Regards nouveaux sur Nietzsche 2/5

Par la suite, la sociale-démocratie oscillera entre le légalisme strict, devenu « révisionnisme » ou « réformisme » parce qu’il acceptait la société capitaliste / libérale, ne souhaitait que la modifier sans bouleversement majeur, et le révolutionnisme, partisan d’un chambardement généralisé par le biais de la violence révolutionnaire. Cette seconde tendance demeurera minoritaire. Mais c’est elle, rappelle R. Hinton Thomas, qui puisera dans le message nietzschéen.

Une fraction du parti, sous la direction de Bruno Wille, critiquera avec véhémence l’impuissance du réformisme social-démocrate et se donnera le nom de Die Jungen (Les Jeunes). Ce groupe évoquera la démocratie de base, parlera de consultation générale au sein du parti et, vu l’échec de sa démarche, finira par rejeter la forme d’organisation rigide que connaissait la social-démocratie. Wille et ses amis brocarderont le conformisme stérile des fonctionnaires du parti, petits et grands, et désigneront à la moquerie du public la « cage » que constitue la SPD. Le corset étouffant du parti dompte les volontés, disent-ils, et empêche toute manifestation créatrice de celles-ci. L’accent est mis sur le volontarisme, sur les aspects volontaristes que devrait revêtir le socialisme. Ipso facto, cette insistance sur la volonté entre en contradiction avec le déterminisme matérialiste du marxisme, considéré désormais comme un système « esclavagiste » (Knechtschaft).

Kurt Eisner, écrivain et futur Président de la République rouge de Bavière (1919), consacrera son premier livre à la philosophie de Nietzsche (1). Il critiquera la « mégalomanie et l’égocentrisme » de l’auteur d’Ainsi parlait Zarathoustra mais retiendra son idéal aristocratique. L’aristocratisme qu’enseigne Nietzsche, dit Eisner, doit être mis au service du peuple et ne pas être simplement un but en soi. Cet aristocratisme des chefs ouvriers, combiné à une conscience socialiste, permettra d’aristocratiser les masses.

Gustav Landauer (1870-1919), créateur d’un anarchisme nietzschéen avant de devenir, lui aussi, l’un des animateurs principaux de la République Rouge de Bavière en 1919, insistera sur le volontarisme de Nietzsche comme source d’inspiration fructueuse pour les militants politiques. Son individualisme anarchiste initial deviendra, au cours de son itinéraire politique, un personnalisme communautaire populiste, curieusement proche, du moins dans le vocabulaire, des théories völkisch-nationalistes de ses ennemis politiques. Pour ce mélange de socialisme très vaguement marxisant, d’idéologie völkisch-communautaire et de thèmes anarchisants et personnalistes (où le peuple est vu comme une personne), Landauer mourra, les armes à la main, dans les rues de Munich qu’enlevaient, une à une, les soldats des Corps Francs, classés à « l’extrême-droite ».

Contrairement à une croyance tenace, aujourd’hui largement répandue, les droites et le conservatisme se méfiaient fortement du nietzschéisme à la fin du siècle dernier et au début de ce XXe. R. Hinton Thomas s’est montré attentif à ce phénomène. Il a repéré le motif essentiel de cette méfiance : Nietzsche ne s’affirme pas allemand (ce qui irrite les pangermanistes), méprise l’action politique, ne s’enthousiasme pas pour le nationalisme et ses mythes et se montre particulièrement acerbe à l’égard de Wagner, prophète et idole des nationalistes. Si, aujourd’hui, l’on classe abruptement Nietzsche parmi les penseurs de l’idéologie de droite ou des fascismes, cela ne correspond qu’à un classement hâtif et partiel, négligeant une appréciable quantité de sources.

