Un entretien avec Bernard Antony  (Communisme) « Il ne peut y avoir de prescription morale » (1998)

Vous avez été le premier en France à demander l’équivalent d’un « Procès de Nuremberg » contre le communisme. Pour quelles raisons ?

Au moment où toute la classe politico-médiatique se répand sur le devoir de mémoire, concernant les crimes passés du national-socialisme, il serait étrange que le communisme échappe à toute mise en accusation. Ainsi que l’affirmait Soljénitsyne : « le communisme tuait avant que le nazisme ne tue, il tuait pendant que le nazisme tuait, il continue de tuer quand le nazisme ne tue plus ». 100 millions de morts, 200 millions ? Quel que soit le nombre retenu, le bilan est accablant.

Mais le procès que je demande n’est pas la répétition de celui de Nuremberg qui avait jugé les dirigeants nationaux-socialistes. D’une part, à Nuremberg, figuraient parmi les juges, des bourreaux, les représentants de l’Union soviétique, de l’autre, nous ne voulons pas une procédure pénale, mais un procès moral.

Si la prescription juridique doit constituer un principe intangible du droit, pour les crimes contre l’humanité, il ne peut y avoir de prescription morale.

Sept ans après la chute de l’Empire soviétique, un tel procès est-il toujours d’actualité ?

Plus que jamais ! Pour deux raisons. D’abord nous avons un devoir de mémoire à l’égard des dizaines de millions de victimes du communisme.

Ensuite, si le communisme s’est retiré de la Russie et de l’Europe de l’Est, laissant derrière lui un champ de ruines, il sévit encore en Chine, en Indochine, en Corée du Nord, à Cuba. En Europe même, la nomenklatura communiste revient au pouvoir, reconvertie dans des partis sociaux-démocrates, prônant la même idéologie mondialiste que notre classe politique.

En France même, nous avons des ministres communistes, avec lesquels Jospin est «fier» de gouverner ! Si le communisme était frappé d’indignité morale, ses partisans n’occuperaient pas les positions dominantes qu’ils ont aujourd’hui.

Qu’est-ce qui empêche la tenue de ce procès ?

Justement la puissance du parti communiste, qui impose un véritable terrorisme intellectuel, voire physique. L’accueil haineux qui a été fait dans les grands médias au « Livre noir du communisme » illustre cette triste réalité.

Les arguments des défenseurs du communisme sont dérisoires. Non, Staline n’est pas le responsable de la dérive sanglante d’une idéologie généreuse, mais le successeur de Lénine qui déclarait : « Si pour arriver à nos fins, nous devons éliminer 80 % de la population, nous ne devons pas hésiter un seul instant ». De même, il est vrai que le parti communiste français n’a pas autant de sang sur les mains que ses homologues russe, chinois, vietnamien, cambodgien. Mais s’il avait pris le pouvoir dans notre pays, n’aurait-il pas accompli les mêmes atrocités ? Le PC français, émanation de l’URSS, n’a cessé de soutenir celle-ci jusqu’à son écroulement.

En quoi la figure de Boudarel est-elle symbolique du combat que vous menez ?

Boudarel, communiste français, a dans un des camps du Viêt-minh, le camp 113, torturé moralement ses compatriotes, prisonniers des communistes vietnamiens, à qui une seule alternative était offerte : la récitation de l’idéologie marxiste ou la mort.

Cet homme s’est jusqu’ici refusé à exprimer tout repentir.

Vous avez, le 9 novembre dernier, organisé de votre propre chef un premier procès à Paris, qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes et des témoins de premier plan. Qu’envisagez-vous pour la suite ?

« Chrétienté-Solidarité » a été en effet la première organisation à dresser un procès moral du communisme, à l’occasion du quatre-vingtième anniversaire de la révolution bolchevique, accueillant des témoins aussi prestigieux que le colonel Clostermann ou Alain Griotteray, des anciens du camp 113 comme M. Jantelot, ambassadeur de France, des personnalités étrangères, victimes du communisme (vietnamiennes, laotiennes, lituaniennes … ). Ce que nous voulons maintenant ? Que partout dans le monde, soient constitués des tribunaux qui jugeront des crimes contre l’humanité, perpétrés dans leurs pays par le communisme. En France nous entendons, avec l’ensemble du mouvement national, combattre cette idéologie, où qu’elle trouve refuge ..

Français d’abord ! Numéro spécial- 2e quinzaine janvier 1998

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s