Donoso Cortés : une philosophie contre-révolutionnaire de l’histoire 1/4

Tout avait été dit, le 4 janvier 1849, à la tribune du parlement espagnol, lorsqu’un député s’avança pour donner son avis dans le débat de politique générale. L’opposition progressiste venait de protester contre les mesures autoritaires prises par le gouvernement du général Narvaez lors des troubles consécutifs aux révolutions européennes de 48. La majorité conservatrice dont faisait partie ce député, avait affirmé son libéralisme et sa bienveillance à l’égard des progressistes, en se cantonnant dans les questions de fait et en se gardant bien d’attaquer de front les positions doctrinales de ses adversaires, comme il est de règle dans les assemblées. L’orateur, avec une éloquence à la fois riche et fougueuse, commença par déclarer qu’il venait enterrer au pied de la tribune, leur sépulture légitime, toutes les idées de l’opposition, c’est-à-dire les idées libérales, « idées stériles et désastreuses, dans lesquelles se résument les erreurs inventées depuis trois siècles pour troubler et dissoudre les sociétés humaines ». La publication de ce Discours sur la dictature où Juan Donoso Cortes annonçait l’avènement mondiale de la dictature et proclamait la légitimité de la « dictature d’en haut » contre la « dictature révolutionnaire », valu à son auteur une immense renommée dans toute l’Europe.

Renommée de courte durée. Donoso cortes mourut 4 ans plus tard, après avoir publié en 1851, simultanément à Paris et à Madrid, l’oeuvre qui résume sa pensée, l’Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme. Il avait prévu avec une exactitude stupéfiante les conséquences de la Révolution européenne de 48 où étaient apparues les prémices idéologiques du monde contemporain. Au milieu de l’optimisme qui régnait alors chez les libéraux et les prophètes du socialisme et de la technocratie, il avait annoncé, 80 ans avant Spengler, la décadence de la civilisation de l’Europe, l’apparition sur la scène mondiale des géants russes et américains, et l’instauration d’une dictature telle que le monde n’en avait jamais connue, issue paradoxalement de la mort de Dieu et du nouveau culte de l’Homme. Car c’est une vision théologique de l’histoire que nous offre Donoso Cortés, une vision où les faits s’ordonnent sur un plan supérieur, s’éclairent par l’action de la Providence divine.

Mais l’homme n’en reste pas moins l’instrument de sa déchéance : c’est par ses actes que Prométhée s’expose aux foudres de Zeus. Donoso cortes n’est pas un visionnaire. Avec une parfaite logique, il tire simplement les conséquences politiques, avec la conviction, selon le titre du premier chapitre de son Essai, que « dans toute grande question politique se trouve toujours une grande question théologique » et que, comme il le dit ailleurs, « la théologie est la clé mystique de l’histoire ».

Même si l’on adopte pas la vision providentialiste de Donoso Cortes, on ne peut nier la dimension religieuse qui s’attache au politique. Proudhon le reconnaissait dans ses Confessions d’un révolutionnaire : « Il est surprenant qu’au fond de notre politique nous trouvions toujours la théologie ». Il faut aujourd’hui rendre hommage à la lucidité de Donoso dont nous ne cessons de voir les preuves, et réentendre la voix de ce Cassandre trop longtemps méconnu.

HONNEUR ET FIDELITE

Descendant du grand conquistador, Donoso Cortes est né en 1809 lorsque ses parents fuyaient l’avance des troupes napoléoniennes, à ce sombre moment de l’histoire espagnole qu’a illustré Goya, en un temps où les fondements du pouvoir légitime se trouvaient ébranlés. La double fidélité qui caractérise Donoso Cortes, fidélité à la couronne, fidélité à la religion, s’affirme peu à peu et s’approfondit à travers les épreuves de sa vie et celles de l’Espagne. D’abord imprégné des idées philosophiques du XVIIIe siècle sous l’influence du poète libéral Quitana, il étudie l’histoire, la philosophie et la littérature ; très jeune, il écrit une tragédie, aujourd’hui perdue. Il suit les cours de jurisprudence à Séville et achève ses études à 19 ans, avant l’âge requis pour être avocat.

