Macron président… Une bonne nouvelle pour le halal et le casher

Arnaud Raffard de Brienne

La réélection d’Emmanuel Macron pour au moins cinq années, sans préjuger d’un maintien du format quinquennal ou d’un prolongement septennal, devrait en principe rassurer les milieux musulmans et juifs et dissiper leurs craintes d’une éventuelle interdiction de l’abattage rituel en France. Au nom du Rassemblement national, Jordan Bardella avait en effet évoqué un possible interdit de ces méthodes venues d’ailleurs et d’un autre âge d’abattage des animaux de consommation courante, en contradiction flagrante avec les principes affichés et déclamés de laïcité et de neutralité de notre république athée et de sa matrice, l’Union européenne. Sans parler de l’intrigant silence des représentants du monde associatif prétendument engagés dans le combat pour le bien-être animal mais davantage soucieux de s’en prendre aux numéros animaliers de cirque, à la tauromachie et aux animaleries qu’aux cartels de la viande cautionnant l’égorgement à vif, sans étourdissement préalable, de millions d’animaux chaque année. Ni fous, ni téméraires, ni simplement courageux.

Avec Emmanuel Macron président, ces derniers pourront continuer à violer sans risque la législation sur les normes d’abattage, grâce à une dérogation de l’Union européenne d’ordinaire plutôt chatouilleuse sur les questions de laïcité mais étrangement pusillanime envers ces pratiques dites religieuses nous plongeant quelques millénaires en arrière.

Il faut ici préciser que Macron bénéficie de l’insigne honneur de présider une France comptant « en même temps » les plus importantes communautés musulmane et juive d’Europe, ce qui incite dans doute à quelques circonvolutions et aménagements, d’autant plus délicats qu’environ 70% de l’électorat musulman a voté au premier tour pour Jean-Luc Mélenchon, président d’une France pas si insoumise que cela si l’on considère son appel à voter Emmanuel Macron pour le second tour. Tout comme les organisations juives d’ailleurs. Sans parler des colossaux enjeux financiers – des milliards d’euros – d’un marché en pleine croissance, dont l’importance surpasse celui du bio pourtant omniprésent.

La tradition imaginée du halal

Par souci de modération et d’équilibre, Jordan Bardella s’était voulu rassurant et avait pourtant, au nom du Rassemblement national, promis qu’il demeurerait possible de continuer à importer des viandes halal et casher d’animaux abattus selon un rite « parfaitement religieux » afin de ne pas pénaliser nos concitoyens musulmans et juifs désireux de respecter scrupuleusement les préceptes de leur religion. En oubliant toutefois de préciser que le halal ne relève non seulement d’aucune obligation religieuse musulmane mais procède de plus d’une tradition inventée voire fantasmée et d’une mode en expansion depuis les années 1980. Il ne s’agit à l’évidence que de l’un des marqueurs identitaires qui nous sont imposés.

Déjà oublié le drame de la cinquantaine de nos compatriotes, jeunes pour la plupart, victimes de la redoutable bactérie E.Coli présente dans les pizzas Buitoni qu’ils avaient ingurgitées – conséquence sanitaire directe de l’abattage halal – dont un certain nombre mourront tandis que les autres subiront jusqu’à la fin de leurs jours l’un des pires handicaps qui soit.

Article publié dans le quotidien Présent cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s