Regards nouveaux sur Nietzsche 3/5

Dans la sphère de l’actuel renouveau nietzschéen en Allemagne Fédérale, Friedrich Kaulbach rejoint quelque peu l’école française (deleuzienne) contemporaine en disant que Nietzsche est un philosophe « expérimental » qui joue avec les perspectives que l’on peut avoir sur le monde. Ces perspectives sont nombreuses, elles dépendent des idiosyncrasies des philosophes. Dès lors, au départ de l’œuvre de Nietzsche, on peut aboutir à des résultats divers, très différents les uns des autres ; résultats qui n’apparaîtront contradictoires qu’au regard d’une logique formelle ; en réalité, ces contradictions ne relèvent que de différences de degrés.

Le Philosophe A aboutit à autre chose que le Philosophe B parce que sa perspective varie de x degrés par rapport à l’angle de perception de B. Vu ces différences de perspectives, vu ces divers et différents regards portés à partir de lieux divers et différents, l’homme créant (créateur) garde une pleine souveraineté. Il peut adopter aujourd’hui telle perspective et demain une autre. Son objectif est de construire un monde qui a une signification plus signifiante pour lui. Friedrich Kaulbach, dans son livre (2), Sprachen der ewigen Wiederkunft : Die Denksituation des Philosophen Nietzsche und ihre Sprachstile [Königshausen & Neumann, Würzburg, 1985], distingue, chez Nietzsche, un langage de la puissance plastique, un langage de la critique démasquante, un langage expérimental, une autarcie de la raison perspectiviste, qui, toutes les quatre, doivent, en se combinant de toutes les façons possibles, contribuer à forger un instrument pour dépasser le nihilisme (le fixisme des traditions philosophiques substantialistes) et affirmer le devenir, l’éternel retour du même. Le rôle du maître, dans cette interprétation de Kaulbach, c’est de pouvoir se servir de ce langage nouveau, combinatoire, que l’on peut nommer le langage dionysiaque.

Mais Löw ne se contente pas de l’interprétation de Kaulbach, même si elle est très séduisante. Et il ne se satisfait pas non plus de la sixième stratégie interprétative : celle qui table sur quelques assertions de Nietzsche, où le philosophe affirme que sa philosophie est une œuvre d’art. Pour Nietzsche, en effet, la beauté était le signe le plus tangible de la puissance parce qu’elle indiquait précisément un domptage des contradictions, un apaisement des tensions. Quand un système philosophique s’effondre, qu’en reste-t-il ? Ses dimensions artistiques, répondait Nietzsche. Le penseur le plus fécond, dans cette perspective du Nietzsche-artiste, doit agir en créateur, comme le sculpteur qui projette sa vision, sa perspective en ouvrageant une matière, en lui donnant forme.

Nietzsche : sophiste et éducateur

Pour Löw, Nietzsche est sophiste ET éducateur. Sa volonté de devenir un éducateur, comme les sophistes, est l’élément déterminant de toute sa démarche philosophique. Ses contradictions, problème sur lequel six écoles d’interprétations se sont penchées (comme nous venons de le voir), constituent, aux yeux de Löw, des obstacles à franchir, à surmonter (überwinden) pour affiner l’instrument éducateur que veut être sa philosophie. Une phrase du Nachlaß apparaît particulièrement importante et féconde à Löw : « Der große Erzieher wie die Natur : er muß Hindernisse thürmen, damit sie überwunden werden » (Le grand éducateur [doit être] comme la nature : il doit empiler des obstacles, afin que ceux-ci soient surmontés).

Le plus grand obstacle est Nietzsche lui-même, avec son style héraclitéen, décrété « obscur » par les premiers critiques de l’œuvre. Pour Nietzsche, le choix d’un style héraclitéen est au contraire ce qu’il y a de plus transparent dans son travail philosophique : il indique un refus de voir ses aphorismes lus par la populace (Pöbel) et par les “partis de toutes sortes”. Nietzsche souhaitait n’être ni utile ni agréable… Cette attitude témoigne d’un rejet de tous les “catéchistes”, de tous ceux qui veulent penser sans obstacles, de ceux qui veulent cheminer sans aléas, sans impondérables sur une allée soigneusement tracée d’avance. Le monde idéal, supra-sensible, de Platon devient, pour Nietzsche, la caricature de cet univers hypothétique sans obstacles, sans lutte, sans relief. Mais Nietzsche sait que sa critique du platonisme repose sur une caricature, que son image du platonisme n’est sans doute pas tout Platon mais qu’elle vise et cherche à pulvériser les catéchismes platonisants, qui règnent en despotes aux périodes creuses où il n’y a rien de cette immaturité potentiellement créatrice (le monde homérique, la vieille république romaine, l’épopée napoléonienne, la libération de la Grèce à laquelle participa Lord Byron, etc.) ni de cette force pondérée et virile (l’admiration de Nietzsche pour Adalbert Stifter).

