Regards nouveaux sur Nietzsche 1/5

Il y a cent ans paraissait l’ouvrage le plus célèbre de Nietzsche, celui qui sera le plus lu et que toute personne moyennement cultivée citera ou évoquera spontanément : Ainsi parlait Zarathoustra. On sait d’emblée que le philosophe allemand a une réputation qui sent le soufre, que ses vigoureuses tirades anti-chrétiennes risquent de faire chavirer toutes les certitudes, que son rejet, qualifié d’aristocratique, de toute espèce de moralisme, fait de sa pensée une gâterie, une ivresse, une drogue pour un très petit nombre. Tous les fantasmes sont permis quand il est question de Nietzsche ; chacun semble avoir son petit Nietzsche-à-soi, chacun tire de l’itinéraire du philosophe de Sils-Maria une opinion chérie qu’il exhibera comme un badge coloré, avec la certitude coquine de choquer quelques bien-pensants. Et, en effet, en cent ans, on a dit tout et n’importe quoi à propos de Nietzsche, tout et le contraire de tout.

Cet amateurisme et ce désordre, cette absence de professionnalisme et ce subjectivisme facile, qu’a subis l’œuvre de Nietzsche au cours du siècle écoulé, ont été désastreux : rien n’a pu être construit au départ de Nietzsche ; il reste de son travail pionnier que des critiques fulgurantes et féroces, des déconstructions et des destructions ; il reste l’âcre fumée qu’une horde de pillards laisse derrière elle. Cent après la parution du Zarathoustra, il est donc temps de dresser un bilan philosophique du nietzschéisme, de désigner, dans l’œuvre qu’il nous laisse, les matériaux d’une reconstruction, les matériaux qui serviront à construire un nouveau temple pour la pensée voire qui inspireront les bâtisseurs de cités nouvelles, puisque la faillite des idéologies dominantes, assises sur les « anciennes tables de la loi » postule de repenser et de reconstruire le politique sur d’autres fondements.

Ici, il ne sera pas question de dire définitivement ce qu’il convient de penser à la suite de Nietzsche, ni de donner une fois pour toutes la clef de l’énigme nietzschéenne. Modestement, il s’agira de donner un fil conducteur pour comprendre globalement la signification du message nietzschéen et de voir clair dans le réseau des interprétations philosophiques contemporaines de ce même message. Dans ce réseau, il s’agira de débusquer les interprétations abusives, stérilement subjectivistes bien qu’intellectuellement séduisantes, et de mettre en évidence celles qui recèlent des potentialités pour demain.

Cet indispensable travail de tri doit se faire au départ d’une documentation existante, à partir de ce qu’une poignée de chercheurs patients ont découvert. Vu le regain d’intérêt pour l’œuvre de Nietzsche, vu l’accumulation des travaux universitaires consacrés à sa philosophie, l’on devra, pour cette démarche, poser un choix dans l’abondante littérature qui est à notre disposition. Notre étude sera donc partielle, non exhaustive ; son ambition est d’amorcer une classification des nietzschéismes dans le but précis de rendre la philosophie nietzschéenne constructive. De ne pas l’abandonner à son stade premier, celui de l’hypercriticisme, dont nous ne nierons pas, pourtant, l’impérieuse nécessité.

Un soupçon idéologique

Le premier écueil que rencontre actuellement le nietzschéisme, dans le “grand public” (pour autant que cette expression ait un sens dans le domaine de la philosophie), c’est un soupçon d’ordre politico-idéologique. En effet, le nietzschéisme, pour l’intelligence qui se qualifie de « progressiste », est un système de pensée qui conduit à l’avènement du fascisme ou du national-socialisme. Très récemment encore (en juin 1981), Rudolf Augstein, l’éditeur de l’hebdomadaire ouest-allemand Der Spiegel, dans un article à sa mode, c’est-à-dire à l’emporte-pièce, déclarait sans ambages que si Nietzsche était le penseur, alors Hitler était l’homme d’action qui mettait cette pensée en pratique (Denker Nietzsche-Täter Hitler). Le journaliste en voulait pour preuve les falsifications de certains des manuscrits de Nietzsche par sa sœur, Elisabeth Förster-Nietzsche qui, un jour, au soir de sa vie, avait été serré la pince du Führer ! On avouera qu’au regard de la masse de manuscrits laissés par Nietzsche et de la quantité de livres publiés avant sa folie et que la sœur zélée n’a jamais pu modifier, l’argument est un peu mince. Augstein s’inquiétait tout simplement du retour à Nietzsche qu’opère une jeune génération de philosophes allemands et de l’abandon progressif mais sensible du corpus doctrinal de l’École de Francfort de Horkheimer et Adorno, dont la faillite se constate par le désorientement d’Habermas, celui qui gérait l’héritage des « francfortistes ».

