L’utopique union des droites

Le billet de Patrick Parment

 Sur le papier, une union des droites serait largement majoritaire dans ce pays. Et ce n’est pas le zinzin mélanchonien, Dupes, qui pourrait changer quelque chose. Rappelons quelques évidences. Comme nous l’écrivions il y a déjà quelques années, la gauche promet du rêve, la droite reste avant tout pragmatique. A gauche, un socialisme dispendieux – Mélenchon est en train de nous refaire le coup de la fantasmatique union de la gauche – quand la droite s’emmêle les pinceaux dans un libéralisme qui enrichit des riches toujours plus riches. D’un côté comme de l’autre, deux utopies aussi mortifères l’une que l’autre.

Conclusion, on est gouverné par une sorte de centrisme mou, tendance libérale mais surtout inculte, ignorant qu’un peuple c’est avant tout une histoire branchée sur une mémoire, un sol, une race (au sens culturel du terme). Dans cet ordre d’idée, un Ukrainien est plus proche de nous qu’un Pap Ndiaye, métis franco-sénégalais.

Mais revenons à notre sujet l’union des droites. A regarder de près, c’est en effet la galère. Marine Le Pen campe dans son coin, forte de ses 20% d’électeurs, ce qui lui assure une sorte de rente qui suffit à sa peine et plus encore à ses besoins. Et ce au mépris des idées qui ont fait le succès à son père mais aussi une réputation de paria. Ce dont il se foutait complètement par ailleurs. Sauf qu’aujourd’hui le RN est une caisse vide que Marine Le Pen a centrisé (gaytrisé ?) pour n’être plus qu’un simple « gueuloir » électoral. Sur l’air de « J’suis pas content, j’vote RN ». Hier encore, c’était le parti bolchevique qui tenait ce rôle.

Et il y a les Républicains. Un vaste fourre-tout qui se veut de droite sans trop savoir d’ailleurs ce que cela signifie, mais qui électoralement veut dire, « j’suis pas de gauche ». Ce parti est un melting pot où se croisent et s’encanaillent les lobbies et pas uniquement homo, franc-mac ou juif. On trouve aussi les bétonneux, les chasseurs, les bouilleurs de cru, les amoureux de la bagnole, les tenants du nucléaire, j’en passe et des meilleurs. Ce qui fut au départ un gaullisme populaire culturellement marqué franchouillard est devenu au fil du temps un marigot purement voué à fabriquer des candidats aux diverses élections. Dont cet imbécile de Chirac fut l’archétype – inscrit au pavillon de Sèvres – dont l’œuvre fut poursuivie par Nicolas Sarkozy.  Valérie Pécresse a confirmé brillamment que ce parti n’était plus rien. On n’abordera pas le sujet des centristes qui par nature ne sont rien, si ce n’est qu’ils se situent entre la droite et la gauche. Quand on ne veut ni l’un ni l’autre, on vote centriste. Un bulletin blanc en quelque sorte.

Et puis, dans ce marigot sans âme, a soudain débarqué Eric Zemmour qui, malgré ses défauts, a tenu à rappeler que la France ce n’était pas rien. Que c’était aussi un peuple, une histoire, une longue mémoire qu’au fil du temps nos politiques avaient relégué aux oubliettes. Que la France profonde était profondément attachée à ses racines, à sa culture, à ses identités régionales, à son terroir, à ses mœurs. Autant de thèmes largement relégués dans les poubelles par nos politiques traditionnels.  Seulement voilà, les Gilets jaunes ont réveillé ces sentiments enfouis, ce besoin d’une France fraternelle conforme à ses traditions, son âme, sa culture.

Le résultats des courses, c’est une France fracassée, divisée, fracturée entre la ville et les champs, entre les bourgeois et les prolétaires, les riches et les pauvres, les Gaulois et les immigrés  arabe, jaune, noir et autres. Les Français veulent qu’on pense d’abord aux Français comme le clamait d’ailleurs les politicards sous la Troisième République. Dans un monde déboussolé, preuve est faite que tout homme se replie d’abord sur son petit Liré ! D’où l’émergence de ce que l’on a appelé le populisme. Rien de fasciste là-dedans, n’en déplaise à tous ces imbéciles de gauche, du centre et d’ailleurs. Comme l’a bien démontré l’éthologue Konrad Lorenz chez les animaux, l’homme défend d’abord son territoire. Et à l’heure d’un mondialisme que le conflit ukrainien est en train de remettre en cause, on voit ressurgir l’égoïsme des nations.

La question est donc : l’union des droites est-elle possible ? Mais autour de quel projet ? Car les Républicains pas plus que le Rassemblement national n’en ont un susceptibles de plaire à tout le monde et dont la France et les Français seraient le centre. Le seul à en avoir un, c’est bien Eric Zemmour. Que les Républicains comme le Rassemblement national vont tout faire pour le tuer. Sous le soleil rien de nouveau, on a la droite, la plus bâte du monde…

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2022/05/23/l-utopique-union-des-droites-6383330.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s