Réflexions sur l’identité de Bruxelles

Résumé du discours tenu par Robert Steuckers au Par­le­ment Flamand, le 8 septembre 2001, dans le cadre d’un colloque pluraliste, organisé par le Vormingsinstituut Frank Goovaerts, présidé par le député Karim Van Over­­meire. Y ont également pris la parole : André Monteyne, économiste et historien, auteur d’une His­toi­re des Bruxellois (parue en 3 langues : F, NL, An­glais), Maître Fernand Keuleneer, du Barreau néerlan­do­phone de Bruxelles, le député Dominiek Lootens, l’ancien Com­missaire-en-chef de Schaarbeek et député de Bru­xelles, Johan Demol et Bernard Daelemans, ré­dacteur en chef de la revue Meervoud, qui s’inscrit dans le cadre d’un nationalisme de gauche.

L’identité de Bruxelles est particulièrement com­­­ple­xe

◊ En 1884, les associations catholiques de pro­vince organisent une manifestation contre la politique scolaire des libéraux bruxellois. Les Bru­xellois ri­po­stent par une contre-manifes­ta­tion violente. Depuis lors, une césure profonde sé­pare Bruxelles de ce qui vit et se développe en province. Les entreprises bru­xelloises sont boy­cottées. Pourquoi Bruxelles est-elle deve­nue, à cette époque, une ville libérale et pro­gres­siste, alors qu’elle avait été auparavant très cro­yante et abritait en son sein un grand nom­bre d’in­stitutions religieuses ? Ce glis­se­ment constitue la pre­mière mutation dans l’i­den­tité de Bruxelles de­puis 1789, an­née où la vil­le était encore conser­va­trice à l’ex­trême et très catholique.

◊ À l’époque des bourgmestres Karel Buls (Bru­xelles) et Léon Vanderkinderen (Uccle) ré­gnait à Bruxelles une certaine “flamando­phi­lie”, liée à des idéaux démocratiques, fédé­ra­lis­tes et libéraux. Ce “compositum” constitue en fait une “révolution con­servatrice”, dans le sens où elle souhaite, en même temps, con­ser­ver une identité (l’identité brabançon­ne et thioi­se) et forcer l’établissement à parfaire les in­novations nécessaires. Remarquons que ce “com­positum” ne connaît pas encore de césure entre la droite et la gauche : les conservateurs cul­turels et les socialistes (ou les libéraux pro­gres­sistes) tra­vaillent main dans la main pour don­ner à Bruxelles un “visage” brabançon et fla­mand.

Un art libertaire, enraciné et émancipateur

◊ Chez Karl Buls, la révolution conservatrice (an­te lit­teram) se lie à une volonté de pro­mou­voir une architecture spécifique à Bruxelles. Cet­te architec­ture trouve son expression la plus pure et la plus originale dans le style “Art Nouveau” ou “Jugendstil”, dont les premiers bâ­timents sont érigés en 1893 par le célèbre ar­chitecte Victor Horta. Tant chez Horta que chez Henry Van de Velde, entre autres génial con­cepteur de mobiliers, ce style “organique” tente de se démarquer clairement des notions “géo­métristes” issues de la révolution françai­se et des pra­tiques jacobines de l’administra­tion politique.  Les opposants à ce nouveau cou­­rant artistique l’ap­pellent avec mépris “le sty­le nouille”. Dans son o­rientation organique, l’Art Nouveau” était d’in­spi­ra­tion conservatrice, tandis que son soutien au jeune mouvement so­cialiste était considéré à l’époque com­me un acte révolutionnaire. Partout en Europe, on trou­ve des mouvements artistiques similaires, surtout à Vienne (avec la Wiener Sezession) et à Barcelone, avec l’architecte Gaudi. Pour ce qui con­cerne plus spécifiquement les concep­tions politiques, qui sont liées à cette révolu­tion culturelle, nous pouvons dire qu’elles ont toutes pour noyau central la notion de liberté. L’i­dée de liberté est perçue comme “flaman­de”, comme un héritage des Arte­vel­de gantois (cf. les travaux que leur a consacrés Van­der­kin­deren, célèbre historien et médiéviste), et, dans la foulée, comme “germanique”, lato sen­su, ou comme “thiois” (Diets). Chez Karel Buls, Léon Van­derkinderen, Alphonse Wauters et E­mile de Laveleye la liberté est toujours définie comme “germanique”, tandis que les formes de tyrannies sont qualifiées de “françaises”, de “jacobines” ou d’“espagnoles” (voir à ce sujet, la figure de Tijl Uilenspiegel chez Charles De­co­ster, où l’ironie sert d’arme contre la puis­sance étrangère et aliénante). Il nous paraît re­marquable de constater que ces idées fonda­mentales du mou­vement flamand au XIXe siècle ont d’abord été exprimées en français et lancées dans le débat.

