Les criminels s’en donnent à cœur joie

Franck Deletraz

 Les bandes ethniques et autres barbares responsables de l’ensauvagement effrayant de notre pays l’ont parfaitement compris : Macron ayant été réélu, ils vont pouvoir continuer tranquillement à piller, saccager, violer et massacrer, tout en bénéficiant d’une insupportable impunité. Ainsi, et comme nous nous y attendions, depuis deux semaines, les faits divers relevant de la pire sauvagerie se multiplient à un rythme exponentiel sans bien sûr susciter la moindre réaction de la part de l’Etat, et même, pourrait-on dire, avec les « encouragements » d’une justice dont le laxisme a pris des proportions ahurissantes.

 Battue à mort par un SDF repéré depuis un mois

 Au cours de ces seuls derniers jours, les agressions particulièrement violentes, qui autrefois relevaient de l’exception, auront ainsi été légion. Parmi celles- ci, on retiendra notamment le sauvage assassinat, lundi matin à Marseille, d’une femme de 55 ans, battue à mort dans le parking souterrain de sa résidence par un SDF d’une quarantaine d’années interpellé le jour même « sur la base d’un signalement transmis aux services de police ». Selon les premiers éléments de l’enquête, cet individu, récemment sorti de prison, et donc déjà connu de la police et de la justice, qui rodait dans le quartier depuis plusieurs semaines, aurait frappé sa victime à la tête « avec acharnement » avant de prendre la fuite. Si le mobile de cet assassinat n’a pas encore été établi, un policier chargé de l’enquête, précisant au passage que l’homme était « déjà bien connu des cellules psychiatriques », confiait cependant mardi que celui-ci avait « agi de manière totalement gratuite ».

 Quatre hommes « tous de type africain »

 Quarante-huit heures auparavant, au Chesnay-Rocquencourt (Yvelines), c’est le chef étoilé italien Simone Zanoni et sa femme qui étaient violemment attaqués et dépouillés à leur domicile par quatre barbares « tous de type africain » et armés. Après s’être introduits de force chez eux, les quatre sauvages les ont tous les deux frappés, ligotés, interrogés à coups de gifles, avant de repartir avec leurs cartes bancaires, leurs bijoux, de l’argent, des objets de marque, et leur Porsche Cayenne. Les victimes ayant alors pu donner l’alerte, l’un des quatre agresseurs, un « jeune » de 17 ans habitant le XIVe arrondissement de Paris et déjà connu de la police, a pu être interpellé un peu plus tard par une patrouille de la BAC alors qu’il était au volant de la Porsche. Mis en examen dimanche, il a été incarcéré dans la soirée. Mais probablement pour peu de temps… Enfin, on n’oubliera pas non plus cette autre agression barbare dont ont été victimes samedi soir le patron, le personnel et les clients du restaurant Près-la-Rose à Montbéliard : parce qu’il avait juste réprimandé deux voyous ethniques qui faisaient des rodéos à moto près de sa terrasse, Philippe Hugon a en effet vu débarquer dans son restaurant quelque 25 « jeunes » armés de couteaux, qui ont insulté, menacé et bousculé son personnel et sa clientèle. Une attaque qui, cependant, n’a guère surpris Philippe Hugon car, comme il l’a expliqué depuis aux journalistes : « le soir, quand il fait nuit au Près-la-Rose, si on vous chope, vous êtes mort. Il n’y a pas de caméra et personne pour vous porter secours… »

 Source : Présent 12/5/2022

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s