Carriérisme ou conviction, il faut choisir !

Bernard Plouvier

À la différence des politiciens de la gamelle qui hantaient les palais de la Ve République déjà agonisante, les populistes des années 1970 apportèrent un brin de fraîcheur : ils ne cherchaient pas à décrocher une sinécure et se fermaient volontairement l’accès aux « honneurs », en défendant des idées simples – Honneur, Travail, Famille, Patrie.

Diabolisés, privés de l’accès tranquille à la télévision, seul moyen de toucher les masses – lorsqu’un populiste venait y parler, il se faisait insulter ou moquer -, leurs scores électoraux végétaient jusqu’au ras-le-bol électoral de 2002, éclat sans lendemain, car l’électorat fut repris en main à coups de cravache.

Pourtant, depuis les années 2010, le mouvement populiste est objectivement devenu très puissant, composé à la base de patriotes aux idées fort honorables, mais qui ne nourrissent pas son politicien ! Dans un régime de mafiosi « gamelleux », les populistes font figure de diablotins alors même qu’ils représentent le retour à des valeurs saines.    

Face à ces « anormaux », un Macron, un Mélenchon, un Valls – sorti des oubliettes, après avoir avalé autant de couleuvres au-delà des Pyrénées qu’il en avait ingurgitées en-deçà, ou tels autres si nombreux nous offrent le réconfortant spectacle du politicien de tradition, celui qui a fait les délices des électeurs et des chroniqueurs des IIIe, IVe et Ve de nos merveilleux régimes républicains et continue de le faire.

Le bon peuple est rassuré, qui ne veut surtout pas « d’aventure » et réélit une législature après l’autre des guignols strictement interchangeables. Et cette comédie dure depuis quarante années : les élus du peuple depuis les années Mitterrand sont d’excellents serviteurs de cette économie globale, qui appauvrit notre agriculture et anéantit notre industrie, mais qui enrichit fabuleusement les négociants de tous acabits ; ils sont aussi d’illustres défenseurs de cette mondialisation qui nous force à trouver bon et logique d’accueillir plus de 15 millions d’extra-européens, alors même que le chômage structurel ne fait que croître depuis le début des années 1970

Pour mémoire, on rappelle que sous Giscard, le chiffre d’1,5 million de chômeurs faisait scandale au point que le candidat Mitterrand, en 1981, se faisait fort de remettre au travail 500 000 chômeurs en un semestre – et l’on se remémore son geste : il frappait rageusement la table de son index droit agitant son autre mimine dans un geste qui se voulait viril et n’était que ridicule. Deux ans plus tard, les chômeurs étaient 3 millions… et on laissait envahir la France par tous les éclopés du Tiers-Monde, au point qu’un jour le fameux pitre Rocard a éructé : « La France ne peut accueillir toute la misère du monde ».

Que c’était une belle phrase ! Hélas, le Président perpétuel Mitterrand-Chirac-Sarkozy-Hollande-Macron a poursuivi l’invasion, bientôt génératrice de l’importation du Djihâd le plus meurtrier.

OK, ce n’est pas mieux partout ailleurs en Europe Occidentale ! Mais ce n’est nullement une raison de tolérer les scènes d’émeutes au prétexte que les Suédois, amollis et démagogues, s’avèrent impuissants à réagir devant l’insurrection de fous gueulant « Allah ou Akbar », tabassant une centaine de policiers expédiés à l’hôpital. Du temps du Président de Gaulle, pourtant si peu soucieux de son peuple, on ne tolérait pas que des étrangers viennent faire du grabuge chez nous !

Dès les débuts du chaos globalo-mondialiste, des voix populistes ont tenté de se faire entendre, redonnant espoir aux patriotes : l’espoir de reconquérir notre indépendance face aux immondes de New York et de Washington, à la fois fous d’ambition et menteurs pathologiques, l’espoir de rendre à la Nation française – par définition de souche européenne – la propriété pleine et entière de sa Patrie.

Une élection après l’autre, le score des patriotes s’améliore en effet. Voilà, en 2022, que, la victoire s’avérant enfin possible, plusieurs populistes se dressent pour secouer un cocotier dont le titulaire somnole un peu trop. Les patriotes observent, consternés, des luttes de clocher et des luttes pour remplir la gamelle… abjections que l’on croyait, peut-être naïvement, spécifiques du camp de la démagogie globalo-mondialiste.               

Dans ce contexte, il est bon de rappeler aux « responsables » du camp populiste la définition antique de l’amitié : « Eadem velle ; eadem nolle » – Vouloir le même objectif et rejeter les mêmes horreurs. Cela seul compte et non les ambitions de carrière de tel ou telle, car le politicien professionnel, de quelque bord qu’il soit, est LA plaie des régimes démocratiques. Pour éviter cet écueil, il faudra bien un jour limiter à 10 années le règne des élus et renouveler régulièrement les cadres. 

S’il advenait qu’après un nouveau score fort honorable à la présidentielle, le groupe des patriotes se déchirait au lieu de s’unir pour paralyser – de façon pacifique, par la voie des urnes – un Président démagogue, objectivement acquis au cosmopolitisme, et son cortège de minables opportunistes prêts à tous les reniements pour jouir d’une sinécure, alors il faudrait considérer ou que la voie démocratique est inefficace – mais la violence ne mène à rien, toute l’histoire est là pour le confirmer – ou qu’il faut se séparer des tristes sires qui, à la tête du mouvement populiste, préfèrent dorloter leur ego qu’assurer le triomphe des idées et des idéaux.  

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2022/05/08/carrierisme-ou-conviction-il-faut-choisir-6380731.html

Une réflexion sur “Carriérisme ou conviction, il faut choisir !

  1. faguet

    la boutiquiere ne veut pas défendre la France , elle veut seulement sauver sa boutique .Il n’y a qu’une solution, quitter son commerce et la ruiner , pour que s’ouvre un nouveau rassemblement

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s