Vers une implosion des Etats-Unis? par Yves-Marie Adeline 2/2

Mais en dépit de cet effort de propagande cinématographique – dont cette fédération  deviendra coutumière – peut-on parler d’une nation au sens classique de ce terme ? L’année suivante paraît un ouvrage de Madison Grant : Le Déclin de la grande race en Amérique, où il forge le concept du « Wasp » : White, Anglo-Saxon, Protestant. Il s’y plaint déjà de ce que les ethnies fondatrices (allemande, nordique, anglaise, réunies sous la bannière anti-papiste) doivent composer avec les Irlandais ou les Italiens catholiques, constituant la principale menace contre l’unité Wasp.

            La diversité des origines, qui ne fera plus tard que s’accentuer – en dépit de la domination des Wasp – explique l’obsession des statistiques ethniques aux Etats-Unis, mais aussi la crispation des Américains, aux premier rang desquels, les Wasp, sur la blancheur de leur peau. Il n’y a pas de métis aux Etats-Unis, il n’y a que deux catégories : les Blancs et les autres. L’observation, d’ailleurs des deux côtés, de la règle implicite du « One drop rule » – règle d’une seule goutte – aboutit à ce qu’un métis n’est pas un métis, mais un Noir : Barack Obama, dont la mère est blanche, est regardé, par lui-même autant que par les Wasp, comme un Noir. Kamala Harris, une Jamaïcaine dont la mère est indienne des Indes authentiques, est qualifiée tout uniment de « noire ». Si Alexandre Dumas, dont une grand’mère était noire, avait été un auteur américain, il eût été classé parmi les auteurs « afro-américains », tandis qu’en France la plupart de ceux qui le lisent n’ont pas même connaissance de cette origine, de ce « one drop rule » qui lui interdirait d’appartenir à la race blanche alors même que trois grands-parents sur quatre sont Blancs. Il convient de ne pas se laisser tromper par la démagogie officielle, ou par cette obligation comique de faire apparaître au moins un Noir dans un film américain[11] : obsédés par leur recherche de cohésion, nous dirions même de pureté ethnique, les Blancs expriment un racisme évident en se faisant appeler contre toute vérité scientifique « Caucasiens » pour faire oublier aux Noirs qu’ils ont la peau blanche, regardée implicitement comme supérieure. Qui dira donc que ces Noirs et ces Blancs, auxquels il faut ajouter les Hispaniques et une petite minorité d’Asiatiques, forment sans problème une nation ?

            Cependant, à mesure que la Fédération s’est enfoncée dans le XXe siècle, ses prodigieuses réussites économique, militaire et technique, qui l’ont hissée loin devant tous les Etats du monde, ont apporté une sorte de garantie au modèle américain.

Un modèle politique, d’abord. Les Etats-Unis ont été en effet le premier Etat à transposer dans l’ère moderne l’antique régime démocratique, qui a progressivement gagné la planète, au point que le démocratisme a pris une nature religieuse. Aujourd’hui que le monde a basculé dans une organisation implicitement oligarchique, le folklore politique demeure démocratique. Mais on peut voir dans les troubles consécutifs à l’élection contestée de M. Biden une sorte de sursaut de désespoir des Américains dont la seule identité commune, finalement, aura été de nature idéologique. Ici, dans notre vieille Europe, comme dans d’autres Etats anciens (la Chine, les Indes, le monde musulman…), nous avons connu plusieurs régimes politiques différents tout au long de notre longue histoire ; la démocratie – réelle ou supposée – n’en a été qu’un parmi d’autres, de sorte qu’aucun régime ne prétendrait résumer à lui seul notre identité. Ainsi, notre bascule actuelle dans un monde oligarchique n’a fait qu’ouvrir une nouvelle page historique qui reste à écrire, tandis que les Américains voient dans la disparition de la démocratie réelle un effacement de leur identité qu’ils voulaient nationale.

Et pourtant, les Etats-Unis, par leur réussite éclatante, avaient réussi à imposer également un nouveau modèle de nation : celui d’un « melting pot », d’un pot à brasser les peuples d’origine différentes pour en retirer un mélange cohérent, comme jamais les hommes n’ont réussi à le faire dans l’histoire. Cette perspective historique vertigineuse n’a jamais intimidé les Américains qui croient que deux cent cinquante ans d’existence sont une longue période, alors que cette durée correspond, pour un Français, à moins que celle de la dynastie mérovingienne.

Tant que ce mélange s’entendait sur des bases idéologiques communes, on a pu croire que cela suffisait à créer constamment – car l’immigration y est constante – une nation, même quand cette immigration a cessé d’être européenne, pour être de plus en plus hispano-américaine. De surcroît s’est produite, ici comme ailleurs, une polarisation des esprits consécutive à l’apparition des réseaux sociaux qui, contre toute attente, au lieu d’ouvrir les individus au dialogue mondial, les a isolés dans des sphères de reconnaissance sociale ; idéologique, politique, religieuse, de sorte que chacun vit dans une sorte de silo mental. Cette évolution est déjà angoissante quand elle concerne de vieilles nations, mais elle l’est d’autant plus quand elle provoque l’éparpillement des ethnies et des sensibilités sur un même territoire.

