Bismarck entre tradition et innovation: les discours du chancelier de fer

Source: https://www.paginefilosofali.it/bismarck-tra-tradizione-e-innovazione-i-discorsi-del-cancelliere-di-ferro-giovanni-sessa/

Otto von Bismarck est sans aucun doute un personnage historique de grande importance. Ses choix politiques ont conditionné non seulement l’histoire de l’Allemagne moderne, mais aussi les événements de la première moitié du 20e siècle. Afin de mieux connaître l’homme et le chancelier, nous vous recommandons vivement la lecture d’un de ses livres, Kulturkampf. Discorsi politici, récemment en librairie par la maison d’édition Oaks (pour les commandes : info@oakseditrice.it, pp.291, €24.00). Le volume est enrichi par la préface clarifiante du germaniste Marino Freschi. Né en 1815, une année fatidique pour le destin de l’Europe, Bismarck, comme le note la préface, « est resté attaché aux racines de l’aristocratie foncière » (p. I).

Dans sa jeunesse, ses débuts dans l’administration prussienne ne sont pas brillants. Il a été impliqué dans un certain nombre de scandales et a mené une vie inconvenante. Cependant, ce n’était qu’un moment passager: bientôt, la spiritualité piétiste, basée sur la dévotion mystique et visant l’éveil intérieur, s’enracine dans son âme.

Dans les cercles piétistes, il a rencontré sa femme et quelques futurs collaborateurs. Parmi eux se trouvait von Roon, qui l’a introduit dans le cercle du futur Wilhelm I. Son éducation politique et culturelle a eu un impact sur sa vie. Son éducation politique et culturelle culmine dans sa fréquentation du cercle conservateur animé par les frères von Gerlach. Il acquiert une expérience administrative au niveau municipal et provincial jusqu’à ce que, après l’accession de Wilhelm Ier au trône en 1862, il soit appelé à la Diète de Francfort en tant que représentant du souverain.  Ses discours étaient caractérisés par un esprit anti-révolutionnaire et démontraient ses qualités oratoires incontestables, comme le montre le livre que nous présentons ici. L’art oratoire de Bismarck, tout en montrant en maints endroits la vaste culture du chancelier, avec des références à Goethe, Lessing, Schiller, Heine, son auteur préféré plus que tout autre, était direct:  » il était fondé sur la franchise et l’attaque […] au-delà de toute pratique rhétorique » (p. III). Il a toujours été conscient du lien entre les choix de politique intérieure et étrangère, en raison de son long séjour en tant qu’ambassadeur à Saint-Pétersbourg et, pour une période plus courte, à Paris. Il se trouvait dans la capitale française lorsqu’il a été rappelé par le nouveau monarque, qui lui a confié la chancellerie.

Dès son premier discours parlementaire, il a exprimé clairement ses idées. L’avenir de la Prusse « devait être réalisé non pas avec des discours, mais par « le fer et le feu », suggérant que l’unification allemande ne serait possible qu’avec une Prusse en armes » (p. V). En 1863, il soutient la répression tsariste des soulèvements polonais. L’opinion publique libérale se dresse alors, ce qui provoque l’affaiblissement politique de Bismarck pendant un moment et conduit à la réapparition des ambitions hégémoniques de François-Joseph.

Avec l’habileté d’un grand stratège, le chancelier s’est rapproché de l’Autriche à l’occasion de la guerre avec le Danemark pour la crise des duchés de Schleswig et de Holstein, mais a ensuite fait déclarer la guerre à son allié dans ce qui est pour nous la troisième guerre d’indépendance: « L’empire séculaire des Habsbourg a été démantelé en quelques batailles » (p. VI). Après la victoire, le chancelier a eu le mérite d’apaiser le désir d’anéantir l’Autriche qui grandissait dans les milieux militaires. Afin de devenir la puissance hégémonique en Europe et de procéder à l’unification allemande, la France doit être vaincue. Le signal a été fourni par la crise dynastique espagnole. Bismarck modifie la dépêche d’Ems rédigée par Wilhelm Ier et lui donne une tournure péremptoire.

La France, malgré une tentative du prudent Thiers pour apaiser les esprits, déclare la guerre et subit une défaite retentissante. La nation française, pendant des décennies, a vu monter les esprits de la revanche alors qu’elle se sentait au bord de la fin: désemparée par la défaite militaire et les troubles de la Commune. Pendant ce temps, le Second Reich est en fait né. Wilhelm devient empereur d’Allemagne, couronné à Versailles le 18 janvier. Malgré cela, le chancelier n’a jamais baissé la garde contre la France, convaincu que seul un renforcement militaire allemand garantirait la stabilité politique sur le continent. Selon lui, l’Alsace et la Lorraine sont stratégiquement importantes pour la défense de l’Allemagne. Il devient ainsi un défenseur de l’autonomie alsacienne, déclarant: « plus les habitants de l’Alsace se sentiront alsaciens, plus ils cesseront d’utiliser le français » (p. XVI). Le Kulturkampf, mené contre l’Église catholique et le « Parti du Centre », aliène les sympathies des Alsaciens, fidèles à l’Église de Rome. Cette bataille était essentiellement un conflit de pouvoir: « c’est la lutte entre la monarchie et le sacerdoce […] Le but qui a toujours clignoté devant les yeux de la papauté était la soumission du pouvoir séculier au spirituel » (p. XVIII). Bismarck, en tant que piétiste, voyait l’autorité divine incarnée par le roi.

Ce n’est qu’avec l’accession de Léon XIII à la papauté qu’un rapprochement s’opère entre les parties. Après s’être mis en congé de la politique, Bismarck fait un retour en force sur la scène publique avec la promulgation de lois anti-socialistes. Influencé par Lassalle et les « socialistes de la chaire », afin d’ôter toute marge de manœuvre aux sociaux-démocrates, il promeut une législation sociale d’avant-garde, annoncée dans son discours du 15 février 1884. En 1883, il avait introduit une loi prévoyant une assurance contre la maladie, en 1884 pour les accidents du travail, et en 1889 pour l’invalidité et la vieillesse. Une sorte de socialisme d’État, de « socialisme prussien », ou, comme l’a dit le chancelier, de « christianisme pratique ».

La politique de Bismarck évolue entre deux pôles, qu’il parvient à intégrer de manière dialectique, la tradition et l’innovation. Lorsque les milieux industriels allemands, qui auraient voulu que le Reich s’implique dans la politique coloniale, se sont débarrassés de lui, avec la complicité de Guillaume II, il a cédé la place, comme le confirme ce recueil de discours, celle d’un homme politique d’une grande profondeur, dont l’Europe aurait encore besoin.

Giovanni Sessa.

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/04/26/bismarck-entre-tradition-et-innovation-les-discours-du-chancelier-de-fer.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s