Une terrible mutation démographique

◊ À cette période, une glissement s’opère dans la structure démographique de notre ville. C’est la deu­xième mutation dans l’identité de Bru­xelles, après le passage d’un conservatisme catholique extrême, celui des Statistes de la ré­volution brabançonne de 1789, à un libé­ra­lis­me selon Karel Buls, qui est é­man­cipateur, li­bre-penseur, enraciné et conscient de l’iden­ti­té du peuple. Entre 1880 et 1900, la popula­tion de Bruxelles augmente de 1700 % (i. e. un Bru­xel­lois de souche pour 17 nouveaux ar­ri­vants de tou­tes les provinces belges). Cela si­gni­fie que la po­pulation bru­xelloise et braban­çon­ne de souche dis­paraît, pour laisser la pla­ce à un melting pot belgo-belge, avec des gens venus de tous les coins du pays, des gens qui se sentent détachés de leurs com­munautés vil­la­geoise ou citadine d’origine et qui perçoivent à tort ou à raison ce sentiment de dé­ra­cine­ment comme une émancipation. Quelques chif­fres : à l’époque en Belgique, le rapport en­tre Flamands ­et Wallons était de 51/49. À Bru­xelles, la ré­partition se chiffrait comme suit : 21 % de Flamands, 43 % de bi­lingues (pour la plupart Flamands d’ori­gi­ne) et 26 % de fran­cophones purs.

Après Buls : un vandalisme sans frein

◊ La révolution culturelle de Buls et Vander­kin­deren, qui est émancipatrice et consciente de l’identité po­pulaire, ne peut plus atteindre ses objectifs dans de telles conditions démographiques. Le bourgmestre De­mot, qui prend la succession de Buls, ne mène plus une poli­ti­que d’embellissement architectural comme son prédécesseur et suit, dès 1900, une voie pu­re­ment utilitariste, dépourvue de tout projet es­thétique, ce qui nous a donné, après quelques dé­cennies, ce vandalisme culturel typiquement bel­ge et bruxellois. Le patrimoine est aveuglé­ment sacrifié sur l’autel de Mammon. Dans les dix premières an­nées du XXe siècle, certains immeubles de style “Art Nouveau” sont abat­tus, alors que leurs archi­tectes étaient encore en vie ! Ce vandalisme culmine avec la démo­li­tion de la Maison du Peuple socialiste que Hor­ta avait fait construire dans la Rue Stevens. Ain­si, les socialistes ont délibérément trahi leurs propres racines culturelles et idéolo­gi­ques, car les pro­jets d’embellissement de la vil­le, caressés par le bourgmestre Buls, a­vaient effectivement un volet so­cialiste et par­ce qu’Horta lui-même voyait le so­cialisme comme un instrument pour émanciper les mas­ses et leur donner une esthétique.

◊ Ce vandalisme culturel a reçu un nom dans le jar­gon des architectes du monde entier : la bruxel­li­sa­tion ! Ce vandalisme est l’héritage de tous les partis traditionnels qui ont géré notre ville. La “Déclaration de Bruxelles”, rédigée par des architectes et par des étudiants de l’École d’architecture de la Cambre à Ixelles, peut nous servir aujourd’hui comme source d’inspi­ra­tion pour promouvoir un nouveau projet cul­turel pour Bruxelles.

Les lamentables contradictions de la gauche dite “progressiste”

◊ Cette évolution déplorable (ou, pour être plus pré­: cette involution) de la vie cultu­rel­le bruxelloise nous amène à poser une ques­tion : existe-t-il encore au sein du peuple une aspiration réelle à faire démarrer une nou­velle révolution culturelle à Bruxelles, cal­quée sur celle dont avaient rêvée Buls et Van­der­kin­deren ? Les forces progressistes de la gau­che ne semblent pas conscientes de leurs pro­pres con­tra­dictions : d’une part, elles exigent des autorités de met­tre un terme à la bru­xel­lisation, dont à la des­truc­tion de notre pa­tri­moi­ne architectural (ce qui est une bonne idée con­servatrice), mais, d’autre part, toute ten­ta­tive de restructurer la conscience de no­tre i­den­tité est disqualifiée de “raciste” ou de “fas­cis­te”.  Dans ce sens, les étudiants, qui se di­saient de gau­che et qui ont co-rédigé la Dé­cla­ra­tion de Bru­xelles, ne seraient rien d’autres que des fascistes dé­guisés, tandis que le pau­vre Karel Buls n’aurait été rien d’autre qu’un fasciste ante litteram.

