La trahison des intellectuels : plaidoyer pour une révolution métapolitique

Martin Sellner

Le militant politique autrichien Martin Sellner appelle les étudiants de droite à se réapproprier l’université, spécialement le domaine des humanités.

« La trahison des clercs » est le titre d’un ouvrage polémique de Julien Benda, philosophe français libéral. Il y déplorait, en 1927, la « trahison » de l’intelligentsia française aux Lumières et à l’universalisme au profit de la lutte des classes et du nationalisme. En effet, les révoltes de gauche et de droite du XXe siècle se sont moins décidées dans les combats de rue que dans les académies. Tout comme les révoltes libérales du XIXe siècle étaient portées par les étudiants et les classes éduquées, les partisans des révolutions antilibérales étaient pour la plupart de jeunes universitaires.

Bien avant les succès du NSDAP, la Nationalsozialistischer Deutscher Studentenbund avait la main sur les universités. En mai 1928, le NSDAP n’obtient que 2,6 % des voix, tandis que le NSDStB obtient 19,5 % en 1929 et 34,4 % en 1930. Les résultats des étudiants étaient en moyenne deux fois plus élevés que ceux du reste de la population. En 1930, le corps étudiant nazi représentait la majorité absolue dans onze universités et la faction la plus forte dans douze universités. En 1931, il y eut même un résultat national des élections AstA de 44,4 %. La raison en est évidente. Les élèves ont le temps et la formation pour la lutte métapolitique. Le succès des « marxistes culturels » après la guerre, qui ont dû renoncer au « bouleversement de la situation » économique mais ont occupé au contraire tout l’appareil idéologique d’État, est dû à cet effet d’apprentissage.

La lutte pour l’espace intellectuel de la nation implique une lutte pour imprégner le cœur des récits et pour tenir la source de la maîtrise du discours. Celle-ci réside encore dans les universités, d’où sortent presque tous les « experts » qui en tirent leur légitimité. « Chaque guerre n’est décidée qu’après la guerre », écrivait Arthur Moeller van den Bruck et il avait raison. Après la chute inévitable des nazis, qui ont perverti les idées de la Révolution conservatrice, la vraie lutte n’était pas encore déterminée. La lutte pour l’avenir de l’Allemagne et de l’Europe, la recherche d’une troisième voie au-delà du libéralisme et du marxisme, était loin d’être terminée. Et les conservateurs ont cependant continué à dominer les universités.

« Trahison de l’intelligentsia de droite »

La preuve en est les résultats des élections des représentants étudiants en Autriche après 1945. Le « Ring Freiheitlicher Studenten » (FS), le parti étudiant de droite, qui n’a pu se présenter aux élections universitaires qu’en 1953, a obtenu 32%. Avec une participation impressionnante de 70 %, c’était le deuxième plus grand groupe. Ce niveau a été maintenu jusqu’en 1967. Depuis le RFS a tout de même atteint 30% après des hauts et des bas. Après 1968, le crash s’est produit. En seulement 5 ans, le corps étudiant national est tombé à 8% et s’est installé dans les chiffres les plus bas les années suivantes. Aux élections universitaires de 2021, le RFS a obtenu un triste score de 2,65 %. À l’Université de Vienne, quatre listes ouvertement marxistes atteignaient ensemble près de 73 %. Une comparaison avec les sondages et les résultats électoraux du FPÖ dans la population montre un énorme écart. La tendance s’observe dans tous les pays occidentaux et s’applique à presque tous les grands partis populistes de droite. La domination conservatrice qui existait encore dans les universités après la guerre a été perdue dans le quart de siècle suivant.

Dans la lignée de Benda, il faut peut-être parler de « trahison de l’intelligentsia de droite ». La droite a fui le combat. Le problème, j’en émets l’hypothèse, réside dans les choix de vie qui ont été posés par la plupart des conservateurs. Des centaines de milliers de décisions individuelles prises par de jeunes universitaires de droite – notamment influencés par leur environnement familial – ont été prises, génération après génération, en faveur de sujets qui promettaient une bonne « assise financière » mais aucune influence métapolitique. Non seulement la lutte pour les universités a été abandonnée mais la droite n’a même pas réussi à maintenir et à défendre les structures et les positions existantes. Cette omission est particulièrement évidente dans la dégradation des études littéraires.

Pour lire la suite, c’est ici !

https://fr.novopress.info/227434/la-trahison-des-intellectuels-plaidoyer-pour-une-revolution-metapolitique/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s