GAZ : LA NATURE TRAHIE PAR L’EUROCRATIE

Camille Galic

Le virage que Bruxelles vient d’annoncer – et que nous avions prévu dès le 29 mars –, est capital mais surtout révoltant : sous prétexte d’« assurer la sécurité d’approvisionnement des Etats membres, confrontés à l’immense défi du remplacement de 155 milliards de mètres cubes de gaz russe par an, soit 40 % de leur consommation » et surtout dans le cadre des sanctions frappant la Russie, l’Union européenne va recourir au gaz naturel liquéfié (GNL), originaire notamment des Etats-Unis et dont l’empreinte carbone est très supérieure à celle du gaz qui nous arrive de Russie par pipe-line.

Autre aberration : les importations américaines seront essentiellement issues du gaz de schiste dont, sous la pression des écologistes, la France a interdit l’exploitation sur son propre territoire ! Raison pour laquelle, d’ailleurs, l’opérateur Engie, dont l’Etat français possède 23,64 % du capital, avait dû abandonner en 2020 un énorme contrat négocié avec l’américain NextDecade pour la fourniture du GNL. Ce contrat, le groupe hexagonal doit le relancer en catastrophe, et bien sûr à la hausse, pour la fourniture de 1,75 million de tonnes de GNL par an à partir de 2026 et pour 15 ans. On se gausserait de cette politique de Gribouille si l’enjeu n’était pas si essentiel, pour la préservation de l’environnement comme pour les finances publiques. Certes, les Verts sont sonnés depuis la dégringolade de leur candidat Jadot à la présidentielle, mais s’il y eut jamais une bonne raison d’ameuter les foules, c’est bien celle-là.

Un cadeau pour Pékin

D’autant que la défection européenne ne gênera guère Moscou : alors même que les exportations de Gazprom vers l’Union avaient déjà chuté de 26,9 % en 2021 en raison de la stagnation industrielle, le géant gazier russe a enregistré pour la même année un bénéfice net record multiplié par 13 sur un an, à 2,159 milliards de roubles (près de 28 milliards d’euros au taux actuel), en raison de la demande toujours plus forte des pays asiatiques. Ainsi les exportations vers la Chine notamment ont « explosé ». Désormais en position de force pour négocier des tarifs plus avantageux, l’empire du Milieu n’en sera que plus concurrentiel. Est-ce vraiment ce que veulent von der Leyen, Macron, Sholtz, Draghi et leurs pairs ?

Source :Présent 7/5/2022

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Une réflexion sur “GAZ : LA NATURE TRAHIE PAR L’EUROCRATIE

  1. A reblogué ceci sur La vérité est ailleurset a ajouté:
    A croire que nous avons bien les dirigeants européens les plus cons du monde… Et surtout les plus corrompus a la solde des USA, un scandale politique économique et écologique quand on nous parle sans cesse de protection d’environnement à grand coup de taxes carbones et autres! C’est franchement révoltant !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s