Le sacré : Unité du monde et destin du peuple 3/3

L’unité qui a pour nom “peuple” est aussi un tel mode d’approche de la divinité. Plus précisément, elle est à la fois le mode par lequel la divinité s’approche de l’homme dans le peuple, et le chemin par lequel l’homme en tant que porté-par-un-peuple s’approche de la divinité. Cette unité — qu’encore une fois il serait absurde de penser comme « unité d’un ensemble » — est le non-humain en l’homme. On pourrait alors reprendre, en la modifiant à peine, la sentence de Silesius : Das Volk ist in mir das Feuer, ich bin in ihm der Schein. Considérant le mot Schein dans le sens du grec phainestai, sa signification deviendrait la suivante : « Le peuple est en moi le feu, la flamme » (il est ce qui m’anime, me fait moi, me donne accès à mon essence, ce en quoi j’ai liberté de m’affirmer en tant que l’homme que je dois être), « Je suis en lui l’éclat de l’apparaître » (en tant qu’homme, je suis un aspect, un mode de l’apparaître du peuple, et ceci, en moi, est l’énigme et aussi, peut-être d’abord, le sacré).

On dira encore : quel rapport y-a-t-il entre l’expérience que nous faisons du sacré dans la “nature”, face à (et dans nos rapports avec) l’existant dans son ensemble, et l’unité ? Cette question est assez vaine. Car où donc se réalise l’unité du monde sinon dans une perception de l’existant dans son ensemble, qui, est, comme le dit Heidegger, une “prise en garde” ? Il nous faut en fait réapprendre à penser le monde comme destin, et dépasser autant qu’il est possible la perception comme “activité d’un sujet”. Tant que l’homme demeure en son essence, le monde n’est jamais un “dehors” auquel l’homme aurait accès en tant que sujet. L’homme ne voit le monde en tant que monde qu’autant qu’il est lui-même l’apparaître d’un peuple. Unité du peuple et unité du monde sont deux modes d’un même.

Nous autres aussi, bien que vivant en une époque où règne en maître la perception “objective” propre à l’individu (c’est-à-dire à ce que Heidegger appelait le « semi-homme »), nous faisons cette expérience. Si nous trouvons du sacré dans la “nature”, c’est que nous la voyons, non en tant qu’individus, non en “sujets-voulants-décidant-de-l’investir”, mais en hommes portés-par-un-peuple, le peuple européen, qui, rassemblé sur son essence (le “passé”), nous enjoint par son appel de le faire-venir à une nouvelle présence. Si la “nature”, pour nous, contient du sacré, ce n’est pas parce que nous y en avons mis, et pas non plus parce qu’elle nous renverrait l’image, au moins potentielle, de notre propre “volonté de puissance”, mais bien parce qu’un peuple est encore quelque peu en nous le « feu », même si nous n’en sommes encore que confusément l’« éclat ». Et c’est ce « feu » (das Feuer), constitutif de notre identité essentielle, de notre « hespérialité », qui est ce en quoi se dépose notre perception du monde, et donc aussi ce par quoi se réalise l’unité de notre monde.

Matin passé et matin venant sont les mêmes

Que le sacré ait donc beaucoup à faire avec l’auto-affirmation de l’homme en tant que mode de l’apparaître d’un peuple, c’est ce que l’on ne saurait nier. Unité du monde, unité du peuple : le même. Le même, mais pas « la même chose » — et, sur ce point, nous renverrons à ce que Heidegger a pu écrire dans le texte, essentiel, intitulé Identité et différence. En tant que le même, unité du monde et unité du peuple se trouvent dans un rapport de co-propriation, ce qui revient à dire qu’ils s’y cherchent pour y trouver ce qui est à chacun son propre. Le point, le “nœud” autour duquel s’enroulent ces “deux” unités est proprement pour nous le plus proche et le plus lointain. Il est, au sens le plus profond, le lieu de venue du sacré.

Ce “nœud”, qui correspond peut-être à ce que Heidegger a interrogé sous le nom d’Ereignis, nous apparaît, à nous aussi, comme question. Il ne s’agit pas d’une question à résoudre, mais d’une question à déployer. Que signifie ce terme ? Certainement pas aligner des propositions logiques ou paralogiques. Déployer la question du lieu de venue du sacré, c’est fonder le sacré en tant que sacré, et, du même coup, le peuple en tant que peuple. Heidegger en était arrivé à dire : Ereignis ereignet ; et il ajoutait : « c’est tout ». Ce « c’est tout » ne pose pas une fin, mais ouvre un horizon, en ce sens qu’il est un ordre de « départ pour l’assaut » ; et dans ce départ, est toute grandeur. Il signifie, si l’on peut dire, laisser Ereignis ereignen, c’est-à-dire répondre à l’appel qui nous enjoint de prendre en notre garde la « croissance de ce qui est petit » — la venue d’un peuple que nous nommerons peut-être hespérial. Là et là seulement est l’auto-affirmation.

