Un premier accord sur les céréales ukrainiennes et le déblocage de Kaliningrad

thumbs_b_c_4f851c2bfe1ab75499f890e01d51fa19.jpg

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/56721/un-primo-accordo-sul-grano-ucraino-e-lo-sblocco-di-kaliningrad

La réunion à Istanbul sur le rétablissement du transit ukrainien de céréales en mer Noire a été couronnée de succès. Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU, l’organisme qui a servi de médiateur entre les Russes et les Ukrainiens aux côtés de la Turquie, a déclaré que la réunion des délégations des pays en guerre était « une lueur d’espoir »,

Une déclaration relayée par l’agence Anadolu, qui ajoute : « Le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a annoncé que les responsables turcs, ukrainiens, russes et de l’ONU avaient convenu de créer un centre de coordination à Istanbul pour faciliter les exportations de céréales ukrainiennes. »

« Akar a déclaré que les participants ont trouvé un terrain d’entente sur plusieurs questions techniques, telles que la sécurité de la navigation sur les routes commerciales, ainsi que sur les contrôles conjoints d’entrée et de sortie dans les ports. »

Il reste encore quelques détails à régler, poursuit l’agence d’Ankara, qui seront discutés lors d’une réunion ultérieure qui se tiendra en Turquie, mais les « progrès » sur ce point ont également été confirmés par Zelensky, qui était jusqu’à présent le plus réfractaire à l’entente car, comme d’autres dans le camp occidental, il espérait utiliser la crise alimentaire mondiale comme levier pour une intervention des navires de l’OTAN en mer Noire.

Le nœud du blé ukrainien semble donc avoir été dénoué, même si le manque d’officialité, qui n’arrivera qu’après la prochaine réunion, incite à une certaine prudence.

Au-delà de la donnée en elle-même, qui est plus que pertinente, il faut noter qu’une fois de plus, la part du lion des négociations russo-ukrainiennes a été prise par la Turquie, qui avait déjà favorisé les rencontres entre les parties au début de la guerre.

Et c’est depuis l’effondrement du dialogue initial que Russes et Ukrainiens ne s’étaient pas rencontrés, ce qui rend ce sommet sur le blé encore plus important.

Et il est intéressant, dans ce sens, que la note de remerciement finale de Guterres ait loué la Turquie pour son « engagement exceptionnel » au cours des discussions, ainsi que pour le « rôle critique qu’Ankara jouera à l’avenir » (également Anadolu).

Guterres fait référence à la finalisation de l’accord sur les céréales, mais le flou de la phrase laisse également entrevoir autre chose, à savoir la possibilité qu’Ankara puisse arracher davantage aux parties belligérantes.

Une possibilité encore incertaine, mais il convient de noter que, parallèlement à l’accord sur le blé ukrainien, le différend sur Kaliningrad, l’enclave russe à laquelle la Lituanie avait imposé un blocus commercial, suscitant l’irritation risquée de Moscou (le Washington Post l’a qualifié de « provocation imprudente »), a également été débloqué.

L’UE a finalement convaincu la Lituanie, réticente, de laisser passer les trains entre l’enclave et la Russie.

Un one-two sur fond de déclarations belliqueuses. Des indices de détente qui semblent s’aligner sur les scénarios de certains analystes qui parlent d’un changement de climat sur le conflit.

Nous ne sommes pas à la fin de la guerre, ni, semble-t-il, au début de sa fin. Mais nous sommes certainement à la fin de son commencement. En d’autres termes, l’Occident a maintenant reconnu que toutes ses prédictions d’une victoire à court terme sur la Russie, produite par une vaillante résistance militaire ukrainienne (lire l’OTAN) et l’effet dévastateur des sanctions, ont été réduites à néant par la réalité.

Une réalité qui a également posé des critiques dramatiques à l’autre perspective, cette fois-ci à long terme : celle d’une guerre qui épuiserait le pays de Poutine. Là aussi, la réalité dit que cette guerre épuise l’Europe et une grande partie du monde plus que la Russie.

Une fois ces géostratégies illusoires terminées, l’Occident doit revoir ses plans. Il reste, certes, bien que moins affirmée, la perspective d’user la Russie (elle ne peut pas non plus s’éteindre avant la fin de la partie). Mais à côté de cela, des hypothèses d’un tout autre signe commencent également à être envisagées, à savoir comment sortir indemne de cette souricière dans laquelle les néocons et les dirigeants de l’OTAN ont conduit le monde.

Si l’on pense seulement que le flot d’armes vers l’Ukraine était censé servir, comme tous les stratèges – télévisés et autres – l’ont répété et le répètent, à amener Kiev à la table des négociations en position de force, on peut voir comment cette perspective s’amenuise également, car la position de l’Ukraine s’affaiblit de jour en jour.

Il s’agit donc de mettre fin au conflit sans donner la victoire à Poutine, ce qui devient de plus en plus difficile au fil du temps.

Les déclarations des dirigeants ukrainiens sur la création prochaine d’une armée d’un million d’hommes ne changent rien à l’affaire. Il s’agit d’une hyperbole propagandiste, car les armées ne sont pas créées de toutes pièces, et les civils ne peuvent pas non plus être transformés par magie en troupes de choc en quelques jours. Ce sont là des trucs de boucher, de producteurs de chair à canon.

Il ne reste plus qu’à attendre, malheureusement, que l’Amérique sorte du tunnel, même s’il est difficile de voir comment. Un simple cessez-le-feu peut offrir une certaine marge de manœuvre à cet égard, car il peut être vendu comme une impasse momentanée, comme ce fut le cas pour la guerre de Corée, une impasse qui a ensuite duré plusieurs décennies. Mais même cette solution présente des problèmes critiques pour Washington, qui doivent être surmontés d’une manière ou d’une autre.

Toutefois, il convient également de noter que l’alternative folle de l’option de l’apocalypse, à réaliser par l’escalade (nous renvoyons sur ce point à une note de Responsible Stratecraft), également prônée avec ferveur par les néocons et leurs acolytes, semble avoir perdu de son mordant pour le moment. Bien. 

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/07/17/un-premier-accord-sur-les-cereales-ukrainiennes-et-le-deblocage-de-kalining.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s