits d’un tiers, soit une diminution d’environ 150 dollars par mois.

De nombreux enseignants et professeurs d’université n’ont pas reçu leur salaire depuis des mois. Dans les ports, les travailleurs qui gagnaient 260 dollars par mois ne gagnent plus qu’un peu plus de 50 dollars et avec des retards.

Malgré les nombreux discours sur la générosité occidentale, en mai, l’Ukraine n’avait reçu qu’un tiers des 5 milliards de dollars dont elle avait besoin. À la mi-mai, The Economist rapportait que l’Ukraine avait accumulé un déficit fiscal de 15 milliards de dollars et n’avait reçu que 4,5 milliards de dollars en subventions étrangères. Le ministère des Finances a indiqué que 21 % (7,3 milliards de dollars) de toutes les dépenses budgétaires de janvier à juin avaient été allouées au paiement de la dette de l’État.

La situation va s’aggraver : Bloomberg a calculé que l’Ukraine sera confrontée à une échéance de remboursement de sa dette de 1,4 milliard de dollars en septembre.

L’importance de la dette publique extérieure de l’Ukraine (le gouvernement ukrainien a également annoncé récemment qu’il espérait obtenir 200 à 300 milliards de dollars de crédits occidentaux pour la reconstruction d’après-guerre) signifie que le pays aura encore moins la possibilité de refuser les exigences politiques imposées par les créanciers occidentaux. Le ministre des Finances et le directeur des impôts n’ont cessé de répéter pendant la guerre que l’Ukraine continuera à assurer le service de sa dette souveraine, soulignant leur volonté de suivre les exigences des créanciers.

Corruption et nationalisation

Depuis 2014 – mais avec une vigueur renouvelée ces derniers jours – les partenaires occidentaux de l’Ukraine poussent le pays à « lutter contre la corruption ».

Cette « lutte » a de nombreux effets économiques importants. En général, les États en guerre ont tendance à nationaliser les secteurs clés de l’économie pour maximiser la production d’armes et stabiliser l’économie civile, à la fois pour éviter le chaos à l’arrière et pour nourrir l’armée.

Étrangement, cela ne s’est pas produit en Ukraine, bien que le gouvernement ait déclaré une situation de « guerre totale ». Fait remarquable, une loi a été adoptée à la fin du mois de juin pour « relancer la privatisation des actifs de l’État à un niveau supérieur ».

Certains hommes politiques ont critiqué cette approche : Vadym Denysenko (photo), vice-ministre de l’Intérieur au début de la guerre, a appelé à se tourner vers une « gestion directe de l’économie par l’État ». Mais jusqu’à présent, son appel est resté lettre morte.

Appelant à la nationalisation, M. Denysenko a fait remarquer qu' »l’ère du temps n’est plus en faveur du Bureau national anticorruption d’Ukraine (le NABU) ». Il a dit cela parce qu’au cours des huit dernières années, une flopée d' »organismes anti-corruption » – ONG, organismes d’État et organismes intermédiaires – se sont concentrés sur l’élimination de l’intervention de l’État dans l’économie.

Mis en place par la « société civile » libérale ukrainienne, l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et l’Open Society Foundation, ces organismes ont créé des sites web tels que Prozorro (« transparence »), qui gère les marchés publics ukrainiens.

Le maire de Dnipro a vivement critiqué Prozorro ces derniers mois en raison de la décision du gouvernement d’exiger que tous les achats d’équipements militaires passent par ce programme. Il a insisté sur le fait que cette transparence publique dans les affaires militaires et la bureaucratisation des appels d’offres militaires urgents ne font qu’aider l’armée russe.

Il est intéressant de noter que le site web n’a pas pour fonction de garantir la territorialité des marchés publics.

Selon Prozorro et ses partenaires, la gestion interne des appels d’offres de l’État sert les intérêts d’une « oligarchie » corrompue qui dépend des rentes de l’État plutôt que de l’efficacité. Et de toute façon – comme la presse libérale ukrainienne ne se lasse pas de nous le rappeler – pourquoi acheter un produit ukrainien de qualité inférieure s’il peut être acheté moins cher ailleurs ?

