Grand espace et idée d’empire – contre-projet à l’UE

c1fcd949c96b8b871c4d87c5d5a5cad2.jpg

Par Alexander Markovics

L’État-Nation : pour certains, c’est un modèle dépassé, pour d’autres, c’est la possibilité de revenir au « bon vieux temps ». Mais le problème soulevé par l’Etat-Nation réside dans le fait qu’il est d’une part trop faible pour contrer la menace de la mondialisation, l’espace qu’il domine n’étant tout simplement pas assez vaste, et d’autre part trop fort lorsqu’il s’agit de restreindre les libertés de son propre peuple, puisqu’il tente de rendre tous les citoyens « égaux » à partir d’un centre, au-delà des frontières des régions, des tribus et des états qui se sont développés au fil du temps. Nous assistons chaque jour à deux de ces dérives: d’une part, l’immigration de masse que l’État-nation ne peut pas réguler (et ne semble pas vouloir empêcher) et, d’autre part, les citoyens sont contraints de penser à l’unisson et selon les médias et de se faire vacciner partout où cela est possible. L’État-nation devient donc de plus en plus problématique, précisément parce qu’il considère l’homme comme un individu, libéré de tout lien collectif (peuple, religion, région, sexe, etc.) – mais quelle pourrait être une alternative à cet État ?

Tout d’abord, il est important de considérer deux points importants dans l’évolution historique de l’Europe: alors que l’État-nation européen a échoué lors de la longue guerre civile de 1914 à 1945, un monstre bureaucratique s’est développé après 1945 dans le cadre de l' »unification européenne » sous l’égide des États-Unis, qui tente non seulement d’uniformiser toute l’Europe, mais aussi d’inculquer aux peuples du Vieux Monde la mondialisation et ses vices de la manière la plus approfondie possible. Il est intéressant de noter que l’Union européenne actuelle n’est en principe rien d’autre qu’un immense État-nation, qui semble être une version libérale du « Quatrième Reich européen » imaginé par le national-révolutionnaire Jean Thiriart, dont le projet était également dominé par un centralisme rigide. Dès les années 1960, cette construction monstrueuse a finalement reçu la réponse audacieuse d’une « Europe des patries » (Charles de Gaulle), qui exigeait le maintien de la souveraineté nationale des États européens tout en favorisant la coopération entre les différents pays.

Cependant, cela ne résout pas le problème de l’État-Nation – le centralisme vis-à-vis de ses propres citoyens d’une part, l’incapacité à lutter contre la mondialisation d’autre part – mais tente seulement de l’atténuer dans le cadre d’un « compromis ». La véritable alternative à l’État-Nation se nourrit des sources de notre histoire et associe deux concepts: l’empire et le grand espce. De ces deux concepts, l’idée d’empire est sans aucun doute la plus ancienne. Son objectif est de concilier les contraires en son sein, en s’appuyant sur l’idée de communauté. Comme l’a expliqué le sociologue allemand Ferdinand Tönnies en 1887 dans son livre Gemeinschaft und Gesellschaft, la société (qui est la forme dominante de la vie en commun dans l’État-nation) est dans un état permanent de tension et d’hostilité: les gens ne font rien les uns pour les autres tant qu’on ne leur promet pas quelque chose en retour, s’ils coexistent pacifiquement, c’est uniquement séparés les uns des autres (par leurs intérêts économiques en concurrence permanente), et non sous la forme d’une coexistence. La communauté, en revanche, attribue à chaque personne une place unique, elle est « organique » parce que ses membres ne sont pas identiques les uns aux autres, mais se complètent mutuellement comme les organes d’un corps. Elle est fondée sur la notion d’intérêt général, qui ne découle pas du principe de causalité, mais du principe de subsidiarité tel que l’avait formulé Johannes Althusius. Celui-ci définit la communauté comme un empilement de communautés/coopératives de vie simples et privées (familles, collèges séculiers, corporations) et de communautés mixtes (villages, villes et provinces), finalement couronnées par une communauté supérieure. Le chef de l’empire – historiquement sous la forme de l’empereur – est chargé de représenter les valeurs communes de l’empire, d’incarner et de garantir sa mission – le bien commun, la paix – et d’assurer la médiation entre les différents niveaux.