A cet égard, on ne peut même pas comparer la situation actuelle à celle de 1861, à la veille de la guerre de Sécession. Certes, on peut dessiner une géographie de l’actuelle division américaine : les populations des deux côtes, qui peu à peu s’engagent dans une réforme profonde de l’identité américaine, et celles du centre continental, où résiste une Amérique traditionnelle. Mais avec l’augmentation des disparités ethniques – au point que l’on prévoit la mise en minorité de la population blanche dans environ vingt-cinq ans – ce sont en réalité des peuples qui bientôt n’auront plus rien à partager ensemble, puisqu’ils ne partagent même plus la même idéologie. La guerre des symboles parle d’elle-même : quand des Américains qui se veulent patriotes envahissent le Capitole, temple de la courte histoire étatsunienne, ils le font dans l’esprit de défendre leur démocratie qui est leur seul ciment ; là où une autre moitié d’Américains y voit au contraire une atteinte à cette même démocratie, que l’on ne parvient donc plus à définir ensemble.

On notera que cette deuxième moitié laisse à la première le monopole du slogan « U-S-A ! U-S-A ! », qui est laissé comme un slogan de droite. De même, c’est une chaîne de télévision de droite qui a pris pour nom One America News : le choix des mots en dit long sur les idées profondes dans les deux camps. Mais sans réalité nationale classique, on ne voit pas à quel critère se confier pour réussir une « Amérique une » – comme avait dit Franco quand il parlait d’une « Espagne une », ou comme dit aujourd’hui M. Macron quand il déplore le « séparatisme » des immigrés musulmans. De surcroît, il y a un monde entre la situation des Etats-Unis en 1861 et la leur aujourd’hui : plus de deux millions de soldats nordistes, venus d’un pays industrialisé, se jetaient alors sur un million de soldats sudistes agriculteurs ruinés par le blocus maritime qui les privait d’exporter leur coton[12]. Aujourd’hui, on peut dire que les deux camps sont à peu près de force égale, même si l’oligarchie, qui dispose du pouvoir réel, est du côté démocrate.

Au moment de la prestation de serment de M. Biden – qui a juré sur la Bible de respecter, et faire respecter, la Constitution, ce qui, compte tenu des conditions dans lesquelles s’est déroulée l’élection, perd son sens – une moitié de la population américaine s’est sentie exclue de cette cérémonie, parce qu’elle regarde le nouveau président, non seulement comme un usurpateur, mais comme l’incarnation d’une autre Amérique que la leur.

Depuis le printemps 2020, quand ont éclaté les émeutes de Black Lives Matter, où l’on a vu défiler bien plus de Blancs de gauche que de Noirs antiracistes, les ventes d’armes, dans ce pays attaché à la liberté d’en posséder personnellement, ont doublé en volume, et l’on a constaté que beaucoup des acheteurs en acquéraient pour la première fois. Par ailleurs, un Américain sur quatre a rompu avec sa famille ou ses amis pour des raisons idéologiques. Enfin, le monde a assisté à une guerre mémorielle aboutissant au déboulonnage des statues de généraux confédérés, ou à changer le nom des bases militaires qui évoquaient leur souvenir. Mais ce qui est possible dans un pays où une majorité est suffisante pour pouvoir écraser une minorité, ne l’est pas dans cet ensemble dont la diversité ethnique rend d’emblée difficile une reconnaissance d’identité commune.

Ainsi peut-on désormais envisager, sans prévoir à quel terme, la dissolution de cet ensemble qui prétendait forger une nation sur d’autres bases que celles que l’on a toujours admises dans l’histoire du monde. Il y a déjà longtemps, Freud avait dit : « L’Amérique est gigantesque, il est vrai, mais c’est une gigantesque erreur »[13]. Et pourtant, pour notre génération, comme pour les quelques-unes qui ont précédé, le simple fait d’écrire ces lignes sans craindre de passer pour fou est une immense nouveauté. Mais si l’on se place du point de vue des réalités historiques constantes, il devient moins difficile de se placer devant cette perspective.

[1] Donné en Sorbonne en 1882 : « Qu’est-ce qu’une nation ? »

[2] Notons en passant le paradoxe de l’Union européenne, qui voulait créer des Etats-Unis d’Europe mais, tout en ne parvenant pas à constituer un Etat par manque d’une diplomatie unique, s’est révélée très centralisatrice – au point d’avoir provoqué le Brexit – alors que les Etats-Unis demeurent une fédération.

[3] In La Désobéissance civile, 1849.

[4] Ce qui explique qu’à la veille de la guerre de Sécession, seulement 1 Sudiste sur 7 possède des esclaves.

[5] Parmi les habitants du Nord, les Noirs sont moins de 1%.

[6] Qui commence en 1773 par la Boston Tea Party contre les taxes commerciales imposées par Londres pour renflouer les caisses anglaises vidées par la guerre de Sept ans.

[7] On notera que le mouvement Black Lives Matters de 2020 n’a pas attenté à la mémoire de ces deux hommes qui pourtant possédaient des esclaves.

[8] C’est la fameuse « destinée manifeste » de cette fédération : s’étendre d’un océan à l’autre, selon John O’Sullivan dans son article La Grande nation du futur, The United States Democratic review, Langley, NY 1839.

[9] En 1917, rebaptisées Iles Vierges américaines.

[10] Il sera réélu en 1916 sur un slogan : Il nous a maintenus en-dehors de la guerre », ce qui endormaient les puissants électorats germanique et irlandais, très hostiles à l’Entente.

[11] En dépit de leur minorité : 13% de l’ensemble. Mais les luttes de Martin
Luther King durant les années 1960 ont laissé un souvenir durable.

[12] La durée inattendue du conflit ne s’explique que par le génie militaire du général Lee.

[13] In Ernest Jones : La Vie et l’œuvre de Sigmund Freud, 1957, p. 67.

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/08/04/vers-une-implosion-des-etats-unis-par-yves-marie-adeline/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s