L’exigence selon laquelle les appels d’offres publics doivent comporter un quota minimum de fournisseurs nationaux est commune à la plupart des pays, et son absence dans le Prozorro a été qualifiée d' »extrêmement étrange » par le nouveau ministre de l’économie en 2021.

En raison de cette démarche visant à neutraliser les « risques de corruption » découlant de la localisation nationale des achats de l’État, environ 40 % des achats de l’État ukrainien proviennent de fabricants étrangers. À titre de comparaison, les États-Unis et les pays de l’Union européenne (UE) effectuent environ 5 et 8 % de leurs achats publics à l’étranger, respectivement. L’impératif de « mettre fin à la corruption » passe avant le développement économique de l’Ukraine.

Lorsque les législateurs ukrainiens ont tenté de faire passer une loi en 2020 qui garantirait la localisation des achats de l’État, les bureaux de lutte contre la corruption (ainsi que l’UE et les États-Unis) l’ont frénétiquement déchirée, invoquant les « possibilités d’utilisation corrompue » de cette mesure parfaitement ordinaire. Finalement, la loi a été adoptée, mais amendée pour appliquer les restrictions de localisation uniquement aux pays situés en dehors de l’UE ou de l’Amérique du Nord.

En bref, le vaste écosystème anti-corruption de l’Ukraine est un mécanisme de contrôle qui maintient son économie perpétuellement ouverte au pillage par les exportateurs étrangers qui bénéficient souvent d’un traitement préférentiel de la part de leur propre gouvernement. L’idée que la « corruption » est le plus grand obstacle au développement est une fiction utilisée pour justifier la libéralisation du commerce dans laquelle les capitalistes occidentaux les plus puissants gagnent inévitablement, au détriment de l’économie ukrainienne.

Grâce en grande partie à cette vaillante lutte « anti-corruption », l’Ukraine s’est radicalement désindustrialisée au cours des huit dernières années.

De 2013 à 2019, les exportations de produits aérospatiaux ont été divisées par 4,8, celles de wagons par 7,5, celles de produits métallurgiques par 1,7 et celles de produits chimiques par 2,1. La situation était particulièrement mauvaise dans le complexe militaro-industriel, les grands complexes navals et de missiles de l’Ukraine soviétique ayant autrefois disparu. Pas un seul budget n’est passé sans des achats grandioses – et coûteux – d’équipements militaires occidentaux. Au cours de la période 2018-2021, pas moins d’un milliard de dollars a été dépensé pour acheter 110 hélicoptères français pour la police ukrainienne, malgré le fait que l’Ukraine possède une excellente usine soviétique d’hélicoptères, bien qu’elle soit tombée en désuétude en raison d’une préférence pour les acheteurs étrangers. Cette immense désindustrialisation, même si elle est au service d’idéaux admirables tels que la « civilisation européenne », n’a pas servi l’Ukraine dans une guerre décidée par la taille du stock de roquettes et d’artillerie lourde de chaque armée.

Les personnages scandaleux qui peuplent les tribunaux anti-corruption sont, depuis le début de la guerre, restés sous le radar dans la ville relativement calme de Lviv, ou sont plus simplement partis pour Paris.

Certaines figures célèbres, comme Artem Sytnyk (photo), ont même été reconnues coupables de corruption par la justice, mais n’ont pas été démises de leurs fonctions en raison des demandes directes des États-Unis et du Fonds monétaire international (FMI). Il a été révélé que Sytnyk a reçu 30.000 dollars d’indemnités de départ d’un organisme de lutte contre la corruption dans les premiers mois de la guerre, avant d’être reconduit dans un autre organisme. Recevant les salaires les plus élevés de tous les employés de l’État, 83 millions de dollars du budget ukrainien de 2021 ont été alloués aux trois plus grands organes de lutte contre la corruption, bien qu’ils soient souvent critiqués pour ne pas procéder à des arrestations à grande échelle pour corruption. Alors que les fonctionnaires ordinaires ont vu leurs salaires réduits à des niveaux absurdes, le budget ultra-endetté de l’Ukraine trouve de la place pour ces « travailleurs essentiels ».

