La Russie à la diète – Facebook et Telegram bannis de Russie : les censeurs censurés

Russie censure

Après notamment McDonald’s, KFC et Starbucks, c’est au tour de Facebook et d’Instagram – cette fois sur injonction de la justice locale – de disparaître (temporairement ?) du paysage russe. Un régime qui pourrait finalement se révéler salutaire pour une population enfin débarrassée des principaux instruments de l’impérialisme culturel américain.

Censurera bien qui censurera le dernier ! Lundi, la Russie a annoncé avoir bloqué les réseaux sociaux Facebook et Instagram, eux-mêmes adeptes de la censure et particulièrement actifs depuis le début de l’invasion de l’Ukraine.

La justice russe a suivi la demande du parquet et entériné l’interdiction des activités de la compagnie Meta, dont dépendent Facebook et Instagram, deux des réseaux sociaux les plus populaires à travers le monde. WhatsApp, également membre de cette famille virtuelle, n’est pas (encore) concerné.

Le FSB (Service fédéral de sécurité, héritier du KGB) avait appuyé cette demande en évoquant « des signes manifestes d’activité extrémiste […] dirigés contre la Russie et ses armées ».

Les instances russes réagissent à la modification des règles de modération de Facebook en Ukraine, permettant désormais aux habitants du pays de déverser leur haine sur la Russie sans encourir de sanction.

Andy Stone, responsable de la communication de Meta, ne s’était d’ailleurs pas caché de cette prise de position effectivement extrême, expliquant à l’AFP que, « en raison de l’invasion russe de l’Ukraine, nous faisons preuve d’indulgence pour des formes d’expression politique qui enfreindraient normalement nos règles sur les discours violents telles que mort aux envahisseurs russes ».

Rappelons par ailleurs que Facebook – comme la plupart des réseaux sociaux – avait déjà censuré certains médias russes, dont Sputnik et RT. Relais de la politique du Kremlin, RT n’omettait pas pour autant le point de vue adverse, diffusant les discours des leaders de l’Union européenne ainsi que de certains spécialistes hostiles à l’offensive russe.

En d’autres termes, Meta pratique depuis près d’un mois tous les amalgames qu’elle interdit à ses utilisateurs en d’autres circonstances.

Les Russes, américanisés comme les autres !

Si leurs dirigeants adoptent une posture très antiaméricaine, de nombreux Russes se sont, comme les Français et les autres Européens, totalement accoutumés aux modes venues des Etats-Unis ; Internet et les réseaux sociaux ne sont pas étrangers à ce phénomène.

La Russie possède ainsi son lot d’autoproclamés « influenceurs », ces vedettes du Web diffusant sur Instagram ou d’autres plates-formes des photos de leur vie quotidienne, faisant régulièrement la promotion de produits ou de marques.

Karina Nigay est l’une de ces influenceuses qui sévissent sur Instagram. A ses trois millions d’abonnés, peu avant la coupure de l’application dans son pays et réagissant à cette mesure, elle a diffusé une vidéo où elle apparaît en pleurs et compare sa peine à un deuil. Digne des « meilleurs » chroniqueurs de chez Cyril Hanouna ! La jeune femme annonce toutefois qu’elle migrera probablement vers Telegram, un système de messagerie, ou VK, le « Facebook russe ».

La censure russe

La guerre est synonyme de censure et la Russie la pratique également avec gourmandise. Manifestations, propos, médias et sites Internet sont scrutés et, s’ils contredisent la version officielle, censurés ou sanctionnés.

L’une des prochaines cibles pourrait tout simplement être YouTube, aux pratiques similaires à celle de Facebook.

Louis Marceau

Article paru dans Présent daté du 22 mars 2022

https://fr.novopress.info/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s