Ne pas laisser passer l’heure de comptes !

Incohérence : c’est le mot qui vient en observant les « élites » faire feu sur Vladimir Poutine. Pour punir l’agresseur de l’Ukraine, les voici disposées à sacrifier, par des embargos, les populations africaines les plus vulnérables. L’Union européenne est prête à pâtir des effets de ses sanctions. Quant à Emmanuel Macron, il prend le risque d’aggraver la crise économique et sociale et de relancer la colère française : à huit jours du premier tour de la présidentielle, le chef de l’État saborde son rôle fétiche de « président protecteur », en cautionnant la politique de la sanction-boomerang.

Les bénéficiaires sont les États-Unis, qui poussent à la guerre sans la faire. Joe Biden, pyromane en chef, a déjà réussi à vendre son gaz de schiste aux Européens, ses avions de combat aux Allemands et à faire renaître, contre la Russie, l’« Otan en mort cérébrale » (Macron, novembre 2019). Poutine, lui, veut faire payer son gaz en roubles pour préserver son économie.

Sanctionner l’autocrate va de soi. Le faire stupidement, sous la pression de stratèges insensibles aux vulnérabilités des faibles, relève de l’irresponsabilité. L’Ukraine et la Russie produisent 30 % des exportations mondiales de blé. La Somalie, le Soudan ou l’Égypte sont dépendants de ces productions et connaissent déjà des hausses du prix du pain. Des émeutes de la faim sont prévisibles, d’autant que la Russie exporte aussi de l’engrais azoté. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, évoque un « ouragan de famines ». Les embargos énergétiques touchent déjà l’Europe et la France des classes moyennes. Les va-t-en-guerre en chaises longues se flattent de batailler, via les réseaux sociaux. Mais aucun intellectuel médiatique n’ose rejoindre les brigades internationales ukrainiennes. N’est pas Malraux qui veut, lui qui s’engagea avec d’autres dans la guerre d’Espagne, en 1936.

Tout est mal pensé, dans la riposte de l’Occident émotif, fasciné par l’image de résistant du président ukrainien Volodymyr Zelensky. (La suite du bloc-notes sur Le Figaro)

https://blogrioufol.com/ne-pas-laisser-passer-lheure-de-comptes/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s