Sondages : méfiance, prudence… L’élection ne sera vraiment jouée qu’aux soirs des 10 et 24 avril !

Didier Lecerf

« La statistique est une personne complaisante qui ne refuse rien de ce qu’on lui demande habilement. »

Édouard Herriot.

Depuis des semaines, le landerneau politico-médiatique s’emploie avec constance à imposer une répétition du second tour de 2017 aux 80% de Français qui, pourtant, déclaraient en février 2021 ne pas en vouloir…

Son intérêt est évident : Macron face à Le Pen, à la fin, c’est Macron qui gagne… Seulement, voilà : « A grand renfort d’ordinateurs, de paramètres et d’échantillons, les experts rendent leur verdict, faisait remarquer, il y a une cinquantaine d’années, le rédacteur en chef politique du Monde, Pierre Viansson-Ponté. Mais il reste encore, il reste toujours, (…) dans leur merveilleuse machinerie, un petit grain de sable qui peut tout bloquer. Ce grain de sable, c’est l’homme ». Voici donc, à six jours du premier tour de l’élection majeure de notre système politique, quelques rappels, remarques et vérités indispensables, pour ne pas être les dupes du système…

La démocratie, c’est le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple. Pas celui des instituts de sondage, par les sondages, pour le pouvoir en place. Le peuple exerce son pouvoir par le vote, dans l’isoloir. Pas par l’intention de vote, sollicitée et donnée sur Internet. Ou alors, décrétons, comme le suggérait jadis Le Canard enchaîné, que « le suffrage universel est supprimé, (…) remplacé par le sondage à la commande» et que « les deux chambres du Parlement sont l’IFOP et la SOFRES »…

Depuis 2017, les instituts de sondage surestiment systématiquement le vote en faveur de Marine Le Pen et de son parti : pour le premier tour de la présidentielle de 2017, 26% annoncés et 21% obtenus ; pour le second tour, 41% annoncés, 33% obtenus ; pour les législatives de 2017, 22% annoncés en moyenne nationale, 13% obtenus ; et pour les régionales de 2021, 25% annoncés en moyenne nationale et 18% obtenus…

Actuellement, 48,7 millions de Français sont inscrits sur les listes électorales, soit 1,2 million de plus qu’en 2017. Selon les sondages, 37% d’entre eux ne sont pas encore sûrs d’aller voter, ce qui représente 18 millions de citoyens. Or, au premier tour de 2017, 22% des électeurs inscrits (10,5 millions) se sont abstenus… Si, dimanche prochain, le taux d’abstention est le même (et tout laisse à penser que ce sera le cas), 7,3 millions de ces 18 millions d’hésitants auront fini par voter… Un beau réservoir de voix pour ceux des candidats qui réussiront à les convaincre (et Éric Zemmour a tout pour être l’un des grands bénéficiaires)…

Éric Zemmour, justement. Voici ce qu’il a rappelé une nouvelle fois, le lundi 4 avril, sur France info : « Les sondages mentent parce qu’ils sont perdus. Ils ne peuvent pas nous dire d’un côté (et tous les sondeurs eux-mêmes me le disent), Marine le Pen sera à 20%, et de l’autre, il y aura 30% d’abstention. Il peut y avoir l’un ou l’autre, mais il ne peut pas y avoir les deux ensemble… Donc, les sondages sont faux.»

Si, malgré tout, on part de l’hypothèse que les sondages actuels ne se trompent pas, on obtient, à partir de leurs estimations, des résultats pour le moins curieux… A titre d’exemple, prenons la dernière enquête Elabe, du 1er avril dernier, pour BFMTV. En partant du principe que le taux d’abstention et les votes blancs ou nuls seront les mêmes qu’en 2017 (22% des inscrits, soit 10,7 millions, et 2,55% des votants, soit 0,97 million), on obtient, pour le premier tour 2022, 37,03 millions de suffrages exprimés. Les 22% de Marine Le Pen (MLP) représentent donc 8,14 millions de voix (0,46 million de plus qu’en 2017). Les 9,5% d’Éric Zemmour, 3,52 millions. Les 8,5% de Valérie Pécresse, 3,14 millions. Et les 2,5% de Nicolas Dupont-Aignan (NDA) et de Jean Lassalle, 0,92 million pour chacun. Soit un total Droite de 16,64 millions de voix, c’est-à-dire… 710 000 de moins qu’au premier tour de 2017 !!!

