La voie verte vers la Troisième Guerre mondiale

Par Willy Wimmer

Source: https://www.world-economy.eu/nachrichten/detail/der-gruen…

Les cartes sont sur la table. Les États-Unis veulent une prise de contrôle hostile de la Russie. La Russie ne veut pas être poussée hors d’Europe et veut vivre dans des frontières sûres. Nous, Européens, sommes confrontés à la question de savoir si nous allons survivre à cette lutte ? Un regard en arrière apparaît utile. Il montre clairement où a été donné le coup d’envoi de l’évolution actuelle, d’une guerre au milieu de nous. C’était assez inattendu lorsqu’il y a presque un an, le nouveau président américain Biden a parlé du président russe Poutine comme d’un « tueur ». Jusqu’à cette interview, le monde pensait que la Chine et l’Occident étaient sur le point de s’affronter par armes interposées à propos de Taïwan, des Ouïghours ou de quoi que ce soit d’autre.

Avec l’interview évoquant le « tueur », les choses ont basculé. Il y a quelques semaines, Klaus von Dohnanyi a donné l’impression, lors d’un débat sur ZDF-Illner, que l’OTAN avait pris la décision unanime, au niveau des chefs d’État et de gouvernement, le 14 juin 2021, de faire entrer l’Ukraine dans l’OTAN. Tout le monde savait en quoi consistait la décision de l’OTAN de Bucarest en 2008, à l’instigation de la France et de l’Allemagne, sur cette question: l’Ukraine ne devait pas devenir la pierre angulaire d’une nouvelle confrontation entre l’Occident et Moscou. Au lieu de cela, une nouvelle architecture de sécurité devait être créée en Europe.

Les Américains s’en moquaient. Ils s’en sont tenus à leur ligne politique, mise en œuvre depuis 1917, qui consiste à façonner le continent européen selon leurs idées. Pour ce faire, l’Allemagne a tout d’abord été mise en coupe réglée par la Première Guerre mondiale et Versailles. Ce qu’il en restait a été instrumentalisé contre l’Union soviétique par Adolf Hitler, à tel point que jusqu’à la réunification allemande en 1990, les dommages de guerre résultant de la Seconde Guerre mondiale n’avaient pas été réparés en Union soviétique. L’année dernière, lors de la visite à Moscou de la sous-secrétaire d’État américaine, Mme Nuland, au début du mois d’octobre 2021, la Russie actuelle était encore soucieuse de son autonomie et de sa sécurité. Pour les États-Unis, il s’agissait et il s’agit toujours du plus grand échec supposé de la politique depuis 1917. Il fallait y remédier, tout comme la coopération économique fructueuse entre la Russie actuelle et l’Allemagne actuelle, malgré deux guerres mondiales.

Certes, le début de la guerre en Ukraine, avec l’attaque massive des forces ukrainiennes contre les « régions mentionnées dans les accords de Minsk », celles de Lougansk et de Donetsk, remonte déjà à des semaines terribles et meurtrières, le 17 février 2022. Mais avec les sanctions imposées à l’initiative des États-Unis, il ne reste presque plus rien de la coopération économique fructueuse entre la Russie et l’UE, dont la France et l’Allemagne, comme premier objectif de guerre dans la lutte contre la Russie. Le reste fait l’objet d’une campagne d’intimidation telle que nous, Allemands, l’avions vécue pour la première fois dans le feu roulant de la propagande franco-britannique contre l’empereur Guillaume II. Depuis l’inclusion frauduleuse des « quatorze points » de Wilson dans le traité d’armistice de novembre 1918, une phrase détermine cette forme de politique : c’est la parole non tenue qui prévaut. C’est comme l’élargissement à l’Est de l’OTAN.

Avec l’attaque ukrainienne contre Lougansk et Donetsk, il était clair pour tout le monde qu’il s’agissait de mettre en œuvre la ligne Zelensky pour la reconquête de Donetsk, de Lougansk et de la Crimée. Cela devait rendre caduques les dispositions du traité de l’OTAN selon lesquelles aucun État ne doit être admis dans l’OTAN s’il a des problèmes de frontières avec d’autres et donc des questions frontalières non résolues. Quelques jours après le 17 février 2022, les forces armées russes ont envahi l’Ukraine, 23 ans après la guerre d’agression de l’OTAN contre la Yougoslavie, que le département d’État américain avait classée au regard du droit international et de l’histoire lors de la conférence de Bratislava au printemps 2000. La réaction occidentale à l’invasion russe a reflété toute l’étendue de la politique occidentale vis-à-vis ou en rapport avec le rôle assigné à l’Ukraine.

Le peuple ukrainien doit voir son pays réduit en miettes pour des raisons géostratégiques, pour voir les aspects cités au début décidés du côté américain et russe. L’Europe de l’UE, mise au pas à l’instigation notamment des « Verts » politiques européens, veut que la décision soit prise sur le champ de bataille, comme le manifeste la Commission européenne. Aucune trace d’efforts de paix, on est devenu bien trop partisan pour cela. Il règne dans l’Europe de l’UE une atmosphère qui ne recule devant aucune diabolisation. Des armes sont livrées les yeux fermés, et il ne dépend plus de nous de savoir si nous avons franchi le seuil de la troisième guerre mondiale. Ce ne sont pas les godillots mais les talons aiguilles qui, cette fois-ci, martèlent sur le pavé le chemin de la perdition. 

L’opinion de l’auteur/interlocuteur peut différer de celle de la rédaction. Loi fondamentale Article 5, paragraphes 1 et 3 (1) « Chacun a le droit d’exprimer et de diffuser librement son opinion par la parole, l’écrit et l’image et de s’informer sans entrave à partir de sources généralement accessibles. La liberté de la presse et la liberté d’information par la radio et le cinéma sont garanties. Il n’y a pas de censure ».

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/04/15/la-voie-verte-vers-la-troisieme-guerre-mondiale.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s