◊ Pour ce qui concerne l’immigration et l’inté­gra­tion, on peut affirmer tranquillement que Bru­xelles, au­jourd’hui, ne propose rien, n’a plus d’épine dorsale culturelle. La politique cul­tu­relle connaît certes des événements très in­té­ressants, mais, dans l’ensem­ble, cette poli­ti­que apparaît comme un patchwork incompré­hen­sible, où l’on trouve tout et le contraire de tout. Comment les immigrés, quelle que soit leur origine, pourraient-ils dès lors respecter une ville qui n’offre rien de sacré, aucune va­leur ?

◊ Conclusion : le renouveau de la culture fla­mande à Bruxelles devra immanquablement re­nouer avec les idées et les créations esthé­ti­ques de la fin du XIXe siècle. Car ces idées sont l’expression de la nouvelle synthèse bru­xel­loise des années 1880-1900. Et bien qu’el­les soient spécifiquement fla­mandes, thioises ou brabançonnes (ou affirmaient l’ê­tre), elles pos­sèdent néanmoins une aura uni­verselle par leur beauté et leur qualité. Elles ap­partiennent aujourd’hui au patrimoine de l’humanité toute entière et sont respectées à ce titre. Si notre ville, en tant que capitale des institutions euro­péen­nes, veut obtenir le respect à l’étranger, el­le devra développer un projet culturel inspiré par ces grands modèles mais adapté aux exi­gences de notre temps. Dans cette perspective la dualité belge entre Fla­mands et Franco­pho­nes à moins d’importance que dans la vie po­litique quotidienne, car cette unique et der­niè­re révolution culturelle née en nos murs a réa­li­sé des œuvres issues de cerveaux tant néer­lan­dophones que francophones, tout en consi­dé­rant ses productions comme partie inté­gran­te de l’héritage thiois et brabançon. Tant les néer­landophones que les francophones de Bru­xelles peuvent trouver au­jourd’hui encore un ac­­cès aisé à ce patrimoine.

Robert Steuckers, Nouvelles de Synergies Européennes n°55-56, 2002.

Bibliographie :

  • Paul ARON, La Belgique artistique et littéraire : Une anthologie de langue française (1848-1914), textes réunis et présentés par P. Aron, avec la collaboration de Jacques Aron, Isabelle Dumont et Roland Van der Hoeven, Complexe, Bruxelles, 1997.
  • Françoise AUBRY & Jos VANDENBREEDEN, Horta : van Art Nouveau tot modernisme, Ludion, Gent, 1996.
  • André BAREY, Propos sur la reconstruction de la Ville européenne : Déclaration de Bruxelles, Archives d’Architecture Moderne, Bruxelles, 1980.
  • Dirk CHRISTIAENS, Brussel is een vreemde stad – 75 dichters over 1 stad, 1385-1985, Houtekiet, Antwerpen/Baarn, 1989.
  • Francine CLAIRE-LEGRAND, « 1884-1914 : De l’instinct à la réflexion », in : Maurice CULOT, René SCHOONBRODT, Léon KRIER, La reconstruction de Bruxelles, Recueil de projets publiés dans la Revue des archives d’architecture moderne de 1977 à 1982 augmenté de trente pages inédites, Ed. Archives d’architecture moderne, Bruxelles, 1982.
  • Gabriele FAHR-BECKER, L’Art Nouveau, Könemann, Köln, s.d.
  • Michel B. FINCŒUR, Marguerite SILVESTRE & Isabelle WANSON, Bruxelles et le voûtement de la Senne, Bibliothèque Royale de Belgique, 2000.
  • Hans H. HOFSTÄTTER, Symbolismus und die Kunst der Jahrhundertwende, Dumont, Köln, 1965-78.
  • Charles JENCKS, Modern Movements in Architecture, Pelican, Harmondsworth, 1973-77.
  • Mina MARTENS (sous la direction de), Histoire de Bruxelles, Ed. Universitaires/Privat, Toulouse, 1979.
  • Peter MENNICKEN, Stadt ohne Antlitz ?, Steenlandt, Brüssel, 1943.
  • André MONTEYNE, De Brusselaars in een stad die anders is, Lannoo, Tielt/Bussum, 1981.
  • Charles PERGAMENI, L’esprit public bruxellois au début du régime français, H. Lamertin, Bruxelles, 1914.
  • Arlette SMOLAR-MEYNART & Jean STENGERS, La région de Bruxelles : Des villages d’autrefois à la ville d’aujourd’hui, Le Crédit Communal, 1989.

http://www.archiveseroe.eu/lettres-c18386849/9

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s