« En Indo, à Alger, à Paris, le même nihilisme falsifie l’Histoire. »

Le 9 novembre (1997), à la Mutualité, les comités Chrétienté-Solidarité organisent un procès moral du communisme et de ses crimes. En présence d’une impressionnante brochette de personnalités. Dans le même temps se déroule a Bordeaux un procès – pénal, celui-là – qui, à travers un homme, prétend juger une époque, un régime, un peuple. A la clé de tout cela, on débat de l’histoire contemporaine, du jugement que l’on peut porter sur elle, et des conséquences que ce jugement comporte sur la politique d’aujourd’hui. C’est l’occasion de remettre l’histoire à l’endroit, de rappeler aux jeunes ce que l’on doit penser de l’histoire de France récente. B A, député européen du Front national, s’y emploie pour National Hebdo.

National Hebdo – Le procès Papon a été conçu par ceux qui l’ont promu comme une « pédagogie de l’histoire ». D’abord, peut-on donner à un procès un rôle pédagogique et, deuxième question, quelle pédagogie pouvons-nous, nous, en tirer ?

B A – Ce qui est extraordinaire, c’est que, en matière de justice, la pédagogie ne peut être qu’incitative et donc cela laisserait supposer que le procès Papon est incitatif de procès. C’est-à-dire que, cinquante-quatre ans après, il faudrait donc encore en faire d’autres. Contre qui ? Les, fils de Papon, les petits-neveux de Papon, et puis peut-être la soixante-dix-septième génération de Papon. Donc cette histoire de pédagogie ne tient absolument pas la route. Elle est contraire à tout le progrès de la civilisation en matière de droit qui veut que, lorsque la justice est passée dans les premières années, ensuite il y ait l’oubli, le pardon, la réconciliation.

– Alors, justement, sans faire de procès pénal, ça nous donne une idée: sur le plan seulement moral et historique, on pourrait envisager des procès ou des pédagogies sur d’autres affaires historiques, par exemple l’Indochine, l’Algérie ou tout autre moment de l’histoire.

– Nous y voilà et c’est pour cela que, le 9 novembre, sera constitué pour la première fois dans l’histoire, le jour même du quatre-vingtième anniversaire de la Révolution d’Octobre qui, dans le calendrier russe, le calendrier orthodoxe, équivaut au mois de novembre dans notre calendrier grégorien, nous avons organisé la première audience sur les crimes du communisme. Mais, nuance, par une fausse analogie, certains ont cru que je voulais organiser l’équivalent du Nuremberg du communisme.

– La formule ne vous convient pas, pourquoi ?

– Non la formule ne me convient pas du tout. Ça ne peut être encore une fois qu’une analogie avec tout ce qu’une analogie peut avoir d’imprécis. Je ne suis nullement admiratif de Nuremberg. Nuremberg a été – je parle sous le contrôle de mes amis avocats un recul du droit. Nuremberg, c’est, en effet, le vainqueur qui juge le vaincu. Nuremberg, c’est Staline qui juge Hitler. Je n’ai aucune admiration pour Hitler, aucune nostalgie nazie et je trouve que les journalistes qui disent qu’à vouloir organiser le procès du communisme je banaliserais le nazisme sont des spadassins de la pensée, des petites frappes du journalisme. Mais Nuremberg, c’est Staline qui est juge d’Hitler, c’est-à-dire Jack l’Eventreur qui juge est de Landru.

– Donc le procès que vous allez faire est un procès moral ?

– Le procès que nous allons faire est un procès moral devant l’opinion. Car la prescription est je crois l’effet de la sagesse de l’humanité. Et ce n’est pas mon maître et ami, Jean-Baptiste Biaggi, qui me contredirait La prescription est un progrès. Mais prescription pénale ne veut pas dire prescription morale. Surtout quand il n’y a pas eu procès pénal. Or le communisme existe toujours. Donc je suis pour le procès moral de ceux qui ont tué, torturé, il y a cinquante ans, ce qui n’exclut pas le procès pénal aujourd’hui au Vietnam, en Chine, dans tous les pays qui ont souffert du communisme ou qui en souffrent encore. Mais, pour nous, nous voulons juger d’un cas particulier, qui est celui de l’extermination, car c’est de cela qu’il faut parler, à partir du moment où il y a à peine 30 % de survivants dé l’extermination de nos soldats français en Indochine. Et donc nous allons juger le 9 novembre, à la Mutualité, du cas particulier des camps de la mort d’Indochine, du cas particulier du camp 113.