Ces tribunaux ont un statut juridique très flou et le mode de sélection de leurs dirigeants a même été déclaré inconstitutionnel par la Cour constitutionnelle en 2020, ce qui a conduit Volodymyr Zelensky à tenter sans succès (et illégalement) de démettre les juges constitutionnels. Il n’est pas surprenant que l’une des principales demandes de l’UE, répétée ces derniers jours, soit de « réformer » ce tribunal, qui s’est également prononcé contre des symboles de l’intégration européenne tels que la privatisation des terres agricoles. La guerre a fourni l’occasion de se débarrasser enfin des juges peu amènes.

L’UE a déjà commencé à exiger que l’Ukraine continue à accorder aux organismes de lutte contre la corruption un contrôle sans entrave, ce qui constitue l’une des conditions de son « intégration européenne » (ou plutôt, de l’octroi du statut conditionnel de candidat à l’UE). La « lutte contre la corruption » est de mauvais augure pour toute tentative d’accroître l’intervention de l’État dans la sphère économique, même si les organes de lutte contre la corruption ont déjà fait assez pour éliminer tous les politiciens dirigistes en Ukraine au cours des huit dernières années.

Lorsque le ministre des finances Marchenko a énuméré les choses terribles que le gouvernement pourrait être contraint de faire sans aide suffisante, il a cité la « nationalisation » aux côtés de coupes budgétaires catastrophiques.

Au lieu de nationalisations à grande échelle de secteurs cruciaux, on a assisté à un mélange de nationalisations ratées, de « nationalisations » par les personnalités les plus libérales d’Ukraine et de rachats par des entreprises publiques néolibérales. En termes de nationalisations ratées, les derniers mois ont été marqués par plusieurs tentatives de régulation des prix de l’essence, dont la pénurie était due aux campagnes de bombardements ciblés. Étant donné le manque de capacité de l’État, cette régulation a généralement échoué et le gouvernement passe régulièrement de la régulation temporaire du prix à sa fluctuation. Ces derniers jours, les pénuries dues à la spéculation se sont à nouveau intensifiées.

Entre-temps, la « nationalisation » des actifs russes (ou « pro-russes ») a occupé le devant de la scène en Ukraine. Ce fonds d’actifs saisis est contrôlé par Tymofey Mylovanov (photo). Ancien ministre du développement économique et directeur de la Kyiv School of Economics, il est célèbre pour ses positions ultra-libérales, selon lesquelles la privatisation est la solution à tous les problèmes.

Entre-temps, le secteur du gaz a été monopolisé par la fameuse compagnie gazière d’État, Naftogaz. Son patron, Yuri Vitrenko, aime raconter aux travailleurs de l’énergie licenciés les leçons d’Adam Smith, leur expliquant pourquoi ils devraient tout simplement aller travailler en Pologne au lieu de chercher à conserver leur emplois dans les raffineries d’uranium superflues de l’Ukraine. Néanmoins, la société a « balayé le marché du gaz » en prenant le contrôle de 93 % du secteur en mars-mai.

En mai, Naftogaz a annoncé une augmentation de 300 % du prix du gaz pour les fournisseurs. Le gouvernement a immédiatement assuré au public que les prix du gaz à la consommation n’augmenteraient plus pendant la guerre grâce à l’aide financière de l’Occident. Mais que se passera-t-il après la guerre, lorsque Naftogaz n’aura plus de concurrents ? L’une des principales exigences du FMI était la libéralisation du marché du gaz, afin que son prix converge avec celui des marchés allemands. Bien que le gouvernement ukrainien ait souvent été contraint de réglementer les prix du gaz en raison des protestations, il a signé un mémorandum avec le FMI en 2021, dans lequel un prêt initial de 700 millions de dollars était conditionné à l’accord selon lequel, d’ici mai 2022, 50 % du marché du gaz serait vendu aux prix du marché (européen) et d’ici 2024, 100 %. Cela signifierait une augmentation des prix du gaz à la consommation de plus de 400 %. Depuis que l’Ukraine est devenue dépendante des crédits du FMI en 2014, les prix du gaz à la consommation ont déjà augmenté de 650 %. Compte tenu de la dépendance croissante de l’Ukraine vis-à-vis du FMI, il est difficile d’imaginer qu’elle continuera à geler les prix du gaz à la consommation à un faible niveau grâce à l’aide occidentale.