Pour les Allemands éduqués dans le sillage de la dénazification, les “francfortistes” représentent en effet une caste de gourous infaillibles, intangibles, un aréopage de grands prêtres dont il serait impie de mettre les paroles (souvent sibyllines) en doute. Pourtant les faits sont là : le “francfortisme” a lassé ; son refus permanent de toute affirmation, de toute pensée qui affirme, joyeusement ou puissamment, tel ou tel fait, de toute philosophie qui dit le beau et pose la créativité comme hiérarchiquement supérieure à la critique ou à la négation, n’a mené qu’à l’impasse. On est bien forcé d’admettre que la négativité ne saurait être un but en soi, qu’on ne peut régresser à l’infini dans le processus permanent de négation. Pour Habermas, bien situé dans l’aire philosophique du francfortisme, le “réel”, tel qu’il est, est mauvais, dans le sens où il ne contient pas d’emblée tout le « bon » ou tout le « bien » existant dans l’idée.

Devant ce réel imparfait, il convient de maximiser le bon, de moraliser à outrance afin de minimiser les charges de mal incrustées dans ce réel marqué d’incomplétude. Ainsi, la réalité imparfaite appelle la révolution salvatrice ; mais cette révolution risque d’affirmer un autre réel, de déterminer un réel également imparfait (tantôt moins imparfait tantôt plus imparfait). Donc Habermas rejette les grandes révolutions globales, initiatrices d’ères nouvelles affirmatives, pour leur préférer les micro-révolutions parcellaires et sectorielles qui inaugurent ipso facto un âge de corrections permamentes, d’injections à petites doses de “bien” dans le tissu socio-politique inévitablement marqué du sceau du “mal”. Mais le monde de la philosophie ne pouvait indéfiniment se contenter de ce bricolage constant, de cette morne réduction à un réformisme sans envergure, à cette socio-technologie (social engeneering) sans épaisseur.

Devant le soupçon de nazisme qui pèse en permanence sur le nietzschéisme, devant l’impossibilité de maintenir la philosophie au niveau d’une négation permanente et de maintenir la mouvance kaléidoscopique du réel sous la férule de ces micro-révolutions qui, finalement, ne résolvent rien, il faut renvoyer dos à dos les thèses qui posent comme incontournable le « pré-nazisme » du nietzschéisme, rejeter le mirage de la négativité permanente et s’interroger sur l’avènement d’un ordre global, d’un consensus généralisé, qui puisse englober et sublimer les multiples et diverses affirmations qui fusent en permanence depuis le tissu épais du social et du politique, tissu déposé par les vicissitudes historiques.

Nietzsche et la pensée de gauche en Allemagne, au début du siècle

Le nietzschéisme a certes connu des interprétations nazies ; des philosophes plus ou moins impliqués dans l’aventure nazie ont fait référence à Nietzsche. Inutile de nier ou de minimiser ces faits, surtout pour prendre expressément le contre-pied de la démonstration d’Augstein. Mais, en dépit d’Augstein et de ses bricolages idéologiques favoris, en dépit de la bigoterie francfortiste qui afflige l’Allemagne de ces deux ou trois dernières décennies, en dépit de l’hiérocratie fondée en RFA par le Saint-Pierre du francfortisme, Horkheimer, Nietzsche, nous le savons désormais grâce à de nouvelles recherches historiques, n’a pas seulement préparé les munitions idéologiques de l’hitlérisme, il a aussi influencé considérablement le socialisme de son époque. Une étude du Professeur britannique R. Hinton Thomas, de l’Université de Warwick, nous illustre avec brio ce télescopage, cette cross-fertilization entre nietzschéisme et socialisme, entre le nietzschéisme et une pensée contestatrice classée à « gauche ». Son livre Nietzsche in German politics and society, 1890-1918 [Manchester Univ. Press, 1983] nous informe de l’impact de Nietzsche dans la pensée qui animait les cercles sociaux-démocrates de l’Allemagne impériale à la Belle Époque, de même que dans les milieux anarchistes et féministes et dans le mouvement de jeunesse qui a produit, en fin de compte, davantage d’ennemis résolus du Troisième Reich que de cadres de la NSDAP. Contrairement aux affirmations désormais « classiques » des progressistes, R. Hinton Thomas démontre que l’influence de Nietzsche ne s’est pas du tout limitée aux cercles de droite, aux cénacles conservateurs ou militaristes mais que toute une idéologie libertaire, dans le sillage de la social-démocratie allemande, s’est mise à l’école de sa pensée. Le professeur britannique nous rappelle les grandes étapes de l’histoire du socialisme allemand : en 1875, sous l’impulsion d’August Bebel, les socialistes adoptent le programme dit de Gotha, qui prétendait réaliser ses objectifs dans le cadre strict de la légalité. En 1878, le pouvoir impose les lois anti-socialistes qui freinent les activités du mouvement. En 1890, avec le programme d’Erfurt, les socialistes choisissent un ton plus dur, conforme à l’idéologie marxiste.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s