Arguments pour la Monarchie royale active « à la française ». Partie 1 : Crise de la République.

Monarchie bien commun

 Il y a presque trente ans, le directeur de l’Action française, Pierre Pujo, m’avait confié pour la publication du mois d’août le soin de rédiger une série d’articles et de sélectionner quelques citations de personnalités pour en faire un dossier sur la Monarchie et la conception que l’AF pouvait en avoir, mais avec une liberté argumentaire quasi-totale : ainsi, je m’étais appuyé sur des textes de Georges Balandier, entre autres, plutôt que sur ceux de Maurras, même s’il n’était jamais très loin dans mon esprit et que son portrait ornait l’une des pages du dossier central de ce numéro d’été. Je refis le même travail d’écriture argumentaire les années suivantes, puis plus épisodiquement ensuite, pour des raisons diverses et variées. Les successeurs de Pierre Pujo, rassemblés autour de la revue mensuelle Le Bien Commun, ont eu l’idée de renouer avec cette « tradition » du dossier estival sur la Monarchie, et j’ai bien sûr accepté de reprendre la plume (désormais « clavier »…) pour composer un nouvel ensemble sur ce thème politique et institutionnel. Je les remercie de leur accueil dans cette « vieille maison » qui, d’une certaine manière et malgré les différences, voire les divergences sur certains points, reste pour moi la « maison-mère »… 

Je me permets de publier ici cette série d’articles en plusieurs parties, et en feuilleton ! Il est possible que, l’actualité aidant, je fasse aussi quelques rajouts au fil de l’été…

La République en crise ?

L’actualité politique française de l’année écoulée a démontré, s’il en était encore besoin, les profondes fractures de notre pays et, au-delà même de la séparation entre un « bloc élitaire » et un « bloc populaire » (séparation théorisée par Jérôme Sainte-Marie), le fractionnement entre « trois France » électorales qui semblent se détester sans que cela n’empêche les alliances de circonstance, temporaires et le plus souvent par défaut. De plus et selon un mouvement plus lointain et profond lié à l’affirmation de la société de consommation et à son aggravation par le déracinement contemporain (aux formes multiples mais toujours malheureuses), la pluralité ancienne de la France issue de l’histoire cède la place à une logique diversitaire (qualifiée de « communautarisme », voire de séparatisme) qui, si l’on y prend garde, pourrait bien entraîner la France vers un éclatement fort peu souhaitable, ni pour les temps contemporains, ni pour les générations présentes et à venir. Sans négliger que, dans le même temps, près d’un Français sur deux prétend n’avoir aucun repère social ou identitaire, comme le signale une enquête du Cevipof de cette année, ce qui, selon le chercheur Luc Rouban, « révèle bien plus un isolement social qu’une capacité d’autonomie » : « La France, fragile et désunie, est-elle devenue une « République anomique », comme l’affirme Rouban ? « Si la République est menacée, elle l’est sans doute plus par cette anomie que par l’intégration de minorités dans des groupes séparatistes », avertit le politologue. D’où ces révoltes protéiformes, ces contestations violentes qui ponctuent l’actualité française depuis des années. » (1). Cette « déconstruction en marche » de la société française n’est pas un accident ni un hasard : elle est la conséquence de l’échec politique de la République contemporaine qui, désormais et malgré son centralisme toujours agressif (comme les Français ont pu le constater lors de la gestion de la crise sanitaire de 2020-2022), n’est plus le « liant » de la société française qu’elle prétendait être…

