« La propriété, c’est le vol »

Proudhon le disait, l’État socialiste le met en pratique, en empêchant les classes intermédiaires de se constituer un capital et en imposant des règles d’usage qui transforme le propriétaire en fonctionnaire administrant un bien dont il n’est plus libre de jouir : justice sociale ou ruine générale ?

La haine marquée des socialistes français à l’égard des « Riches », catégorie imprécise et fantasmatique, tient à la fois de la nécessité de désigner un ennemi intérieur (moteur nécessaire à tout réformateur justifiant de ses échecs) et d’une conception foncièrement collectiviste de l’économie.

Il ne s’agit pas de revenir ici sur cette idée chrétienne devenue folle d’une pauvreté érigée non pas comme vertu mais comme instrument de contrôle (la privation de toute fortune personnelle ayant pour unique but d’empêcher l’indépendance vis-à-vis de l’État), mais de considérer les actuels dispositifs, où toutes les classes moyennes ont appris avec ravissement qu’elles étaient riches (il suffit d’un revenu net de 4000 euros mensuels) en même temps qu’on leur assénait avec rigueur que cette richesse leur serait enlevée.

Thésauriser, c’est mal

La pression fiscale est à son comble, qu’il s’agisse des personnes physiques ou des personnes morales, et tout capital est vécu comme une spoliation doublée d’un scandale : celui qui thésaurise ne dépense pas ni n’investit, celui qui ne dépense pas ne soutient pas l’économie, celui qui ne soutient pas l’économie empêche celle-ci de redémarrer (puisque les socialistes sont convaincus qu’on ne relance la croissance que par la consommation…), bref celui qui ne dépense pas réduit les autres au chômage et à la misère. Sa propriété est vraiment un vol social, il thésaurise moins qu’il n’empêche l’argent de féconder la société. Il faut donc imposer tout et chacun, les plus-values de cession, les transactions financières, les droits de succession, diminuer les abattements fiscaux et relever le taux de TVA – tout ça non pas pour nourrir l’État mais au nom de la justice distributive (la même mesure devenant donc vertueuse ou vicieuse selon que la Gauche ou la Droite la propose). Le paradoxe est que ces mesures « d’encouragement » à l’investissement ont provoqué une baisse sans précédent des montants investis, car parallèlement à la pression fiscale, l’État continue à décourager l’entreprise privée (les modifications des règles de l’auto-entreprenariat étant emblématiques à cet égard) – et qui prendrait désormais le risque de se voir assujetti à l’ISF, qui taxe le capital constitué quand bien même il ne génère pas de revenus ?

Le travail, c’est un capital

Le travail lui-même devient un bien à partager, comme en témoignent les fameuses 35 heures, un bien collectif dont le salarié n’est pas propriétaire : tout est donc fait pour que l’organisation du travail soit elle aussi collective, en imposant d’employer (l’État se substituant parfois au marché, en comptant sur l’impôt pour financer ses embauches) – ou en faisant porter aux entreprises le poids de la taxation exceptionnelle à 75 % des revenus supérieurs à un million d’euros. Si les faillites à jet continu et les licenciements économiques en mode geyser diminuent la masse des emplois disponibles, l’État ne se sent pas responsable : la destruction d’un capital privé se retrouvera forcément selon un mystérieux et irrationnel « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » dans la masse d’argent publiquement distribuée qui permettra de financer mécaniquement des emplois (les fameux contrats de génération), de maintenir ou créer des emplois publics ou de dynamiser la consommation. L’idée que les emplois publics ne créent pas de valeur mais se contentent de distribuer un service « gratuit » semble n’effleurer personne, et l’évidente paupérisation des classes moyennes (qui perdent en plus le capital relationnel et intellectuel que représente une activité) n’est sans doute qu’un épiphénomène. Après tout, s’appauvrissant ils deviendront vertueux à proportion et pourront bénéficier des aides de l’État.

Seul l’État a le droit d’abuser

Quant au capital restant, il faut en diminuer le pouvoir de nuisance, en imposant des règles d’usage des biens immobiliers, par exemple : la vieille règle du jus utendi et abutendi (droit d’user et d’abuser) qui définissait la propriété est constamment remise en cause ; détenir un actif financier crée désormais plus d’obligations (temps de détention, règles de cession, etc.) que de richesse. L’État en arrive d’ailleurs à se « voler » lui-même : mauvais actionnaire dans sa gouvernance (mais est-ce vraiment le rôle de l’Etat que d’être actionnaire), insensible au cours de Bourse pour prendre ses décisions ou donner ses avis, ou prêt à donner ses terrains pour construire des logements sociaux (proposition du candidat Hollande comptée au rang des promesses tenues).

Le paradoxe est bien sûr que cette haine des richesses se double d’un goût stupéfiant pour leur consommation, l’État providence étant d’une prodigalité folle, et témoigne d’une pensée magique qui veut que l’abondance soit un droit et qu’il existe forcément un trésor caché, inépuisable, que l’État socialiste a pour mission de trouver et de partager. En attendant, les recettes fiscales diminuent, la croissance ne revient pas, la France s’appauvrit, les fortunes fuient avant même que d’être constituées. La justice crée la ruine : amère consolation de se savoir vertueux.

Hubert Champrun monde & vie 2 juillet 2013

Lire Proudhon : http://kropot.free.fr/Proudhon-propriete.00.htm

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s