La fête est finie

220716

C’est désormais pour la France, que les choses sérieuses du nouveau quinquennat vont commencer. Car la situation financière et monétaire est grave. Les médias, les instituts de sondages, les commentateurs agréés ratiocinent dans le vide autour du concept de pouvoir d’achat, expression qui ne veut pas dire grand-chose : de même qu’il ne faut parler de guerre mais de « conflit de haute intensité », – ce qui ne sauve pas la paix, – de même que l’on évite de voir la mort, on se refuse à envisager un effondrement monétaire.(1)⇓

On annonçait donc pour 11 heures ce 15 juillet une rencontre entre Emmanuel Macron et Pierre Moscovici consacrée à la remise du rapport de la Cour des Comptes sur la situation et les perspectives des finances publiques. Or, 24 heures plus tard, on recherche vainement les échos médiatiques de cette entrevue annoncée – a-t-elle même eu lieu ? Elle figurait à l’agenda officiel de la présidence mais ne fait encore l’objet d’aucun communiqué.(2)⇓

Nous ne connaîtrons de cet entretien même pas les comptes rendus probablement hypocrites des intéressés. Leurs carrières se sont croisées depuis l’époque de François Hollande. Leurs relations demeurent nimbées d’ambiguïtés et de mystère : le subtil Moscovici ne voyait-il pas juste, lorsqu’il estimait l’ambitieux collaborateur de Hollande, au début de son ascension, capable de gagner l’élection, mais pas de gouverner ?

Ce jugement, doublement prophétique, le président élu de 2017 a mis très longtemps à le pardonner au commissaire européen… avant de le nommer à la tête de l’institution la plus redoutée, puisque chargée d’évaluer nos désastreuses finances publiques.

On ne doit jamais oublier non plus que l’approche critique de l’organisme d’État, désormais dirigé par Moscovici, mais toujours composé de hauts fonctionnaires de l’État central parisien, s’arrête à l’entre-soi inhérent à notre haute administration. On ne verra jamais ces citoyens, super-protégés eux-mêmes, mettre en parallèle le poids effarant de l’étatisme qui les nourrit accompagnant le déclin corrélatif de la nation qui les alimente de ses impôts.

Reste qu’en s’en tenant à sa seule méthodologie, et aux chiffrages synthétiques connus depuis le 4 juillet, la condamnation de la gestion macronienne s’impose. Après deux années à peu près convenables du point de vue arithmétique c’est dès 2019, en effet, que la trajectoire financière de l’État a commencé à se dégrader. La crise sanitaire et son délirant « quoi qu’il en coûte » de 2020 n’ont fait qu’aggraver la dérive.

La plus surprenante rumeur, qui se répand pourtant comme la calomnie de Don Basile dans Les Noces de Figaro, fait de Bruno Le Maire un successeur possible de Macron II puisqu’il n’y aura pas de Macron III. Espère-t-on transformer en « sauveur » ce déplorable ministre, ancien candidat qui n’obtint, en 2016 que 2 % des voix aux primaires « de la droite et du centre », puis qui, rallié en 2017 à la Macronie, en aura géré toutes les erreurs financières ?

Rappelons les données les plus cruciales du problème de nos finances publiques après 5 ans de sa gestion.

Les dépenses de l’État ont augmenté de 91 milliards d’euros sur les deux années 2020-2021, mais les dépenses hors mesures de soutien et de relance ont progressé, à elles seules, de 18 milliards d’euros. Et l’on nous annonce en 2022 tout un ruissellement de dépenses démagogiques nouvelles. C’est en temps de Covid qu’en 2021, le déficit public a atteint 161 milliards d’euros ; or, il devrait se maintenir au-dessus de 160 milliards d’euros en 2022. La croissance des dépenses publiques sans lien avec la pandémie est au bout du compte considérable. La dette publique se maintiendra donc au-dessus de 110  % du PIB en 2022 comme en 2021.

Quant aux hôpitaux de l’État, dont on veut faire la pierre angulaire des politiques sanitaires, rappelons que les administratifs représentent en France 33 % de leur personnel, contre 22 % en Allemagne, soit une pléthore de plus de 120 000 ressortissants de la « fonction publique hospitalière ».

Tout ceci va se révéler d’autant plus grave que les fonctions régaliennes, paupérisées par des décennies d’erreurs, de négligences ou de démagogie, aussi bien la justice, que la défense nationale ou les missions de sécurité, vont exiger un redressement impossible sans une prise de conscience de leur urgence prioritaire.

L’équation sera d’autant plus dure à résoudre qu’il est devenu impératif, à la fois, de réduire les impôts, les déficits, le niveau global des dépenses, tout en relançant précisément ces dépenses régaliennes. Or, c’est d’abord la hausse des prix de l’énergie, composés à plus de 50 % par des taxes, qui alimente grandement la dégradation ressentie, et réelle, du « pouvoir d’achat ». Ainsi en 2022, en France, la consommation réelle d’électricité d’un particulier ne représente que 49 % de sa facture, la part principale résultant de l’abonnement et des taxes. Entre 2010 et 2021, le coût de l’abonnement au réseau électrique a augmenté de plus de 58 % et les taxes de plus de 20 %. Le prix de l’essence à la pompe sert de vache à lait aux finances de l’État.

Au terme d’un réquisitoire implacable l’économiste Christian Saint-Étienne conclut donc à juste titre que « la performance de l’économie française est catastrophique avec une croissance moyenne de 1,1 % depuis vingt ans. L’inefficacité de la dépense publique est un des principaux freins à notre développement. » (3)⇓

JG Malliarakis  

Apostilles

  1. A cet égard, je déplore [presque] d’avoir ironisé, autour du 14 juillet, — c’était la fête nationale, – évoquant la reconnaissance par la Corée du Nord de « l’indépendance » de deux territoires, qui ne la désirent aucunement. La véritable aspiration de ces « républiques », du moins celle de ceux qui s’en sont emparé, est certainement le rattachement de ces anciennes possessions des tsars moscovites, à la [pacifique] Fédération de Russie, au mépris des accords d’Helsinki que nous avait imposés, il y a 50 ans, la défunte (?) URSS. Poutine n’a pas seulement consolidé un sentiment national ukrainien jusque-là fragile et sous-évalué, il a sorti l’Otan de ce que Macron appelait sa « mort cérébrale »……
  2. cf. site de la présidence de la république.
  3. cf. L’Opinion du 7 juillet

https://www.insolent.fr/2022/07/la-fete-est-finie.html

Une réflexion sur “La fête est finie

  1. Ping : La fête est finie – La vérité est ailleurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s