En résumé, bien que cette évolution vers la nationalisation du secteur de l’énergie en temps de guerre soit certainement meilleure que l’alternative consistant à laisser le marché décider des prix, et que la décision d’interdire l’exportation de charbon, de gaz et de carburant en temps de guerre soit louable, le fait que Naftogaz ait toujours été plus intéressé par les profits que par le bien public rend difficile tout optimisme quant à l’avenir après la guerre. De nombreux experts en énergie doutent également que Naftogaz ait la capacité de prendre le contrôle de l’ensemble du système énergétique ukrainien. Si l’Ukraine ne s’était pas donné la peine de construire un « marché intégré du gaz en Europe » ces dernières années, elle aurait pu être mieux préparée.

Libéralisation du droit du travail

Outre le prix du gaz, les travailleurs ukrainiens auront une raison de plus de se rendre en Pologne, car leur pouvoir de négociation vis-à-vis de leurs patrons diminue en raison de la libéralisation du droit du travail.

Au cours des trois dernières décennies, de nouvelles lois ont été adoptées presque chaque année pour libéraliser le code du travail, et en mai, la version la plus libérale a été adoptée.

Au lieu de fournir des droits du travail unifiés pour tous et la possibilité de créer des conventions collectives, les travailleurs des entreprises de moins de deux cents employés (c’est-à-dire la majorité des travailleurs) n’auront désormais que la « possibilité » d’accepter individuellement les règles proposées par l’employeur – annulant de fait la couverture législative pour la majorité des travailleurs. Ces réformes permettent aux entreprises de licencier des travailleurs à volonté sans même une consultation nominale avec les syndicats et libèrent les employeurs de leur obligation de payer les salaires des travailleurs mobilisés au front. Bien que ce modèle ait souvent été proposé en Ukraine, il a généralement été adouci en raison des protestations des syndicats. La guerre – avec son chômage de masse et la suppression du militantisme syndical – était le moment idéal pour l’approuver.

Les politiciens qui ont créé cette législation l’ont fait sous les auspices d’un programme USAID. Les riches pays occidentaux ont toujours été désireux de promouvoir de telles lois en Ukraine. Les rapports du Fonds monétaire international sur l’Ukraine font souvent référence à la nécessité d’une plus grande libéralisation du marché du travail, et parfois même, il s’agissait d’une condition pour obtenir de nouveaux prêts du FMI. En 2021, des documents ont fait l’objet d’une fuite montrant que le ministère britannique des Affaires étrangères a organisé des séminaires pour le ministère ukrainien des Affaires économiques, expliquant quelle est la meilleure façon de convaincre les électeurs de la nécessité de telles lois.

Étant donné la dépendance de l’économie britannique post-Brexit vis-à-vis des travailleurs migrants ukrainiens à bas salaire – 67 % des visas d’ouvriers agricoles en 2021 iront à des Ukrainiens – il n’est pas surprenant que le ministère britannique des Affaires étrangères parraine une telle déréglementation en Ukraine. Une détérioration du marché du travail en Ukraine pousserait encore plus d’Ukrainiens à travailler au Royaume-Uni pour des salaires bien inférieurs aux niveaux britanniques. Comme la guerre a vu l’Ukraine s’endetter de plus en plus auprès du FMI et de l’UE, il est également fort probable que l’adoption de cette législation ait été motivée en partie par la volonté de montrer à l’UE la fidélité de l’Ukraine à la « voie des réformes ».

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s