– Pourquoi ce camp 113. Vous dites camps de la mort. C’étaient des camps d’internement et de rééducation. Pourquoi camps de la mort ?

– Oui, c’est ça, parce que tout est sémantique, parce qu’on mourait au camp 113 exactement comme on mourait à Dachau, à Auschwitz …

– Il y a des statistiques là-dessus ?

– les statistiques sont très exactement les mêmes qu’à Auschwitz. Je ne vais pas faire des comparaisons morbides, mais 70 % de morts dans les trois mois, on ne peut guère faire pire. On est là dans les statistiques qui sont celles des camps d’extermination du nazisme. 

– Vous dites Boudarel, puisqu’il s’agit de lui, c’est un camp particulier. Il répond : moi, je n’ai torturé personne, moi je n’ai tué personne.

– Oui, mais d’ailleurs les SS qui montaient la garde à l’extérieur des camps ne tuaient personne ni ne torturaient personne. C’était la même réponse. On mourait à l’intérieur des camps de concentration allemands où il n’y avait que les kapos de Marcel Paul, comme le dit Marcel Dassault dans Le petit talisman illustré, numéro spécial de Jours de France : lorsque je me retrouve à Buchenvald, on mourait beaucoup à l’intérieur des camps de Buchenvald mais les SS ne rentraient jamais à l’intérieur des camps. Tout était confié à la direction de Marcel Paul et de ses kapos.

Ne parlons pas de Buchenvald, parlons de Boudarel. Lui, sur quoi va porter l’accusation ?

– Je ne veux pas dire que c’est le procès de Boudarel…

– Le procès que vous allez faire, c’est celui des camps, le procès des méthodes communistes contre les prisonniers français en Indochine ?

– C’est ça, avec probablement le cas particulier de kapos d’origine française, de commissaires politiques d’origine française, qui certainement ont été amnistiés par la loi française, comprenne qui pourra … Cela désormais appartient à l’histoire.

– Donc, c’est un procès historique. 

– C’est le procès historique du camp 113. Parce que c’est un camp d’extermination dans la pratique. Alors on dira : mais ils ne mouraient pas fusillés, torturés, ils mouraient comme on mourait à Auschwitz. Ils mouraient comme l’on mourait dans d’autres camps du goulag ou ailleurs. Ils mouraient de faim, de privations, de dysenterie, dans les conditions les plus atroces qui soient, c’est-à-dire attachés à des pieux, dans ce qu’on a appelé la cage aux buffles.

– La cage aux buffles, c’était quoi ? Une punition ?

– Une punition pour ceux qui ont fait une tentative d’évasion. Ils sont attachés, pieds et mains liés, dans la fange des buffles, dans leurs propres déjections, dans l’horreur des moustiques qui les piquent sans cesse. Les insectes qui les dévorent et, lorsqu’ils ne peuvent plus remuer, des rats qui terminent le travail. II n’y a peut-être pas ce qu’on a appelé une extermination scientifique d’Auschwitz par le biais de procédés tels que la chambre à gaz. Mais c’est un mode d’extermination, selon le colonel Weinberger – colonel juif rescapé, qui a connu à la fois Auschwitz et les camps d’Indochine, il y a des gens comme ça qui ont toutes les chances dans la vie. Au moins, dit-il, dans les camps de concentration du nazisme, on ne m’obligeait pas à chanter dehors le Horst. Wessel Lied et à crier «Vive Hitler». Tandis que dans les camps du Viêt-minh on m’obligeait à chanter l’Internationale et proclamer la gloire de Staline et de l’oncle Ho.

– C’est donc le lavage de cerveau et l’humiliation systématique sous la contrainte.

– Voilà. Celui qui répondait favorablement aux interrogations de Boudarel était placé sur une liste de libérables.