PUF_FERDI_2010_01.jpg

Sa mission religieuse et eschatologique est de constituer le katechon, la figure qui arrête la progression de l’Antéchrist, qui s’oppose aux forces du mal, sans doute représentées aujourd’hui par la mondialisation et l’idée d’un « monde unique ». L’État est en cela « res publica », chose commune à l’ensemble du peuple, puisque chaque niveau a pour mission de décider le plus seul possible des choses qui le concernent, la politique a ici pour mission de faire vivre les hommes en communauté, la souveraineté ne se retrouve donc pas ici, comme dans la théorie moderne de l’État (national), uniquement au niveau le plus élevé, qui élimine tous les corps intermédiaires en dessous de l’État et au-dessus de l’individu, mais à tous les niveaux de la communauté. L’empire n’est donc pas un État centralisé, mais plutôt une fédération. Comme il existe en son sein une fédération entre les peuples, les communautés et les activités de production, l’idée de coopération est fondamentale pour l’Empire. Il nie donc les fondements du capitalisme, qui repose sur une concurrence permanente entre les individus.

Mais comment une communauté avec des spécificités culturelles, ethniques et traditionnelles différentes peut-elle fonctionner ? Elle le peut en acceptant précisément ces différences sur le plan juridique, tant qu’elles ne contredisent pas la loi commune. Le peuple politique (demos) n’étant pas assimilé au peuple ethnique (ethnos), ces différences peuvent subsister car, contrairement au libéralisme, l’empire ne cherche pas à réduire la nationalité à la citoyenneté, ni à définir la citoyenneté de manière ethnique, ce qui confondrait les deux concepts. La condition préalable est bien sûr l’existence d’un peuple d’empire qui, conscient de sa propre histoire, de sa religion et de ses origines, se sent capable de créer des valeurs pour un empire commun.

Un tel empire peut alors être multiculturel au sens propre du terme, puisqu’il réunit sous une même idée des peuples différents les uns des autres et conscients de leur identité (dont la remigration éventuelle est ainsi facilitée), et non pas « multiculturel » comme Berlin-Kreuzberg, sans disposer d’aucun type de culture.

31UybvVCeqL._SX328_BO1,204,203,200_.jpg

D’un point de vue géopolitique, un mariage avec l’idée du Großraum de Carl Schmitt est logique. En 1939, dans son ouvrage sur le « Großraumordnung mit Interventionsverbot für raumfremde Mächte » (ordre du grand espace avec interdiction d’intervention pour les puissances étrangères à l’espace), celui-ci constatait, sur fond de l’expérience de blocus par les puissances maritimes anglo-saxonnes, que seul un espace à l’abri des blocus pouvait être souverain et garantir la pérennité de ses peuples. L’idée d’autarcie qui en découle, et dont l’Europe prend à nouveau douloureusement conscience dans le contexte de ses propres sanctions contre la Russie, exige la coopération de plusieurs peuples, à charge pour les Reichsvölkern (dans le cas de l’Europe, il en existe même deux, l’Allemand et le Français) d’unifier cet espace par une idée politique dont les peuples doivent disposer d’une autodétermination interne dans le sens de l’idée de subsidiarité. A cet égard, Schmitt a déjà reconnu, par anticipation et par analogie avec les représentants de l’idée eurasienne, qu’il n’existe pas seulement un empire européen qui doit régner sur le monde entier, mais également plusieurs grands espaces et empires (Schmitt citait déjà à l’époque la Russie et le Japon comme exemples à côté des Etats-Unis). L’idée de grand espace est donc d’emblée multipolaire et non unipolaire et permet l’existence de plusieurs systèmes politiques dans le monde, et pas seulement celui de la « seule démocratie occidentale qui fait le bonheur » aux yeux de Washington, ce qui permettrait de reproduire l’ordre intérieur de l’empire à l’échelle mondiale.

Bien sûr, un tel pluricentrisme dans le monde, dont parle également le politologue russe Leonid Savin, présuppose que nous acceptions l’existence de différentes cultures au-delà des slogans tels « Refugees welcome ! » et de la « Cancel Culture » néolibérale de l’Occident moderne. Ce n’est qu’ainsi que l’Allemagne et l’Europe pourront elles aussi redécouvrir leur propre identité traditionnelle et faire renaître l’Empire au sens propre du terme.

http://euro-synergies.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s