Atroces prophéties d’Alice Coffin dans Libération, ou quand le front républicain tourne zinzin…

capture-decran-2022-04-18-a-201142-845x475-1

Gabrielle Cluzel sur BVoltaire

Toujours plus fort, toujours plus loin. Heureusement, la campagne se termine car, à ce train-là, la bête du Gévaudan, comparée à Marine Le Pen, va bientôt faire figure de caniche : Après les « pauvres [qui] vont peut-être mourir » de Gérald Darmanin, voici « la mise à mort des militantes féministes, au sens littéral » d’Alice Coffin. Dans un entretien publié dans les colonnes de Libération affirme que « si l’extrême droite gagne, moi comme tant d’autres militant·e·s féministes, ou antifa, ou antiracistes, nous sommes menacées très directement de mort ».

L’entretien n’est qu’une vaste contradiction : selon elle, l’élection de Marine Le Pen, c’est-à-dire l’accession pour la première fois d’une femme à la présidence de la république « [réduirait] à néant toute possibilité d’émancipation pour les femmes », on peine à suivre la logique…  lui reproche notamment de « [s’opposer] au port du voile dans l’espace public », alors qu’elle même, en 2004, cosignait une tribune, toujours dans Libération, pour dénoncer ce même voile islamique, déclarant, alors, non sans raison : « La forme la plus insidieuse, la plus sournoise du sexisme, est la forme antiraciste. Sous prétexte d’antiracisme et du respect des cultures, certains en sont venus à défendre l’excision, le port du voile, la polygamie. » Une dérive à 180 degrés assez emblématique, d’ailleurs, de celle du  d’extrême gauche en général.

Mais bien plus grave que cette incohérence, il y a cette accusation délirante de « mise à mort, au sens littéral » portée par la militante féministe, qu’un média supposé sérieux a accepté de publier dans ses colonnes sans sourciller. Libération s’enorgueillit d’avoir créé Désintox, « la première rubrique de fact-checking de la presse française ». En septembre 2017, Désintox est devenu CheckNews, que Libération décrit ainsi : « Ce sont les lecteurs qui ont pris les commandes éditoriales, en posant des questions […] » Le média précise aussi avoir « de nombreuses questions relatives au titre Libération, son indépendance vis-à-vis de son actionnaire, ses choix éditoriaux, son fonctionnement. » Il assure y avoir « répondu à chaque fois en toute transparence ». Et de rajouter, la main sur le cœur : « Nous nous assignons des règles précises, dont la première est de ne répondre que sur des aspects factuels. Laisser de côté les questions qui appellent des réponses subjectives. Si le débat politique, idéologique, militant, est essentiel, nous le laissons vivre ailleurs, en nous attachant seulement à ce qui lui tient lieu de base : les faits. »

Puisque « le débat militant » est « ailleurs » et que CheckNews ne s’attache qu’aux « aspects factuels », nous sommes impatients de découvrir la réponse de CheckNews à la question candide du lecteur : « Bonjour, pouvez-vous nous dire à quelle page, dans quel paragraphe, à quelle ligne de son programme  a menacé de mort les féministes, les  et les antiracistes ? » Et « en toute transparence », à celle de savoir pourquoi Libération n’a pas hésité à publier dans ses colonnes ce ridicule et déshonorant entretien avec Alice Coffin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s