Les 28,5% d’Emmanuel Macron représentent 10,39 millions de voix, soit 1,74 million de plus qu’au premier tour de 2017 !!! Les 20% de Jean-Luc Mélenchon-Anne Hidalgo-Fabien Roussel, 7,27 millions, soit 2 millions de moins que Mélenchon-Hamon en 2017 ! Et les 2% de Nathalie Arthaud et Philippe Poutou, 0,72 million, soit 0,1 million de plus que leur total d’il y a cinq ans… Avec, à l’arrivée, un total Gauche de 18,38 millions de voix – 1,74 million de plus que le total Droite (?) -, c’est-à-dire le même, à peu près, que pour le premier tour de 2017 (18,63 millions de voix)…

Récapitulons : d’après ce sondage Elabe pour BFMTV (et les autres, qui lui ressemblent), entre 2017 et 2020, Pécresse perdrait 4,07 millions de voix par rapport à Fillon, et NDA 0,77 million, soit une perte totale de 4,84 millions ; MLP en gagnerait 0,46 million et Lassalle doublerait son score (de 0,43 million à 0,92 million), soit un gain total de 0,95 million. Or, la différence entre les deux (3,89 millions), représentent 0,37 million de moins que le score attribué à Zemmour (3,52 millions) … Ce qui signifie qu’après cinq ans de présidence Macron, la gauche obtiendrait toujours plus de voix que la droite, et le grand bénéficiaire des transferts de voix serait Macron lui-même… Curieux, n’est-il pas ? On verra, on verra…

Quoi qu’il en soit, il n’y a qu’une seule certitude à avoir : rien n’est joué ! Pour finir, le mieux est encore de laisser la parole à celui qui restera comme le seul vrai phénomène de cette campagne, Éric Zemmour : « Je veux dire aux électeurs de madame Pécresse, les électeurs de LR, madame Pécresse a déjà préparé son ralliement à Emmanuel Macron à 20h02… C’est déjà dans les tuyaux, tout le monde le sait à LR. Ce que je dis aux électeurs de LR, c’est : ne vous laissez pas voler votre élection. Je suis le candidat de la droite. Et je dis une dernière chose : avec moi, il y aura une véritable recomposition politique. C’est-à-dire que, si Marine Le Pen est au second tour, rien ne bougera. Aucun LR n’appellera à voter pour elle. En revanche, si je suis au second tour, Éric Ciotti, François-Xavier Bellamy et bien d’autres – éventuellement madame Morano, etc. -, appelleront à voter pour moi. Il y aura donc une recomposition politique et on pourra enfin se débarrasser du cordon sanitaire qui sépare artificiellement les électorats du RN et de la droite LR. Nous ferons la réconciliation de ces électorats. Seul mon vote permet cela».

Tout est dit. Le vote utile, ce n’est pas le vote en faveur de Marine Le Pen et de sa petite entreprise familiale (comment, d’ailleurs, pourrait-elle prétendre rassembler les Français quand elle a tant fait, à coup d’anathèmes et d’exclusions, pour diviser son propre camp ?). Le vote Marine, c’est celui de la continuité pour les tenants du système et de l’impasse pour le camp national. Seul le vote Zemmour est le vote utile. Utile à la France et aux Français. Que chacun, en conscience, prenne ses responsabilités et fasse le bon choix. Pour notre part, c’est ce que nous avons fait il y a plusieurs mois : plus que jamais, Zemmour président !

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s