Pourquoi les États-Unis ont besoin de la mort de milliers d’Ukrainiens

On peut s’interroger en écoutant les chaîne française sur l’objectif recherché par ces gens-là, toutes les voix qui pourraient s’élever en faveur de la paix et de la négociations sont systématiquement muselées, la mise en scène anti-russe avec les rumeurs entretenues autour d’exactions jamais démontrées fait partie de l’ordinaire, les intervenants improbables, un « ukrainienne », un « espion russe » qui connait bien Poutine, des éditorialistes dont chacun connait la partialité en faveur du pouvoir, tous ces gens-là minute après minutes interviennent pour pousser au crime, prêts à relayer n’importe quoi, aucune force politique assez responsable pour avoir le courage de se battre à contrecourant comme savait le faire le PCF durant les guerre coloniales. (Danielle Bleitrach)

Les États-Unis préparent des provocations pour accuser la Russie d’utiliser des armes chimiques, biologiques ou nucléaires tactiques en Ukraine. 

Le ministère de la défense prévient qu’un sabotage est possible dans les installations chimiques et biologiques de Kharkov et de Kiev ou à la centrale nucléaire de Zaporojié. La communauté des experts est convaincue que les provocations comme celle de Boutcha sont devenues insuffisantes, l’opération spéciale se révélant efficace, l’Occident cherche des prétextes pour lancer de nouvelles accusations contre la Russie.

Samedi, le chef des troupes de défense contre les radiations, les produits chimiques et biologiques des forces armées russes, Igor Kirillov, a donné un briefing sur les préparatifs des États-Unis et de l’OTAN en vue de provocations accusant la Russie d’utiliser des armes nucléaires, chimiques ou biologiques en Ukraine. Selon le ministère de la défense, ces plans sont une réaction américaine au succès de la Russie dans la conduite de son opération militaire spéciale.

Trois scénarios possibles ont été préparés. Le plus probable est un « incident sous faux drapeau » dans des installations chimiques et biologiques à Kharkov et à Kiev. « Il pourrait s’agir d’une utilisation réelle d’armes chimiques et biologiques faisant des victimes parmi la population, ou d’un « sabotage » monté par la Russie dans des installations appartenant à l’Ukraine qui ont été impliquées dans le développement de composants d’armes de destruction massive », a expliqué M. Kirillov.

Le second scénario consistait à utiliser de manière aussi dissimulée que possible des armes de destruction massive « en petites quantités » « pour supprimer la volonté et la capacité de résistance dans le cadre d’une tâche opérationnelle spécifique ». Ce scénario a été envisagé à Azovstal à Marioupol. Jeudi, la ville est passée sous le contrôle total des forces armées russes ainsi que des milices populaires des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk. Cependant, les restes d’unités de combat de l’AFU et de la milice populaire restent bloqués à Azovstal. La prise d’assaut de l’installation a été annulée suite à une décision du président russe Vladimir Poutine, qui a contrecarré « les plans du Pentagone pour la mettre en œuvre ».

Le scénario le moins probable de provocations, selon les militaires, est l’utilisation ouverte d’armes de destruction massive à Slaviansk et Kramatorsk, qui ont été transformées en villes forteresses. Une provocation visant les installations nucléaires ukrainiennes, principalement la centrale nucléaire de Zaporojié, contrôlée par les Russes, n’est pas non plus exclue.

Cette semaine, un « convoi de 10 véhicules transportant des marchandises dangereuses et se rendant à la centrale nucléaire » a été arrêté à un poste de contrôle de la Garde nationale et renvoyé dans la ville de Zaporojié.

En outre, la possibilité de frappes sur l’installation de stockage de déchets radioactifs de l’ancienne usine chimique Pridnestrovsky, dans la région de Dnipropetrovsk, est envisagée. « Le ministère de la Défense dispose d’un document confirmant l’état critique des installations de stockage et la mauvaise gestion de l’argent alloué par l’UE pour leur entretien », a ajouté M. Kirillov.

Selon le général, à l’instigation des États-Unis, les autorités ukrainiennes, afin de discréditer l’armée russe, pourraient organiser une provocation à l’aide d’armes chimiques, ce qui entraînerait la mort de dizaines de milliers d’Ukrainiens et provoquerait une « catastrophe environnementale et humanitaire ». La forte probabilité d’une utilisation mise en scène d’armes chimiques est confirmée par le fait que les États-Unis d’Amérique ont fourni à l’Ukraine des antidotes, dont plus de 220 000 ampoules d’atropine. Selon le général, ce fait démontre la préparation intentionnelle de provocations avec des agents neurotoxiques.

M. Kirillov a qualifié d’absurde la déclaration du directeur de la CIA concernant l’utilisation éventuelle d’armes nucléaires tactiques par la Russie contre l’Ukraine. Avec le niveau actuel d’équipement technique du système international de surveillance des essais nucléaires, il serait impossible de dissimuler l’utilisation de telles armes. « Si le directeur de la CIA ne comprend pas cela, soit il manque de professionnalisme, soit il est mal renseigné », a ajouté M. Kirillov.

Les experts estiment que ces provocations visent à convaincre le plus grand nombre de pays possible de soutenir les sanctions occidentales contre la Russie.

Igor Korotchenko, rédacteur en chef du magazine Défense nationale, a rappelé que, hormis les pays occidentaux, « le reste du monde a refusé de se joindre aux sanctions. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a récemment effectué une visite en Inde, et avant lui, d’autres fonctionnaires occidentaux importants s’y étaient rendus pour faire pression sur New Delhi afin qu’elle se joigne aux sanctions anti-russes. Mais ces tentatives ont échoué, alors l’Occident a besoin d’une provocation monstrueuse par sa nature et ses conséquences pour tenter d’influencer l’opinion publique mondiale.