Donoso Cortes se consacre alors à la littérature. Il est nommé à la chaire de littérature de Cacerès, et, plus tard, il publiera une étude sur Classicisme et Romantisme, dont il cherche à concilier les aspirations. Il compte sur son esprit pour avancer dans le monde. « J’ai eu le fanatisme littéraire, le fanatisme de l’expression, le fanatisme de la beauté dans les formes », écrira-t-il à Montalembert. La langue parfaite de ses écrits politiques confirme en effet ce souci de la forme. Mais le destin le frappe une première fois. Marié en 1830, il perd une petite fille, puis sa femme en 1833. Il affronte aussi les orages politiques : au moment où se dessine une crise de succession dynastique qui suscite une crise politique, il envoie au vieux Ferdinand VII un Mémoire sur la situation actuelle de la monarchie où il conseille au roi de s’appuyer sur les classes intermédiaires afin d’éviter à la fois l’anarchie et le despotisme. À ce moment, Donoso Cortes est encore un libéral, de la fraction modérée, et admirateur de la raison. Le roi le nomme officier du ministère public à l’Athénée de Madrid qui, en 1839, le nomme président de la section des sciences morales  et politiques.

Élu député de la province de Cadix, il s’écarte de plus en plus des libéraux et de la philosophie rationaliste, comme en témoigne un article paru en 1839 sur l’État des relations diplomatiques entre la France et l’Espagne :

« La philosophie se sépare de Dieu, nie Dieu, se fait Dieu… Mais de même que Dieu fit l’homme à son image et à sa ressemblance, la philosophie voulut faire la société à sa ressemblance et à son image. À l’imitation de Jésus-Christ qui donne son évangile au monde, elle voulut donner son évangile aux sociétés, leur montrant, au milieu des tempêtes de la révolution, comme Moïse couronné d’éclairs sur la cime orageuse du Sinaï, les nouvelles tables de la loi sur lesquelles étaient écrits les droits imprescriptibles de l’homme. Ainsi la Révolution française devait être logiquement le sanglant commentaire et le terme providentiel de l’émancipation de la raison humaine, comme aussi le dernier de ses égarements ».

De plus en plus hostile aux factions, Donoso Cortes affirme son attachement à la monarchie. Et lorsqu’en 1840, la régente Marie-Christine et contrainte à l’exil, Donoso la précède à Paris. Lorsqu’en 1842, les modérés reprennent le pouvoir, sa fidélité est récompensée. Secrétaire particulier de la très jeune Isabelle II, il joue auprès d’elle le rôle d’un précepteur ; nommé duc de Valdegamas, il est à nouveau élu aux Cortes comme député de Cadix. Il va négocier avec la France les mariages de la Reine et de sa soeur.

Encore une fois, les épreuves personnelles s’ajoutent aux épreuves civiles : la mort de son frère provoque chez Donoso un approfondissement de la foi ; on peut alors parler d’une conversion dans la foi qui va désormais illuminer et ordonner sa pensée. À partir de cette époque, Donoso Cortes va jouer un rôle de premier ordre dans la diplomatie espagnole à Paris et à Berlin ; en particulier, il s’occupera des modalités du mariage de Napoléon III avec Eugénie de Montijo dont il sera le témoin.

Ses notes diplomatiques, ses essais sur la situation de la Prusse et de la France, ses portraits d’hommes politiques, sont un modèle de lucidité, de concision, et il y fait preuve, comme dans toute son oeuvre, de l’alliance rare de l’esprit de finesse avec l’esprit de géométrie. Ses écrits diplomatiques montrent par ailleurs que Donoso Cortes n’avait rien d’un rêveur : son portrait fort pénétrant de Talleyrand trahit une admiration certaine envers l’intelligence politique de cet intriguant génial. Menant une vie d’aumône et de mortification, il est terrassé en 1853 par une maladie de coeur, dans sa quarante quatrième année. Il avait eu, dans son fameux discours du 4 janvier 1849, une vision aussi forte de son destin personnel que de l’avenir de la civilisation lorsqu’il avait déclaré :

« Lorsque arrivera le terme de mes jours, je n’emporterai pas avec moi le remords d’avoir laissé sans défense la société barbarement attaquée, ni l’amère et insupportable douleur d’avoir jamais fait aucun mal à un seul homme ».

UNE CONCEPTION THEOLOGIQUE DE L’HISTOIRE.

Donoso Cortes se situe dans la lignée de Saint Augustin et de Bossuet ; mais aussi de Vico qui, au début du XVIIIe siècle, posa les principes d’une « science nouvelle » qui préfigure l’historiographie et la sociologie moderne. Comme Vico, Donoso souligne l’étroite liaison qui existe entre la religion d’une part, et les coutumes, les moeurs, les institutions d’autre part (1). La religion est « l’institution primaire » qui fonde toute civilisation :

« Dans la manière de prononcer le nom (de Dieu) se trouve la solution des plus redoutables énigmes : la vocation des races, la mission providentielle des peuples, les grandes vicissitudes de l’histoire, l’élévation et la chute des empires les plus fameux, les conquêtes et les guerres, les différents caractères des peuples, la physionomie des nations et jusqu’à leur fortune diverse ».

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s