La tombola de LREM pour remplir l’unique meeting de Macron

macron-1

On a beau être disruptif, nouveau monde et tout ce que vous voulez, il y a des figures imposées dans une campagne présidentielle. Il faut aller au contact du peuple, par exemple. « Je sais, c’est affreux, le peuple, j’en ai parmi mes gens », constatait déjà Pierre Desproges. Mais il n’empêche, ce sont les illettrés qui votent, ceux qui ne sont rien, et il faut aller leur serrer la louche. Il faut aussi accepter le débat, se colleter avec les autres candidats, se plier aux « je ne vous ai pas coupé la parole » et autres « vous racontez n’importe quoi aux Français ». C’est difficile, bien sûr, de ne pas être au-dessus de la mêlée, mais la plupart du temps, pour gagner, il faut se battre, et la politique ne fait pas exception à la règle.

Malheureusement pour La République en marche,  a fait le choix de ne pas emprunter ces passages obligés. Il a déclaré sa candidature sur le fil, au dernier moment, par une simple lettre dans la presse régionale. Il a tourné une série de petits reportages, Le Candidat, dont les scènes obéissent aux cliché les plus éculés des fictions politiques – le summum étant atteint avec ce moment où le candidat fait arrêter la voiture officielle pour marcher un peu sur le pont de la Concorde, alors que le soir tombe sur la Ville Lumière. À cette occasion, il croise un marathonien qui s’entraîne et deux groupies pour qui « c’est un grand honneur » de croiser le Président.

Si on ajoute à ça le fait que le candidat, puisqu’il est Président, est occupé à sauver  de l’apocalypse nucléaire, et n’a donc pas le temps de se déplacer, on comprend que le dernier meeting organisé par LREM, à Nice, le 23 mars dernier, n’ait pas soulevé les foules. À peine 2.000 participants, dont au moins une centaine de cadres, pour écouter Édouard Philippe, Olivier Véran,  ou encore Christophe Castaner… ainsi qu’un discours enregistré par le candidat. Ambiance « atone », rapporte , qui ajoute que des rideaux noirs avaient été tirés pour cacher le grand nombre de sièges vides. Salle indifférente, au mieux.

Dans ces conditions, le meeting prévu le 2 avril à La Défense Arena risque de ne pas rencontrer le succès prévu. La salle compte pourtant 30.000 places. Alors, il faut se bouger et trouver des idées. Aussi les cadres de LREM sont-ils invités, par un message en date du 25 mars, à se lancer dans un « défi militant ». Les 400 personnes qui invitent le plus grand nombre de participants gagneront des lots. Évidemment, on ne parle pas de paniers garnis, de bons d’achat dans la zone commerciale, de jambons à l’os ou de jeux de pneus neige. Tout ça sent la diagonale du vide. Non, des lots prestigieux – des lots de prestige, comme on dit. Cela va vous paraître peut-être un peu fastidieux, mais il faut absolument que vous connaissiez la nature de ces cadeaux.

Pour rester dans le culte de la personnalité qui sied si bien à une grande démocratie moderne, les cinq premiers auront droit à « un moment privilégié et unique après le meeting ». Peut-être avec le Président, ou avec le candidat, comme ils voudront. C’est la surprise. Un moment de détente et de bien-être, comme un bon d’achat dans un spa. Pour les dix suivants, ce sera une participation au tournage de la mini-série Le Candidat – donc peut-être, à la clé, imaginez donc, une chance d’apercevoir le héros éponyme. Pour les vingt suivants, « un temps d’échange avec un ministre », c’est-à-dire un remake de l’émission « Fan de… », pour celles-et-ceux qui s’en souviennent.

Pour les 35 qui les suivront, c’est « un bon d’achat d’une valeur de 30 euros à la boutique de campagne » qui est en jeu. Je vous invite à aller faire un tour sur le site de cette boutique. Nous avions déjà parlé ici, il y a quelques mois, de la boutique des Jeunes avec Macron. Vu la qualité des produits, 30 euros risquent de ne pas suffire. Il y a ensuite 100 portraits dédicacés à gagner, tandis que les 200 derniers pourront participer à « un apéritif convivial » au QG de campagne « en présence de personnalités ». Quelles personnalités ? Quel genre d’apéritif ? On ne sait pas. Le caractère vague de ce libellé laisse la place aux plus folles interprétations. Une brique de jus de pomme Lidl avec Castaner ou un magnum de champagne rosé avec Marlène Schiappa ? On verra ça après la tombola.

Le Huffington Post, qui se fait le relais de cette belle initiative, rappelle que Marine Le Pen a offert, à plusieurs reprises, des portraits dédicacés en échange de renouvellement d’adhésion, tandis que Sarkozy avait rencontré, en 2014, les meilleurs recruteurs de l’UMP. Certes. C’était le vieux monde, ça. LREM devait changer tout ça. Et finalement, voilà que les macronistes, aux abois face à des candidats charismatiques qui mouillent le maillot (Le Pen, Zemmour et même Mélenchon), en sont réduits à des petites ficelles d’animateurs de la Quinzaine des fromages chez Carrefour. Profitez-en, Mesdames et Messieurs, il n’y en aura pas pour tout le monde…

Arnaud Florac

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s