Ce dont ils ont besoin, ce n’est pas d’une mise en scène comme à Boucha, ni de provocations aussi primitives, bien que dangereuses, mais précisément d’une provocation chimique, biologique ou nucléaire », estime M. Korotchenko.

Alexandre Bartosh, membre correspondant de l’Académie des sciences militaires, ajoute que « les Américains n’ont rien pour parer aux succès de l’opération spéciale russe, ils enveniment donc la situation au prix d’éventuelles accusations d’actions illégales ». « Cette technologie est ancienne, elle a été pratiquée en Syrie avec la participation des Casques blancs. Les éventuelles provocations avec pulvérisation de substances chimiques et radioactives en Ukraine sont nécessaires pour envenimer la situation et consolider davantage l’opinion publique non seulement en Europe, mais aussi dans le monde entier dans la confrontation avec la Russie », a souligné M. Bartosh.

M. Korotchenko a expliqué que personne ne doute aujourd’hui du succès de l’opération spéciale russe, comme en témoigne le début de la deuxième phase et la prise de Marioupol, alors que les efforts occidentaux pour soutenir l’Ukraine échouent. « Selon les stratèges occidentaux, une provocation est nécessaire. Cela ne peut être contré que par une publicité maximale, la plus grande ouverture et la plus parfaite honnêteté de la position de la Russie. Par conséquent, l’avertissement du ministère de la défense est un signal par lequel nous alertons le monde entier – soyez vigilants, une telle provocation peut avoir lieu avec l’implication des autorités ukrainiennes », a expliqué M. Korotchenko.

M. Bartosh a ajouté que la Russie pouvait contrer ces provocations par un travail de renseignement sérieux sur le terrain, en renforçant le contrôle des substances nucléaires dans les centrales nucléaires ukrainiennes et en « surveillant le fonctionnement des installations de production chimique où des substances peuvent être fabriquées pour mener de telles provocations ».

Pour sa part, Konstantin Kosachev, vice-président du Conseil de la Fédération, a déclaré à RIA Novosti que l’armée russe disposait de suffisamment de forces et de moyens pour empêcher toute provocation de la part de l’Occident. « Le danger est extrêmement élevé, mais il y a peu d’espoir pour l’objectivité des observateurs internationaux – les Américains ont très bien appris à manipuler ces missions à leur avantage. Nous ne devrons donc compter que sur nous-mêmes », a déclaré le sénateur.

Aleksandr Perengiev, professeur associé du département de sciences politiques et de sociologie de l’université économique russe Plekhanov et membre du conseil d’experts des officiers de Russie, affirme que la partie la plus forte et la plus fortifiée du groupe ukrainien continue d’être encerclée dans le Donbass à présent. Dans ces conditions, l’Occident a besoin de susciter une nouvelle attaque de haine contre la Russie et son armée, non seulement en Ukraine, mais aussi dans le monde entier. D’autant plus que de plus en plus d’Ukrainiens ordinaires manifestent de la sympathie pour la Russie et se méfient de leur propre armée et de leurs dirigeants. « La défaite du groupement ukrainien dans le Donbass signifierait en fait un tournant radical. C’est pour éviter que cela ne se produise que les États-Unis et l’OTAN agissent comme les derniers des lâches et les pires scélérats. Ils ne sont capables que de nuisances informationnelles et savent comment remuer l’opinion publique mondiale avec elles. Aujourd’hui, les États-Unis ont décidé qu’ils ne pouvaient plus diffamer la Russie uniquement avec des faux et ils ont maintenant besoin de vrai sang pour ce faire, ils sont prêts à tuer des gens en Ukraine », estime M. Perengiev.

Au cours du briefing, M. Kirillov a également déclaré qu’une éventuelle mise en scène devrait mettre la pression sur les alliés de la Russie, notamment l’Inde et la Chine, et créer un isolement politique et économique de la Russie. Il a rappelé que les programmes d’armes biologiques de l’URSS ont été abandonnés en 1972 et que l’arsenal chimique a été complètement détruit en septembre 2017. « Dans le même temps, le nombre de laboratoires biologiques américains est sans commune mesure avec celui des autres pays. Selon le ministère chinois des Affaires étrangères, il existe 336 laboratoires sous le contrôle de Washington dans 30 pays du monde, ce qui est très préoccupant », a déclaré M. Kirillov.

M. Kirillov a également déclaré que l’Ukraine a largué cette semaine un conteneur d’ampoules depuis un drone sur une position de troupes russes. « Il était prévu qu’au moment de leur destruction, il se produirait une réaction chimique qui provoquerait une explosion et un incendie, libérant des substances toxiques ne figurant pas sur les listes de la convention », a déclaré M. Kirillov, ajoutant que le contenu des ampoules est actuellement examiné au laboratoire du 27ème Centre scientifique du ministère russe de la Défense.

Selon Perengiev, l’Occident collectif est engagé dans des atrocités militaires et commet des crimes de guerre aux mains de l’AFU. « Les forces armées ukrainiennes ne mènent pas seulement une guerre terroriste, en se cachant derrière les civils et les infrastructures sociales, elles mènent aussi une guerre criminelle en utilisant des armes chimiques. Le Kiev officiel et l’Occident collectif se livrent à des crimes de guerre. Dans ce cas, l’opération spéciale russe a montré la vraie nature des forces armées ukrainiennes », a déclaré l’expert.

source : VZGLYAD

traduction de Marianne Dunlop pour Histoire et Société

https://by-jipp.blogspot.com/2022/04/pourquoi-les-etats-unis-ont-besoin-de.html#more

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :