1 7 7 1 : Le coup d’État de Maupeou

Cette année-là – la cinquante-sixième de son règne – le roi Louis XV décida d’en finir avec la fronde des parlementaires laquelle, se prolongeant depuis déjà six ans, risquait de mener la monarchie à la ruine en empêchant l’enregistrement des édits et en bloquant toutes les réformes nécessaires. Constatant l’état de quasi rébellion de la magistrature, toujours plus insolente, le chancelier de Maupeou, devenu le principal ministre depuis le renvoi de Choiseul, engagea le Roi, dès le début de janvier, dans une opération décisive qui allait être menée tambour battant.

La nuit du 19 au 20 chacun des parlementaires reçut la visite de deux mousquetaires leur demandant de signer l’édit royal les forçant à l’obéissance. Ils refusèrent en bloc. Dès le lendemain, un arrêt du Conseil prononça la confiscation de leurs charges. Suivirent les lettres de cachet les exilant dans différentes villes de province.

Les furieuses récriminations des salons et de quelques courtisans s’essoufflèrent très vite, car, si Maupeou bravait hardiment ce monstre qu’était en train de devenir l’opinion publique, les Français virent dans ce coup de force accompli sans violence mais sans faiblesse contre les privilégiés la volonté du Roi de se donner les moyens de régner pour le bien de tous les Français. Car depuis trop longtemps les parlementaires agissant en féodaux doublés de démagogues prétendaient représenter la nation qu’ils dressaient tel un corps séparé du monarque lequel par nature en était la tête. C’était en fait une révolution qui était étouffée dans l’oeuf en ce mois de janvier 1771.

Les bienfaits se firent sentir aussitôt : les parlements de Paris et de province furent dépouillés de leurs attributions politiques, de nouvelles cours appelées Conseils supérieurs furent créées, la justice fut ainsi rapprochée des justiciables, la vénalité des charges fut abolie, les frais de justice diminuèrent.

Le nettoyage permit dès lors au contrôleur général Terray d’établir une meilleure justice fiscale, d’abolir des exemptions d’impôts abusives, de faire payer l’impôt du vingtième par tous, privilégiés compris.

En cette année 1771 la monarchie – que nul n’estimait vermoulue – montrait qu’elle possédait en elle-même la force de surmonter une grave crise pour imposer à tous le respect du bien commun. Il lui avait suffi d’un peu d’audace et d’énergie pour renverser une barrière d’intérêts catégoriels et se donner ainsi les mains libres pour accomplir les réformes politiques et sociales qui s’imposaient à une monarchie moderne. Hélas, trois ans plus tard, le 10 mai 1774, mourait Louis XV. Dès son accession au trône, son petit-fils le jeune Louis XVI, prince intelligent et fort averti des nécessités du temps, mais horrifié à l’idée de devoir sévir, se laissa gagner par les pleurs des parlementaires et remit ces oligarques en selle, pour le plus grand malheur de sa dynastie et de la France…

MICHEL FROMENTOUX L’Action Française 2000 du 17 janvier au 6 février 2008

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s