La réélection à la présidence de la République de M. Macron, quant à elle, n’a rien résolu des problèmes qu’il n’a pas été en mesure de surmonter en son quinquennat précédent, si heurté et conflictuel malgré les espérances de sa nouveauté et de son irruption disruptive en 2017 dans le paysage si bien rangé jusqu’alors du pays légal (2). La campagne présidentielle elle-même a déçu ceux qui pensaient y trouver le moyen de « sortir le sortant » et qui y croyaient dur comme fer et qui, pour certains, ont du « aller à Canossa » en votant lors du second tour pour celui qu’ils disaient détester et combattre, en un vote de rejet et non de projet, dans un réflexe pavlovien de « défense républicaine » qui n’a jamais cessé d’être depuis Jules Simon et ses comparses des années 1870-1880… Nombre de déçus du macronisme, de contestataires du système libéral, de partisans nationalistes, socialistes, populistes ou écologistes, etc. l’ont été ensuite du résultat de l’élection présidentielle, voire du système de cette élection en attendant que cela soit de la République elle-même, pourrait rajouter le royaliste farceur et conséquent… « Les électeurs sont décevants », murmurent certains en ajoutant à leur acte d’accusation la Cinquième République mais en en proposant une Sixième, dans une logique qui, au regard de l’histoire, pourrait être considérée comme une forme de masochisme !

Non, la Sixième République n’est pas une solution ! A lire les programmes qui la revendiquent, elle ne serait en fait que le retour d’une sorte de synthèse de la Troisième et de la Quatrième, et guère plus nouvelle ni efficace que ces deux modèles anciens qui, dans l’un et l’autre cas, ont mené à l’échec le pays qui, pour se sauver, ne trouva d’autres maîtres, d’autres « dictateurs » au sens romain du terme, que des militaires, dans une geste qui reprenait, en somme, celle de la République initiale des années 1790 se livrant au sabre protecteur du général Bonaparte… Cette Sixième promise par M. Mélenchon et ses amis aurait tous les défauts de la République sans en avoir les avantages ou les atouts de la Cinquième, ces derniers étant liés à une lecture monarchique de l’État à défaut d’en être une pratique : c’est d’ailleurs cette semble-Monarchie (pour paraphraser Pierre Boutang) qui est attaquée avec le plus de virulence par les adeptes de la « République des républicains » qui caricature M. Macron sous les traits d’un Louis XVI sévère et insensible (ce que n’était pas l’original, comme l’ont largement démontré les événements et les historiens).

(à suivre)

Notes : (1) : Le Figaro, lundi 17 janvier 2022, page 29.

(2) : Le pays légal peut se comprendre comme l’ensemble des groupes sociaux et politiques qui apparaissent dominants et structurants du régime en place, tout en profitant de l’existence de celui-ci et participant à celui-ci, parfois dans un cadre légal de conflictualité organisée (la sphère médiatique et les systèmes électoraux), mais préservé des atteintes du « dehors » (c’est-à-dire des groupes dissidents de l’ordre établi (2bis), marginalisés, voire ostracisés) : le pays légal de la République fait d’autant plus référence aux « valeurs de la République » que c’est lui qui les fixe et en garde jalousement la définition et le vocabulaire…

En 2017, le pays légal a procédé à une sorte de « purge » ou, plutôt, de réévaluation de lui-même, donnant l’apparence du changement quand il n’était que le transfert de pouvoir de « groupes déclinants » (les partis traditionnels de la Cinquième République) au bénéfice de « groupes ascendants » (la jeune génération européo-mondialisée issue principalement des études de Finance et de Commerce, entre autres…) : « Il faut que tout change pour que rien ne change », n’est-ce pas là la méthode du pays légal pour passer à travers les époques et les contestations sans se remettre vraiment en cause ?

(2bis) : L’ordre établi, ou plutôt, selon le personnaliste Emmanuel Mounier et le royaliste Bertrand Renouvin, le « désordre établi », l’ordre républicain n’étant souvent que la caricature grinçante de l’ordre au sens noble du terme…

https://jpchauvin.typepad.fr/jeanphilippe_chauvin/2022/07/arguments-pour-la-monarchie-royale-active-%C3%A0-la-fran%C3%A7aise-partie-1-crise-de-la-r%C3%A9publique.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s