Six stratégies interprétatives de Nietzsche

Outre l’aspect politique de Nietzsche, outre les éléments de sa pensée qui peuvent, en bon nombre de circonstances, être politisés, le philosophe Reinhard Löw distingue six stratégies interprétatives de l’œuvre nietzschéenne dans son livre Nietzsche, Sophist und Erzieher : Philosophische Untersuchungen zum systematischen Ort von Friedrich Nietzsches Denken [Acta Humaniora der Verlag Chemie GmbH, Weinheim, 1984, XII+222 p.]. Pour Löw, la philosophie de Nietzsche présente une masse, assez impressionnante, de contradictions (Wiedersprüche). La première stratégie interprétative, écrit Löw, est de dire que les contradictions, présentes dans l’œuvre de Nietzsche, révèlent une pensée inconséquente, sans sérieux, sans concentration, produit d’une folie qui se développe sournoisement, dès 1881. La seconde série d’interprétations se base sur une philologie exacte du discours nietzschéen. Dire, comme Ernst Bertram, l’un de ses premiers exégètes, que Nietzsche est fondamentalement ambigu, contradictoire, procède d’une insuffisante analyse du contenu précis des termes, vocables et expressions utilisées par Nietzsche pour exprimer sa pensée (cf. Walter Kaufmann). La troisième batterie d’interprétations affirme que les contradictions de Nietzsche sont dues à leur succession chronologique : 3, 4 ou 5 phases se seraient succédé, hermétiques les unes par rapport aux autres.

Pour certains interprètes, les phases premières sont capitales et les phases ultimes sont négligeables ; pour d’autres, c’est l’inverse. Ainsi, Heidegger et Baeumler, dans les années 30 et 40, estimeront que c’est dans la phase dernière, dite de la « volonté de puissance », que se situe in toto le « vrai » Nietzsche. Löw estime que cette manière de procéder est insatisfaisante : trop d’interprètes situent plusieurs phases dans un laps de temps trop court, passent outre le fait que Nietzsche n’a jamais cherché à réfuter la moindre de ses affirmations, le moindre de ses aphorismes, même si, en apparence, sa pensée avait changé. Cette méthode est de nature « historique-biographique », pense Löw, et demeure impropre à cerner la teneur philosophique globale de l’œuvre de Nietzsche.

La quatrième stratégie interprétative, elle, prend les contradictions au sérieux. Mais elle les classe en catégories bien séparées : on analyse alors séparément les divers thèmes nietzschéens comme la volonté de puissance, l’éternel retour, la Vie, le surhomme, le perspectivisme, la transvaluation des valeurs (Umwertung aller Werte), etc. Le « système » nietzschéen ressemblerait ainsi à un tas de cailloux empilés le long d’une route. Les liens entre les thèmes sont dès lors perçus comme fortuits. Nietzsche, dans cette optique, n’aurait pas été capable de construire un « système » comme Hegel. Nietzsche ne ferait que suggérer par répétition ; son œuvre serait truffée de « manques », d’insuffisances philosophiques.

Pour Landmann et Müller-Lauter, cette absence de système reflète la modernité : les fragments nietzschéens indiquent que le monde moderne est lui-même fragmenté. Les déchirures de Nietzsche sont ainsi nos propres déchirures. Löw rejette également cette quatrième stratégie car elle laisse supposer que Nietzsche était incapable de se rendre compte des contradictions apparentes qu’il énonçait ; que Nietzsche, même s’il les avait reconnues, n’a pas été capable de les résoudre. Enfin, elle ne retient pas l’hypothèse que Nietzsche voulait réellement que son travail soit tel.

La cinquième stratégie consiste, dit Löw, à prendre le taureau par les cornes. Les contradictions indiqueraient la « méthode de la pensée de Nietzsche ». Quand Nietzsche énonçait successivement ses diverses « contradictions », il posait consciemment un « modèle d’antinomie » qui fait que certains énoncés de Nietzsche combattent et contredisent d’autres énoncés de Nietzsche. En conséquence, on peut les examiner de multiples manières, à la mode du psychologue ou de l’historien, du philologue ou du philosophe. Pour Jaspers, ces contradictions mettent tous les systèmes, toutes les métaphysiques et toutes les morales en pièces : elles ouvrent donc la voie à la “philosophie de l’existence”, en touchant indirectement à tout ce qui se trouverait au-delà des formes, des lois et du disible.

Pour Gilles Deleuze, l’un des principaux porte-paroles de l’école nietzschéenne française contemporaine, Nietzsche est l’anti-dialecticien par excellence. Ses contradictions ne sont pas l’expression d’un processus rationnel mais expriment un jeu a-rationnel, anarchique qui réduit en poussières toutes les métaphysiques et tous les systèmes. Les textes de Nietzsche ne signifieraient rien, si ce n’est qu’il n’y a rien à signifier. Cette “psychanalyse sauvage” omet, signale Blondel, que Nietzsche voulait constamment quelque chose : c’est-à-dire créer une nouvelle culture, un homme nouveau.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s