L’éducateur Nietzsche crée une paideia [formation] pour tous ceux qui viendront et ne voudront jamais imiter, répéter comme des perroquets, potasser de façon insipide ce que leurs prédécesseurs ont pensé, écrit, dit ou inventé. L’objectif de Nietzsche est donc précis : il faut forger cette paideia de l’avenir qui nous évitera le nihilisme. Nietzsche, aux yeux de Löw, n’est donc pas le fondateur d’une stratégie philosophique omni-destructrice comme il l’est pour Deleuze ni le maître du nouveau langage dionysiaque qui permet d’adopter successivement diverses perspectives comme pour Kaulbach. Nietzsche est « sophiste » pour Löw, parce qu’il se sert très souvent de la méthode des sophistes, mais il est simultanément un « éducateur », éloigné des préoccupations strictement utilitaires des « sophistes », car il veut que les génies puissent s’exprimer sans être encombrés des étouffoirs de ceux, trop nombreux, qui « pensent » sur le mode de l’imitation.

Le génie est créateur : il fait irruption de manière inattendue en dépit des “discours stupides sur le génie”. Nietzsche se donne une responsabilité tout au long de son œuvre : il ne se complait pas dans ses contradictions mais les perçoit comme des épreuves, comme des défis aux “répétitifs”. Et si aucune philosophie ne doit se muer en “isme”, ne doit servir de prétexte à des adeptes du “psittacisme” savant, celle de Nietzsche, aux yeux mêmes de Nietzsche, ne saurait être stupidement imitée. Nietzsche se pose contre Nietzsche, avertit ses lecteurs contre lui-même (cf. Ainsi parlait Zarathoustra). Löw extrait ainsi Nietzsche de la sphère d’hypercriticisme, poussé parfois jusqu’à l’affirmation joyeuse d’un anarchisme omni-dissolvant, où certaines écoles (dont la deleuzienne) voulaient l’enfermer.

Le recours à la « physiologie »

Löw interprète donc Nietzsche comme un philosophe dans la plus pure tradition philosophique, en dépit d’un langage aphoristique tout à fait en dehors des conventions. Helmut Pfotenhauer, dans un ouvrage concis : Die Kunst als Physiologie, Nietzsches ästhetische Theorie und literarische Produktion [J.B. Metzlersche Verlagsbuchhandlung, Stuttgart, 1985, 312 p.] aborde, lui, l’héritage légué par Nietzsche sous l’angle de la physiologie. Ce terme, qui a une connotation naturaliste évidente, se trouve dans l’expression nietzschéenne Kunst als Physiologie, l’art comme physiologie. Il faut dès lors s’interroger sur le vocable « physiologie », qui revient si souvent dans les propos de Nietzsche. Honoré de Balzac, le grand écrivain français du XIXe, à qui l’on doit aussi une Physiologie du mariage, disait à propos de ce néologisme d’alors : « La physiologie était autrefois la science exclusivement occupée à nous raconter le mécanisme du coccyx, les progrès du fœtus ou ceux du ver solitaire […] Aujourd’hui, la physiologie est l’art de parler et d’écrire incorrectement de n’importe quoi […] ».

Au XIXe siècle donc, le terme physiologie apparaît pour désigner une certaine littérature populaire, qui n’est pas sans qualités, ou le style « causant » des feuilletons des grands quotidiens. La « physiologie » sert à décrire, avec goût et esprit, les phénomènes de la vie quotidienne, à les classer, à les typer : on trouve ainsi une physiologie du flaneur, de la grisette, de l’honnête femme ou du touriste anglais qui arpente les boulevards parisiens. La physiologie, dans ce sens, doit beaucoup aux sciences naturelles et aux classifications d’un Bouffon ou d’un Linné. Balzac, pour sa Comédie humaine, trace un parallèle entre le monde animal et la société des hommes. On parle même de « zoologie politique »…Baudelaire, E.T.A. Hoffmann, Poe, Flaubert (qui, selon Sainte-Beuve, maniait la plume comme d’autres manient le scalpel) adoptent, à des degrés divers, ce style descriptif, qui enregistre les perceptions sensuelles et leur confère une belle dimension esthétique.

La physiologie offre de nouveaux modèles à la réflexion philosophique, permet de nouvelles spéculations : tous les domaines de la vie sont « historicisés » et relativisés, ce qui jette d’office l’observateur philosophique dans un tourbillon de nouveautés, d’innovations, véritable dynamique affolante où la vitesse rend ivre et où les points de repères fixes s’évanouissent un à un. Nietzsche ne jetait qu’un regard distrait et distant sur ces entreprises littéraires et scientifiques, ainsi que sur toutes ces tentatives de scruter les phénomènes spirituels à la lumière des révélations scientifiques et de les organiser théoriquement. Il se bornait à constater que le style des « physiologistes » envahissait l’université et que le vocabulaire de son époque se truffait de termes issus des sciences naturelles. Devant cette distraction, cet intérêt apparemment minime, une question se pose : pourquoi Nietzsche a-t-il eu recours au vocable « physiologie », qui n’avait rien de précis et avait été souvent utilisé à mauvais escient ?

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s