Que dire maintenant de la technique ? Pour beaucoup, aujourd’hui, la technique reste quelque chose de “mécanique”, de “machinal” : un zu-Hand, dont l’homme aurait usage en tant que sujet, et sur lequel il pourrait agir. Une telle conception nous semble erronée. Cette apparence que prend la technique d’objet à la disposition d’un homme-sujet n’est qu’un leurre, ou plutôt un masque. (Ce qui ne veut pas dire qu’elle soit fausse, car il n’y a jamais d’apparence “fausse”). Quitte à tout décrire en termes de sujet et d’objet, c’est bien plutôt la technique qu’il faudrait considérer comme “sujet”, et l’homme désintégré du “on” qu’il faudrait voir comme “objet”. La technique n’est un outil pour le bien-être ou la puissance que pour les hommes du nihilisme achevé. En fait, elle n’est pas un outil du tout. Elle est ce qui nous enjoint de voir l’étant comme objet, et l’être comme efficience. Cette injonction se confond avec la nuit où les peuples se sont perdus eux-mêmes, et le danger — ce « désert qui croît », ainsi que Nietzsche nous en a avertis — est que, dans cette nuit de la technique mondiale, l’homme finisse par perdre tout lien avec son essence.

Relisons Nietzsche. S’il y a, aujourd’hui, un “seigneur de la terre”, c’est bien le « dernier homme » dont parle Zarathoustra, le « semi-homme » évoqué par Heidegger dans son texte sur le Service du Travail. C’est lui l’engeance aveugle et oublieuse qui règne en maître dans la nuit de la technique mondiale. Qui règne sur quoi ? Non pas sur la terre, qui, en tant que phénomène, qu’entité ou mode du Geviert, lui est interdite, mais sur le désert.

Quel est alors le salvateur qui vient avec l’ère de la technique ? On dira : l’être, en tant que lumière du matin qui se dévoile comme telle aux hommes du soir (Jean Beaufret). C’est dire trop et pas assez. On dira encore : l’Ereignis, en tant que signalé, devancé dans notre pensée, par le Gestell. Cette réponse, identique en fait à la précédente, ne nous mène pas plus loin. Il faut rappeler, en effet, que l’expérience que l’homme de l’aurore grecque avait de l’être ne s’est déployée en un monde que pour autant que l’être a pris cet homme en tant que son Dasein, c’est-à-dire, finalement en tant que peuple. Et de même, l’Ereignis implique la conjonction de l’unité-peuple et de l’unité intérieure de l’homme en tant que liberté pour l’accomplissement du destin du peuple.

Que deviennent alors la poiésis et la téchnè ? En quoi sont-elles, identifiées comme au cœur de la technique, de l’ordre de ce qui sauve ? Sûrement pas dans le sens où nous aurions le pouvoir d’investir d’un “sens nouveau” la production d’objets techniques. On ne peut asseoir sur la technique la tâche « destinale » de faire-venir d’un peuple. La poiésis nous regarde dans la mesure seulement où elle n’est au cœur de toute production technique d’objets que parce qu’elle est au cœur de tout faire-venir, de toute éclosion à la présence. Elle nous regarde d’abord en ceci que nous savons, comme on a savoir d’une évidence secrète, que vers nous s’est tourné ce qui « est encore petit », ce qui appelle à croître dans le danger. Et cela qui nous “appelle”, étant encore petit, pour qu’en son « faire-venir » nous trouvions notre liberté et notre destin, est un peuple et rien d’autre.

Le monde n’est jamais fait d’objets. Le monde est destin de l’homme en tant que Dasein, ce qui signifie : le monde est monde pour autant qu’il est demeure de l’homme, et l’homme, lui, n’est homme qu’en tant que porté-par-un-peuple. Nous ne ferons pas venir à la présence le peuple qui nous appelle en tant qu’« à-venir » en nous efforçant de donner un autre “sens” à des objets, quels qu’ils soient. Les étants ne seront rendus disponibles pour un usage poiétique qu’une fois délivrés à cet usage par un peuple. Ne confondons donc pas les racines et les derniers rameaux de l’arbre. C’est un peuple — nos racines — qui est à « pro-duire », et non pas une “nouvelle technique”.

Mais comment “pro-duit”-on un peuple ? On ne peut, à cet égard, qu’envisager un horizon appelé, une fois atteint, à disparaître pour céder la place à un autre. La pro-duction d’un peuple ne saurait en effet avoir de “fin”. Elle est un acte continu. Dans l’immédiat, il faut lutter par tous les moyens contre l’idée de l’homme-sans-peuple, du « semi-homme », de cet individu moral qui peut d’autant mieux se construire un “humanisme” qu’il a oublié l’être et s’est ainsi détourné de l’essence de l’homme. Sur notre chemin, nous sommes guidés par une lumière qui, n’étant aucune lueur nocturne, ne peut être que celle du matin. Matin passé et matin venant sont pour nous les mêmes. Ma certitude la plus profonde est que nous sommes voués à ce matin.

Patrick Simon, Nouvelle École n°37, 1982.

Notes : 

(1) Cf. not. Alain de Benoist, Comment peut-on être païen ?, Albin Michel, 1981.

(2) Là réside l’erreur de ceux qui, tel Pierre Chaunu dans La mémoire et le sacré, tirent argument de la non-opposition entre sacré et profane pour affirmer, de façon plutôt légère, que le paganisme est fondamentalement théocratique.

http://www.archiveseroe.eu/histoire-c18369981/104

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s