Islamo-gauchistes : la Sainte-Alliance rêve désormais d’une cohabitation avec Macron

800px-adrien-quatennens-2-799x475-1

Rares auront été les analystes à rendre compte avec lucidité du séisme constitué par les résultats de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle. La difficulté à intégrer l’enjeu du vote communautaire contribue à brouiller les pistes. Il est vrai qu’il est plus  de s’en tenir à une lecture purement sociale du « vote radical ».

Dans Le Figaro du 11 avril dernier, Jérôme Jaffré donnait comme explication au score très élevé du candidat LFI son charisme de « bête de campagne » et sa capacité à incarner le vote utile à gauche. Dans le même temps, le politologue constatait que Mélenchon « sous-performait » dans les Hauts-de-France alors qu’en Île-de-France, son envolée était « spectaculaire » avec des scores « parfois sidérants » comme à La Courneuve ou à Saint-Denis. Comment comprendre cette opposition ? L’Île-de-France serait « plus politisée ». Un peu court.

Et, surtout, totalement contradictoire avec les analyses apportées jusque-là sur des banlieues censées être marquées par un rejet de la politique. En 2017, dans un article consacré à l’abstentionFrance Inter prenait comme exemple les « quartiers populaires » de Seine-Saint-Denis où les habitants étaient « peu nombreux à être inscrits sur les listes et encore moins nombreux à se déplacer pour voter ». La raison suivante était donnée : « Ils n’ont pas l’impression d’avoir face à eux un candidat pour les représenter ». Il semblerait donc que, cette fois-ci, ils aient trouvé leur candidat.

Dans Marianne, le 11 avril dernier, Christophe Guilluy, célèbre pour avoir théorisé « la France périphérique », analysait l’électorat mélenchoniste en distinguant « ses deux assises » : les « classes moyennes urbaines » et les « classes populaires issues des minorités ». Voilà qui permettait de mieux comprendre, car il y a en effet plusieurs « classes populaires » dans la mesure où il y a, désormais, en France, plusieurs peuples. On ne peut donc plus s’en tenir à une grille de lecture strictement sociale qui opposerait le « bloc élitaire » à un « bloc populaire » monolithique.

Marie d’Armagnac, le 11 avril dernier, sur Boulevard Voltaire, était une des rares à apporter un diagnostic lucide et sans langue de bois : « Le  a définitivement quitté le domaine de la théorie ardemment et hypocritement décriée par la plupart des candidats pour se traduire en actes politiques, sous nos yeux. »

Pour s’en convaincre, on se reportera notamment aux articles de SaphirNews, site d’information généraliste sur l’actualité des musulmans.

Mohammed Colin, le directeur de la publication, y donnait, le 11 avril dernier, une analyse des résultats du premier tour. « Nous regrettons vivement la non-qualification de Mélenchon », indiquait-il. Tout en précisant ne pas croire « au vote uniforme et de type communautaire », il remarquait « qu’une majorité des électeurs de confession musulmane » avaient « porté massivement leurs voix sur le candidat des Insoumis ». Ce que confirmait un sondage IFOP pour La Croix d’après lequel 69 % des électeurs musulmans avaient voté pour Mélenchon.

SaphirNews, le 8 avril, juste avant le premier tour, avait publié un autre article qui évoquait la « tentation Mélenchon » chez les musulmans et qui citait comme exemple une chaîne de messages WhatsApp se fixant comme objectif de les mobiliser en vue de la présidentielle : « Le but est de créer un effet de surprise car on s’attend à une abstention record. Si l’on arrive à unir les votes des musulmans, le candidat Mélenchon pourra accéder au second tour où tout peut arriver. »

Il y a bien eu « effet de surprise » et mobilisation, mais pas suffisante pour porter le candidat au second tour. Ses partisans misent donc désormais sur le troisième tour que constitueront les élections législatives. Le député LFI Adrien Quatennens a ainsi indiqué, sur France Inter, vouloir « imposer une cohabitation » à  en juin prochain.

D’ici là, on peut présumer que le vote des musulmans se reportera sans difficulté sur  dans la mesure où, en 2017, ils avaient été 92 % à se prononcer en sa faveur. Ce n’est donc pas sans raison que le Président-candidat organise un meeting, le 16 avril, à Marseille, fief de Mélenchon, où il est arrivé en seconde position derrière le candidat LFI.

L’un comme l’autre ont bien compris qu’à côté d’un vote de classe, il y avait un vote communautaire qu’il ne fallait surtout pas négliger.

Frédéric Lassez

https://www.bvoltaire.fr/islamo-gauchistes-la-sainte-alliance-reve-desormais-dune-cohabitation-avec-macron/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s