– C’est donc l’incitation à la trahison systématique

– Et à la délation. Toutes formes de persécution morale. Le général de Lattre a dit : « Non seulement ils voulaient nous exterminer mais ils voulaient nous voler notre âme. » Les soldats français, emprisonnés dans les camps nazis, on ne leur lavait pas le cerveau et on ne leur promettait pas la liberté ou des punitions selon qu’ils adoptaient ou non les thèses nazies, Tandis que dans les camps du Vietnam, avec des commissaires politiques français, si vous avez votre cerveau bien lavé vous n’avez pas de punitions et vous êtes libérable. Si vous nous résistez, on vous punit et on vous met aux buffles.

– B A, nous allons quitter un peu l’Indochine puisque le problème finalement, c’est la pédagogie de l’histoire. Dans le procès Papon, on parle aussi de la guerre d’Algérie en présentant notamment un épisode secondaire qui est la manifestation du 17 octobre 1961 comme une répression policière épouvantable au détriment des pauvres manifestants pacifiques du FLN. Alors je voudrais que vous fassiez un peu d’histoire de la guerre d’Algérie puisqu’il s’agit de faire de la pédagogie.

– Ce qui est extraordinaire, c’est que la France ne vit plus que sur le passé, ce qui est le propre des pays en déclin. L’actualité, c’est le passé, et ça c’est tout de même grave. Et voilà pourquoi d’ailleurs je me bats aussi sur le passé. Certains de mes amis me disent :  « Mais ne parle pas de tout ça, c’est fini ». Non, ce n’est pas fini ! L’adversaire nous impose de ne parler que sur ce qui est apparemment révolu. Allons-y. L’actualité aujourd’hui, c’est l’ignominie des massacres en Algérie, des enfants coupés en morceaux, décapités, les femmes éventrées avec leurs enfants dans le ventre, les jeunes filles emmenées pour servir à des mariages qualifiés d’islamistes, etc. C’est une horreur quotidienne en Algérie qui nous renvoie à Mélouza, à la pratique du FLN …

– Mélouza, tous les lecteurs ne savent pas, il faut nous le dire …

– Mélouza, effroyable massacre parmi d’autres commis par le FLN contre un village qui était suspect de n’être pas sensible à sa propagande et où furent en une seule nuit exterminés plus de quatre cents femmes et enfants, violés, décapités et coupés en morceaux. Exactement ce que nous avons tous les jours. Quand aujourd’hui les Vidal-Naquet et consorts osent nous ressortir la répression de la police française en 1961, il faut rappeler que c’était une répression contre une manifestation encadrée par les tueurs, par les tortionnaires du FLN qui torturaient dans les pires conditions, car faut-il aujourd’hui, il le faudrait probablement, réactualiser les photos de nos soldats que l’on découpait vivants, que l’on empalait. Toutes les horreurs qui sont celles, il faut bien le dire – est-ce du racisme que de dire cela ? – d’une atroce culture tout de même.

– On dit qu’en octobre 1961, c’était à Paris, que ce n’étaient pas les mêmes, que c’étaient de braves gens.

Ce qui sous-entendrait que les Algériens qui viennent en France deviennent radicalement différents de ce qu’ils sont en Algérie ? Je constate, moi, qu’il y a une réalité de règlements de comptes parfaitement terrifiante dans …

– Il y avait du racket, il y avait des assassinats en France ?

– En France, racket, assassinats, tortures, comme il y en avait en Algérie. Et aujourd’hui on peut craindre, car la population est tout de même la même avec les mêmes clivages, que ce qui se passe en Algérie ne soit transporté en France. Parce que quatre millions, ou deux millions pardon, d’Algériens de France sont différents de dix millions d’Algériens en Algérie.

– En particulier, on dit aujourd’hui que les Algériens qui viennent se réfugier en France sont des progressistes du FLN …

– En France, je peux vous signaler le cas de Danielle Minne qui est venue se réfugier en France. On l’a même reçue à l’Université de Toulouse-Mirail. Danielle Minne, ce n’est pas une Algérienne d’origine, mais une Française qui a épousé un chef de villaya. Danielle Minne est l’auteur de l’attentat de l’Automatic à Alger qui, en 1957, entraîna la mort de sept personnes dont quatre enfants et soixante-sept blessés amputés à vie. Danielle Minne est accueillie aujourd’hui à l’Université de Toulouse-Mirail. Je pose la question : est-ce qu’on accueillerait, dans n’importe quelle université française, un terroriste palestinien, auteur d’un attentat qui, à Tel-Aviv, aurait coûté la mort de sept personnes dont quatre enfants, et de soixante-sept blessés ? Je pose la question : cela est-il possible, imaginable un seul instant ? Alors, pourquoi est-ce qu’on accueille Danielle Minne à l’université de Toulouse ?

