Madrid : 90 % des membres du 3e “gang latino” de la ville sont d’origine marocaine. “L’appellation “latino” n’est plus qu’un simple hommage”

La troisième génération de gangs latinos, après vingt ans de présence à Madrid, est probablement celle qui présente le plus de changements par rapport aux précédentes. Les experts de la Police nationale et de la Guardia Civil qui luttent contre ce fléau s’accordent à dire que l’origine des membres de ces organisations criminelles est beaucoup plus diverse qu’il y a quelques années. C’est ce qu’ils disent à ABC. Le retour à la normale après la fermeture due à la pandémie de Covid-19 s’est traduit par une plus grande activité criminelle, mais aussi par un changement dans le profil de ces jeunes.

A tel point que dans l’un des gangs émergents, l’appelation “Latino” n’est plus qu’un simple hommage. C’est le cas des Bloods, dont les rangs comptent désormais une majorité de marocains.

C’est ce qu’indiquent des sources policières fiables, qui estiment que 90% de leurs membres sont nés dans cette partie du Maghreb, ont été naturalisés espagnols ou descendent directement de parents originaires du pays voisin.

Ils sont de cette origine et de loin, par rapport à ce qui s’est passé lorsqu’ils sont apparus. Cela est dû au sentiment de groupe, au fait qu’ils se sentent davantage pris en charge par le groupe que par leur propre famille. Ils se déplacent surtout autour de la zone centrale, qui est traditionnellement le territoire des Trinitaires, mais ils ont un pacte d’union ou de non-agression avec les Trinitaires”, explique un enquêteur.

Cette tendance s’accentue, selon un autre spécialiste de l’Institut armé : “C’est un contexte généralisé pour tous les gangs en général ; ils sont de plus en plus hétérogènes en termes de nationalités. Et cela est dû au fait que leur objectif est de rechercher des adeptes de toute nature, et que les endroits où ils sont le plus susceptibles de succomber au recrutement tendent à être les zones marginales ou défavorisées, ce qui coïncide généralement avec le fait qu’un pourcentage élevé de la population de cette zone tend à être de nationalités très diverses.

Il n’est donc pas surprenant que parmi ces Marocains se trouvent des mineurs étrangers non accompagnés (menas) ou des personnes qui ont été non accompagnées et qui, en atteignant l’âge de 18 ans, se sont retrouvées à la rue. Et c’est dans ce contexte qu’ils cherchent et trouvent leur “place” dans les bandes de jeunes.

Deux fois plus de mineurs

Dans la territoire de la police nationale (Madrid et 14 autres grandes municipalités), il y a officiellement 120 Trinitarios ; 120 Dominican Don’t Play (DDP), qui sont considérés comme encore plus violents que les premiers ; 40 Bloods ; 40 Ñetas, et à peine 20 Latin Kings, le groupe originel. Au total, en comptant d’autres organisations très minoritaires, le nombre de membres actifs et affiliés des gangs latinos à Madrid dépasse les 400.

L’aspect le plus inquiétant est sans aucun doute la jeunesse de ces jeunesEn 2020les mineurs représentaient 20 % ; en 2021, 32 % ; et aujourd’hui, ils dépassent les 40 %. Des enfants âgés de 12 à 14 ans, l’âge limite de la responsabilité pénale, sont recrutés. Un exemple en est le dernier meurtre, fin avril, dans la Calle de Alcocer, à Villaverde : sur les sept personnes arrêtées, la plus jeune est considérée comme l’auteur du crime, qui n’avait que 14 ans depuis un mois.

La structure pyramidale, si profondément ancrée dans les premiers gangs de jeunes arrivés d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale au début des années 2000, a muté aujourd’hui en groupes hétérogènes, de plus en plus anarchiques et dépourvus d’obéissance aveugle à leurs chefs. Cette circonstance dans des organisations aussi nombreuses que les Trinitaires ou le DDP a un impact particulier sur les liens quasi inexistants que leurs différentes factions entretiennent actuellement. Dans le cas des Bloods, qui sont beaucoup plus petits en nombre, les liens restent plus forts, bien qu’avec des limites.

[…]

ABC

https://www.fdesouche.com/2022/05/31/madrid-90-des-membres-du-3e-gang-latino-de-la-ville-sont-dorigine-marocaine-lappellation-latino-nest-plus-quun-simple-hommage/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s