« L’Europe est un champ de bataille entre deux visions du monde » – Entretien avec Daria Platonova

Entretien avec Daria Platonova

par Lorenzo Maria Pacini et Giulia Lipari

Source : https://www.ideeazione.com/leuropa-e-il-campo-di-battaglia-fra-due-visioni-del-mondo-intervista-a-daria-platonova/

Nous avons interviewé, en exclusivité, Darya Platonova Douguina, philosophe diplômée de l’Université d’État de Moscou, spécialisée dans le néoplatonisme, commentatrice politique qualifiée et fille du professeur Aleksandr Douguine. L’interview a été réalisée en deux langues, afin d’être diffusée auprès du public russophone.

Daria, tout d’abord, merci d’avoir accepté notre interview. La situation géopolitique en constante évolution s’oriente vers un nouvel ordre mondial multipolaire, qui s’oppose au nouvel ordre mondial mondialiste, de la Grande Réinitialisation, des oligarchies financières et du pouvoir caché. La Russie est actuellement le pays qui mène le « choc des civilisations »: quel est, selon vous, le rôle de l’Europe ?

L’Europe est aujourd’hui le champ de bataille entre deux visions du monde – la vision mondialiste et la vision anti-mondialiste. C’est désormais évident dans tous les pays. Les élections présidentielles françaises ont eu lieu récemment et, en les analysant, nous pouvons clairement constater l’existence de deux blocs – l’un représentant le peuple, l’autre les élites transnationales. Le Pen, et avec elle Mélenchon, étaient anti-mondialisation dans leurs programmes, le but principal de leurs campagnes était d’augmenter le pouvoir d’achat des Français, et de renforcer la souveraineté de l’Etat français (on pourrait appeler cela dans une certaine mesure une stratégie gaulliste dans le cas de Le Pen, et une position non-alignée dans le cas de Mélenchon). Aujourd’hui, l’Europe est un champ politique subordonné à la dictature de l’hégémonie américaine. Malheureusement, les élites européennes suivent aveuglément les ordres des États-Unis. Mais la crise, qui a déjà eu un impact majeur sur l’Europe, montre suffisamment les conséquences négatives de ces politiques – et ce uniquement sur le plan économique. De nombreux signes, voix et manifestations politiques d’une approche alternative émergent sous nos yeux – il y a des forces en Europe qui veulent la multipolarité. Ce sont les mouvements altermondialistes. Ils sont l’avenir de l’Europe, quant au mondialisme et aux élites de l’UE, ils sont son passé. Tout indique le « déclin de l’Europe » – la tyrannie croissante a également été soulignée par Spengler comme une caractéristique clé de la fin de la « culture », tout comme les gouvernements technocratiques et la domination de l’argent en tant que valeur. Les élites de l’UE mènent une politique cohérente de destruction des pays européens. Cependant, il faut garder à l’esprit la résistance qui existe de la part des peuples – la résistance à la mort de leurs propres cultures. Cet esprit de résistance doit encore se révéler.

En Italie, les gens chantaient les louanges de la Russie et de Poutine il y a encore quelques mois; aujourd’hui, une grande partie de la population s’est rangée du côté de l’OTAN et pointe du doigt Moscou. La désinformation et l’ignorance généralisée en sciences politiques ont conduit à un climat alarmant et dangereux de haine idéologique. Pourtant, l’Italie est le siège de la première Rome, elle est la source de l’art, de la philosophie, de la science et de la beauté depuis des siècles et des siècles, mais elle semble s’être assoupie et avoir oublié ses propres origines et sa grandeur. Comment pensez-vous qu’un réveil du Logos italique et un retour à la grandeur de ce peuple puissent avoir lieu ?

Tout d’abord, je pense qu’il est nécessaire de réaliser que le système de propagande médiatique vise à renforcer l’influence américaine sur le continent européen. D’ailleurs, on en parle souvent en Italie. Il est très important de comprendre qu’aujourd’hui le régime de Kiev est le bastion avancé d’une idéologie mondialiste destructrice avec des idées de xénophobie, de haine radicale et de tyrannie.

De nombreuses personnes en Italie, mais plus généralement sur le continent européen, ne voient pas la Russie d’un bon œil, même si elles sont contre l’OTAN et l’impérialisme américain. Il y a une perception du risque de passer de l’asservissement d’un empire à un autre. Que pensez-vous de cela ?

Bien sûr, c’est un gros risque. Cependant, il existe différentes nuances d’approbation. On peut désapprouver une opération militaire spéciale de la Fédération de Russie mais s’abstenir de fournir des armes à Kiev. Il s’agirait également d’une prise de position.  L’Europe a le droit d’être « neutre »; géopolitiquement, elle est un pôle indépendant qui n’appartient ni à la civilisation de la mer ni à celle de la terre. Ce statut intermédiaire implique une certaine neutralité. Aujourd’hui, les processus auxquels nous assistons sont la subordination des pays de l’UE à la volonté des USA, c’est-à-dire une subordination totale aux normes et impératifs de la civilisation de la mer. C’est l’impérialisme 2.0, et il passe par la culture. Gramsci a été très précis en disant que dans le monde moderne, la prise de pouvoir se fait par la culture. Celui qui contrôle la culture (ainsi que les médias) contrôle le pays politiquement et économiquement. Aujourd’hui, la culture en Europe est malheureusement contrôlée par des structures pro-américaines.

