CEDH et eugénisme : existe-t-il un droit d’avorter un enfant parce qu’il est trisomique ?

CEDH et eugénisme : existe-t-il un droit d’avorter un enfant parce qu’il est trisomique ?

Laura et Charlotte sont deux jeunes femmes. Elles sont porteuses de trisomie 21. Pour certaines ONG multipliant les recours à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), elles n’auraient pas dû naître. L’ECLJ est également une ONG et agit dans ces mêmes affaires à la CEDH, mais pour défendre la thèse inverse : il n’y a pas de sous-hommes, ni de « sous-femmes ». L’enjeu de ces affaires est crucial, tant au niveau humain que pour l’avenir de l’Europe et de la protection des droits fondamentaux de tous les êtres humains.

À l’occasion de la Journée mondiale de la trisomie 21, Laura et Charlotte se sont adressées chacune directement aux juges de la CEDH : elles expliquent ce qu’est la trisomie, comment elles la vivent, et demandent aux juges de les défendre par un jugement favorable.

La CEDH se prononcera sur la question suivante : existe-t-il un droit d’avorter un enfant parce qu’il est trisomique ? Cette revendication est portée dans des affaires contre la Pologne, qui a fait le choix d’interdire la discrimination entre les enfants à naître : trisomiques ou non, handicapés ou non, ces enfants ont la même dignité.

De manière exceptionnelle, cinq anciens juges de la CEDH sont intervenus auprès de leur ancienne juridiction, en cosignant les observations écrites de l’ECLJ, qui est tierce-partie dans ces affaires. C’est une première à notre connaissance : cette intervention d’anciens juges n’est pas politique ou médiatique, mais judiciaire. Ils interviennent au soutien du droit à la vie des personnes handicapées.

Nos observations sont également cosignées par des experts des Nations unies, l’ancien Président de la Cour interaméricaine des droits de l’homme, de nombreux professeurs de droit, magistrats, avocats, juristes et associations.

Ce soutien inédit vise à obtenir de la CEDH qu’elle s’aligne sur le Comité des droits des personnes handicapées de l’ONU, selon lequel : « les lois qui autorisent explicitement l’avortement en raison d’un handicap violent [le droit international] » (2018).

https://www.lesalonbeige.fr/cedh-et-eugenisme-existe-t-il-un-droit-davorter-un-enfant-parce-quil-est-trisomique/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s