La présence de nazis en Ukraine est-elle négligeable ?

Yves Daoudal a rassemblé un certain nombre d’éléments concernant Stepan Bandera, en mémoire duquel de nombreux monuments ont été érigés à Lvov (devant une arche de 30 mètres de haut, inauguré en 2007), à Ternopil, à Ivano-Frankivsk. Pour son centenaire il y eut un timbre spécial. En 2016 on a donné son nom à l’une des principales avenues de Kiev. Mais qui était Stepan Bandera ?

En 1933 Stepan Bandera devint chef de l’OUN, organisation des nationalistes ukrainiens, lors du congrès tenu à Berlin. Dès l’année suivante Bandera était agent de renseignement de la Gestapo, qui va entraîner ses troupes au sabotage et à la guérilla. Sous sa direction l’OUN assassine une soixantaine de personnalités politiques, dont les ministres polonais de l’Intérieur et des Affaires étrangères. Le 19 avril 1940, Bandera et ses fidèles font allégeance à Hans Frank, gouverneur général nazi de la Pologne, « le bourreau de la Pologne », l’un des principaux accusés du procès de Nuremberg. Bandera, fils de prêtre grec-catholique, lui offre 38 cloches volées aux églises catholiques pour les fonderies allemandes. En 1941, il reçoit 2,5 millions de marks de l’armée allemande pour constituer sa propre armée. Quelques mois plus tard l’OUN proclame la déclaration d’indépendance de l’Ukraine, dont le troisième point stipule :

« L’État ukrainien restauré travaillera sous l’appui de la Grande Allemagne national-socialiste qui, sous Adolf Hitler, crée un nouvel ordre en Europe et dans le monde et aide le peuple ukrainien à se libérer de l’occupation de Moscou. »

En octobre 1942 est formée l’armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), au fameux drapeau rouge et noir aujourd’hui omniprésent en Ukraine. L’historien Norman Davies écrit :

« Les Juifs de la région avaient disparu assassinés par les Allemands (entre 1941 et 1942), (…) en 1943-44 la haine de l’UPA tomba sur les Polonais sans défense (…). Les villages furent brûlés. Les prêtres catholiques taillés en pièces ou crucifiés. Les églises brûlées avec tous les fidèles qui s’y étaient réfugiés. Les fermes isolées, attaquées par des bandes d’hommes armés de fourches et de couteaux de cuisine. Les victimes égorgées, les femmes enceintes transpercées par la baïonnette, les enfants tranchés en deux (…). Les auteurs ne pouvaient pas déterminer l’avenir de la province mais pouvaient envisager que son futur serait sans les Polonais. »

Stepan Bandera est élevé à la dignité de « Héros de l’Ukraine » par un décret signé le 22 janvier 2010 par le président Viktor Iouchtchenko « pour l’invincibilité de l’esprit dans la poursuite de l’idée nationale, l’héroïsme et le sacrifice dans le combat pour l’indépendance de l’État ukrainien ». Depuis le 1er janvier 2014 est organisée tous les ans une marche aux flambeaux à Kiev pour célébrer l’anniversaire de Stepan Bandera.

Orest Vaskul, mort en juin 2021 à 94 ans, a eu les honneurs rendus par un détachement de la Garde présidentielle, en la cathédrale de l’Eglise autocéphale de Kiev. Ancien membre de la division Waffen SS Galicia, Orest Vaskul était le président de la Fraternité des vétérans de l’armée nazie de Stepan Bandera pour la région de Kiev.

En mai 2020, Vasil Nakonechny, 95 ans, vétéran de la division Waffen SS Galicia, a reçu la « croix de chevalier » de la division SS des mains de Vasil Bichko, vice-président de la Fraternité des anciens soldats de la division Galicia. Vasil Nakonechny a été nommé citoyen d’honneur de sa ville de Kalush (où plus de 7.000 juifs ont été tués pendant qu’il était chez les SS).

D’autres monuments ont été récemment érigés, notamment en l’honneur de Roman Choukhevych, officier de la police auxiliaire du Reich en Ukraine, de Dmytro Negrych, chef de cette police, responsable de la mort de 20.000 juifs à Kolomya, puis participant du massacre des Polonais. Les autorités ont célébré le 100e anniversaire de Roman Riznyak, commandant de la police auxiliaire nazie, responsable de la mort de milliers de Polonais et de juifs.

En 2020 le Parlement ukrainien a voté une résolution demandant au président Zelensky de conférer le titre de Héros de l’Ukraine à Myroslav Symchych pour son 98e anniversaire. Symchych, officier de l’UPA, condamné deux fois pour crimes de guerre, est le responsable de l’assassinat de 150 Polonais. Il a reçu l’Ordre de la Liberté en 2015 (ordre qui a été conféré aussi notamment à George Soros, John McCain, François Hollande, Joe Biden…).

En décembre 2021, le Parlement ukrainien a adopté la résolution n°6406 “Sur la célébration des commémorations et des dates anniversaires en 2022-2023”:

  • Le 80e anniversaire de la création de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA);
  • Le 130e anniversaire de la naissance de Iouri Polyanski, maire pro-nazi de Lvov, partisan de Stepan Bandera;
  • Le 100e anniversaire de la naissance de Fedor Vorobets, militant et bourreau de l’UPA (connu notamment pour son implication dans le meurtre d’enfants juifs en Ukraine soviétique);
  • Le 110e anniversaire de la naissance de Iaroslav Stetsko, le plus proche collaborateur de Bandera;
  • Le 130e anniversaire de la naissance de Porfiri Silenko-Kravets, Hauptsturmführer, membre de la division SS Galicia ;
  • Le 130e anniversaire de la naissance d’Amet Ozenbachly, qui voulait la constitution d’un Etat tatar sous la protection de l’Allemagne nazie.

https://www.lesalonbeige.fr/la-presence-de-nazis-en-ukraine-est-elle-negligeable/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s