Vous êtes une experte et une passionnée de la philosophie et de la politique françaises. La France, comme nous le savons tous, est l’une des nations les plus fortes de l’Union européenne et joue un rôle clé dans les relations avec la Russie et au-delà. Quels scénarios prévoyez-vous pour les prochaines élections présidentielles françaises ? Comment les relations de l’UE avec la Russie auraient-elles changé si Macron avait perdu ?

Les élections présidentielles ont montré que les structures mondialistes ont tout fait pour conserver leur protégé, Emmanuel Macron, qui représente les intérêts du capital financier mondial. Son mentor, l’économiste français Jacques Attali, a écrit sur l’importance de la mondialisation et la création d’une « nouvelle élite nomade », totalement détachée de ses racines nationales. Dans un tel monde, toutes les différences entre les cultures, les peuples, les traditions s’effacent et tout devient universel. Un tel ordre du jour est une menace pour la multiplicité des identités européennes. Malgré la politique anti-peuple du plan quinquennal de Macron, tout le mécanisme du système mondialiste vise à la poursuite artificielle de son mandat. Il convient de noter que la situation est révolutionnaire: à la tête du pays se trouve un candidat qui n’a pas le soutien de la majorité de la population. On pourrait le qualifier de candidat nihiliste – car sa victoire est entièrement négative.

Même deux jours avant le second tour des élections, Macron a annoncé que la France avait envoyé des unités d’artillerie automotrices et des systèmes de missiles antichars à Kiev. De l’apaisement, Macron est passé au soutien actif au régime de Kiev. Lors d’une conversation téléphonique le 30 avril 2022, M. Macron a discuté avec M. Zelensky des plans de soutien français à l’Ukraine et a déclaré qu’il augmenterait l’appui militaire à Kiev.

Si Marine Le Pen avait réussi à accéder au pouvoir, la situation aurait radicalement changé. Elle a critiqué ouvertement l’OTAN dans le cadre du conflit ukrainien. Sa position a une base anti-mondialisation. Si elle gagne, la France pourrait devenir un pays avec lequel la Russie pourrait avoir un dialogue. Il a déclaré à plusieurs reprises que la France souffre des sanctions anti-russes imposées, les qualifiant de « harakiri » pour le pays. Malheureusement, la France est maintenant devenue l’otage des intérêts des élites mondialistes.

Comme dernière question, de la géopolitique nous nous tournons vers la philosophie. Quels sont vos philosophes préférés? Et quels sont les penseurs qui, selon vous, devraient être redécouverts en ce moment historique, afin de coopérer au grand réveil qui a lieu?

À mon avis, il est absolument nécessaire de connaître les œuvres de Platon et des néo-platoniciens, ce sont des auteurs fondamentaux qui, entre autres, peuvent nous donner des indices sur les événements qui se produisent aujourd’hui. Dans le platonisme, l’idée de base est celle de la hiérarchie, qui se manifeste à la fois dans l’âme (les trois agencements de l’âme) et dans l’État. Lorsque l’ordre et la hiérarchie sont modifiés, l’aspect matériel – luxurieux – se place en tête, la justice quitte l’âme et l’État, un règne de tyrannie commence (ce que nous voyons aujourd’hui en Occident). Il est également crucial de se référer aux écrits de Gramsci – et à ses idées sur l' »hégémonie » – pour décrire le processus d’assujettissement de l’espace européen au mondialisme. La principale bataille aujourd’hui n’est pas tant militaire que culturelle. Il est donc crucial de comprendre la nouvelle mission de la culture, qui porte la sémantique de la civilisation. En Europe, une culture qui se répand comme une épidémie est la culture du mondialisme (on peut distinguer différentes tendances – cyborgisation de l’art, fascination pour les ontologies orientées vers l’objet et bien d’autres).

Baudrillard avec son idée de la mort dans la modernité est plus pertinent que jamais, à mon avis. En bref, il constate que la société moderne s’efforce d’abolir la mort. En abolissant cette négation de la mort, la mort inonde tout, subordonne tous les processus. Si nous analysons, par exemple, la politique française du point de vue de la thanatologie, alors cette attitude moderne avec le « déni de la mort » peut être vue dans la figure de Macron. Sa focalisation sur la virtualité (une salle pré-électorale dans le jeu Meinkraft), son appel au futur (et non au passé), son biohacking au service de ses mentors idéologiques (Bernard-Henri Lévy) sont autant de preuves de l’idéologie consistant à tenter de surmonter la mort, qui est en fait ancrée dans l’idéologie du mondialisme elle-même.

Si nous essayons de nous tourner vers l’analyse existentielle, je pense qu’il est extrêmement important de suivre la philosophie de Heidegger, qui a brillamment décrit l’expérience du choc de l’homme avec l’Être. L’expérience de la guerre et des conflits est une occasion pour l’homme de voir l' »authentique », une occasion d’accéder à sa base « sacrée ».

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/05/05/l-europe-est-un-champ-de-bataille-entre-deux-visions-du-monde-entretien-av.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s