Une victoire à la Pyrrhus

Bernard Germain

Depuis que je m’intéresse à la politique, je n’ai jamais vu une pareille escroquerie électorale.

Emmanuel Macron a été réélu avec un peu plus de 58 % des voix (près de 10 points de moins qu’en 2017) dont la moitié venait du camp « d’en face ».

Par exemple à Montreuil, où Mélenchon avait obtenu 60% des voix au 1er tour, Macron recueille plus de 80% des suffrages. Il doit donc principalement sa « victoire » aux islamo-gauchistes de la France insoumise, qui est en fait la France soumise … au Système. Ainsi qu’aux suffrages de ce qu’il reste de la gauche et de la droite « républicaine », comme disent les bien-pensants.

Le tout dans un climat absolument surréaliste qui a vu le système faire très fort durant ce second tour. Un véritable rouleau compresseur n’ayant de cesse de matraquer l’opinion publique par médias interposés.

Le message était des plus simples : « si vous ne votez pas Macron, vous livrez la France à l’extrême droite ».

Le pompon revenant au journal « Le Monde » qui commit un article, le 15 avril, comparant la situation actuelle à Juin 1940. Indiquant sans ambages qu’en cas de victoire de Marine Le Pen c’était la collaboration ou la résistance. Vichy ou Jean Moulins. Rien que ça !

Permettez-moi à ce propos de souligner un point qui commence à bien faire : l’extrême droite.

Ce terme est employé à tout propos et souvent hors de propos pour discréditer et salir les patriotes. Nous sommes régulièrement accusés d’être « d’extrême droite » et certains précisent que cela veut dire « raciste », « fasciste » voire « nazi ».

De deux choses l’une, soit c’est vrai et alors les « démocrates », si l’on s’en tient à leur « logique », doivent demander la dissolution et l’interdiction de tous les partis concernés, soit c’est faux et il convient que cela cesse.

Or jusqu’à plus ample informé, tous les partis en cause respectent les principes de la démocratie, le suffrage universel et la République. Ils ne sont donc, au sens où l’entendent leurs adversaires, ni d’extrême droite, ni fascistes, ni nazis.

Reste que je ne suis pas dupe du but de cette stratégie. Pendant que les patriotes se font insulter aucun débat n’a lieu avec eux sur les thèmes qu’ils soulèvent à juste titre. Car, toujours selon leur « logique », on ne discute pas avec les « extrêmes », on les combat.

C’est bien commode pour tous ceux qui sont responsables de la situation actuelle de la France … sans avoir à en rendre compte ni à s’expliquer devant les Français. Avec la complicité active de presque tous les médias.

Sur les plateaux télévisés, au soir du second tour, nombreux furent les commentateurs à geindre en direct devant le taux d’abstention record de cette élection pourtant majeure dans notre système politique. Mais les électeurs ne sont pas fous. Ils ont bien identifié – particulièrement durant la période d’entre deux tours – ce qui n’était qu’une gigantesque escroquerie électorale, montrant la politique dans ce qu’elle a de pire.

Les thèmes les plus importants, soulevés notamment par Eric Zemmour (immigration incontrôlée, insécurité généralisée, perte d’identité de la France…), avaient opportunément disparu du second tour. On vit même, lors du débat, Marine Le Pen qui avait gagné le tirage au sort et pouvait choisir le thème par lequel commencer l’échange, choisir le pouvoir d’achat et la fiscalité au lieu de l’immigration et l’insécurité. Contrairement à ce qu’attendaient la majorité des Français.

En toute logique, « écœurés » devant ce pitoyable spectacle nombreux furent les citoyens à ne pas aller mettre leur bulletin dans l’urne. Comment peut-on s’en étonner ?

Quant à Macron, son attitude en disait long sur ce qu’il pensait de la situation après sa réélection. Arrivé à pied sur le lieu de son meeting au Champ de Mars, sans aucun triomphalisme, il délivra un discours assez creux d’une quinzaine de minutes durant lequel ses cris d’adolescent exalté étaient absents. Il était à l’évidence fort gêné. C’était palpable.

Une fois expédiée cette formalité, il disparut pour s’enfermer en famille à « La Lanterne », pavillon de chasse de la République près de Versailles. Point de course folle en voiture dans les rues de Paris, vitre ouverte en faisant de grands signes de victoire à la population. Il avait bien compris que, comme le roi Pyrrhus, il venait d’obtenir une « victoire » au prix de pertes si lourdes que cela équivalait à une défaite.

Il faut bien voir que la majorité qui l’a porté au pouvoir est une fiction qui ressemble à un inventaire à la Prévert. Il n’y manque que le raton laveur. Comment va-t-il s’y prendre pour diriger le pays dans ces conditions ?

S’agissant de son adversaire du jour, il fallut se pincer pour se convaincre qu’on ne rêvait pas.

Marine Le Pen annonça dans son discours que son score était une « grande victoire »… ! Ben voyons, comme aurait dit Zemmour. Elle était supposée en cas de défaite – la 3ème – se retirer de la vie politique. Mais que nenni. Elle annonça également qu’elle allait diriger la campagne des législatives et rester à la tête du RN.

Restait à prendre connaissance de la stratégie qu’elle proposait pour la suite. On ne fut pas déçu !

Elle développa sa dite stratégie comme une copie conforme de celle de Mélenchon. Le 3ème tour. En clair, « j’ai été battue à la présidentielle, mais donnez-moi une majorité au parlement et je dirigerai le pays en appliquant la politique du RN ». Si l’on peut admettre en soi cette déclaration, la réalité impose de reconnaître qu’elle est pour le moins invraisemblable.

En effet, normalement, il n’aurait pas dû échapper à Marine Le Pen que ce n’est pas le RN seul qui a obtenu près de 42% des suffrages mais les voix de son parti et celles de tous les patriotes qui l’ont rejointe au second tour et ont appelé à voter pour elle, sans condition. Pourtant, faisant fi de cette réalité, elle prétend que la suite ne peut être qu’un ralliement au RN.

Cela revient, comme l’avait fait Jordan Bardella entre les deux tours, à refuser la proposition d’Eric Zemmour – répétée par lui au soir du second tour – de créer une alliance des patriotes (RN, Reconquête ! et Debout la France) pour présenter partout des candidats uniques, gage d’un succès électoral aux prochaines législatives.

En refusant cette perspective et en invitant chacun à se rallier au RN, Marine Le Pen, montre incontestablement qu’elle ne sait pas faire la différence entre politique et épicerie. Son petit fond de commerce est une chose, la défense et l’intérêt de la France en sont une autre.

S’il n’y a pas d’alliance, sans arrière-pensée, entre les patriotes, et mettant au-dessus de tout la France, la défaite est assurée en juin.

Quiconque est attaché à la France comprendra qu’il est impossible d’accepter de perdre séparément plutôt que de gagner ensemble. Tout comme il est impossible d’exiger de ses alliés, en lieu et place d’une alliance électorale, qu’ils se rallient au RN, ce qui revient à leur demander d’accepter de disparaître du paysage politique. Marine Le Pen et le RN sont au pied du mur. Elle peut créer les conditions de la victoire ou celles de la défaite. Sa responsabilité est immense…

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s