– D’autres disent : c’est vrai, il y a de graves exactions, mais le FNL, c’est le moindre mal, parce que, quand même, ça peut représenter le progrès contre les islamistes. Que répondez-vous à cela ?

– Cela est parfaitement dérisoire parce que la différence entre islam et islamisme c’est un truc d’intellectuel occidental, parce que la réalité c’est que nul ne sait en Algérie qui assassine qui, nul ne sait en Algérie qui commet les massacres, en tous cas ces massacres sont exécutés, sont ordonnés par des gens qui travaillent à quelques centaines de mètres des postes de l’armée algérienne, nous savons bien là qu’il s’agit d’une atroce affaire de règlements de comptes.

– Dès le départ, les islamistes et le FLN sont ensemble depuis les accords de la Souma ?

– Bien entendu. Dès 1954, islamistes, extrémistes et terroristes extrémistes se conjuguent dans le FLN.

– Qui a intérêt, qui est derrière cette entreprise, aussi bien dans le procès Papon, concernant les années dites les plus sombres etc, que sur l’Indochine ou que sur l’Algérie ? Quelle est la vérité sur les menteurs, en quelque sorte ?

– En réalité, je crois que nous nous heurtons à une pulsion masochiste puissante de haine anti-française. Nous sommes à cette fin du XXe siècle dans un combat entre une vision réaliste saine et l’adversaire antinational. La Providence fait que l’humanité est ordonnée en nations dont on peut espérer de l’harmonie, de la complémentarité. Et puis une vision de haine contre cet édifice national et on peut dire qu’aujourd’hui on tient à essayer dans notre pays particulièrement, parce que c’est la nation par excellence, à éradiquer tout ce qui tendrait à conserver cette nation.

– Donc, en clair, c’est le mondialisme. Dans ce mondialisme, est-ce qu’on peut dire ou est-ce que je me trompe, qu’il y a une convergence d’intérêts entre un communisme qui n’est pas mort et un appareil américain qui a ses propres vues.

– Cela est ancien et c’est une invite au travail car cela fait longtemps que la ténébreuse alliance existe entre le capitalisme apatride et le socialisme international. Je pense que, dès le départ de la hideuse révolution d’octobre, un certain nombre de forces ont penché pour, non pas peut-être une alliance, non pas peut-être pour un soutien, mais en tout cas pour une recherche de communauté d’intérêts avec elle. Ce qu’il faut voir, c’est qu’il y a eu dans l’histoire du communisme, une rupture avec Staline. Avec Staline, c’est l’opposition entre la IVe et la IIIe internationale. Staline à Trotsky. Mais aujourd’hui nous en sommes revenus au communisme léniniste, c’est-à-dire anti-stalinien. C’est cela qu’il faut bien comprendre. Et sous le couvert du soi-disant antiracisme, qui établit une dialectique de substitution à la dialectique de la lutte des classes, on établit en réalité une dialectique de haine entre les partisans de la vieille révolution bolchevique et ceux qui demeurent attachés aux réalités des légitimes préférences, culturelles, familiales, patriotiques. Ce que l’on appelle l’antiracisme aujourd’hui, c’est la haine du réel. Bernard-Henri Lévy nous aide à comprendre cela qui, dans son livre L’idéologie française, jette un grand cri de haine, nihiliste, contre le réel. Il n’aime rien de ce que nous aimons. Donc il faut bien comprendre que, sous le vocable d’antiracisme se cache un formidable cri de haine contre l’être. C’est là que la politique débouche sur la métapolitique, débouche finalement sur un au-delà qui est philosophique, qui est religieux, qui est mystique.

Propos recueillis par M P National Hebdo du 30 octobre au 5 novembre 1997

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s