Idée prussienne, destin allemand 2/5

Et c’est ce trait qui explique, dans son histoire, l’importance prise par l’armée, la “militarisation” de l’administration, l’importance aussi d’une véritable aris­tocratie enracinée dans la classe populaire et dans le milieu rural. Mais il est alors d’autant plus remarquable que cette Prusse “aristocratique et militaire” ait été aussi, dès le XVIIe siècle, un centre de tolérance reli­gieuse et intellectuelle, et qu’au XIXe siècle elle se soit caractérisée par l’audace de ses réformes sociales.

La Prusse apparaît ainsi comme le pays où les grandes contradictions du monde moderne ont paru se résoudre. La liberté authentique n’y a pas été vécue comme opposée à la plus stricte discipline. La volonté historique n’y a pas été entamée par l’esprit de tolérance. La conscience nationale s’y est édifiée par le moyen du sens communautaire et social. Le pays d’Albrecht l’Ours et des Teutoniques, de Fichte et de Savigny, de Hegel et de Kant, de Scharnhorst et de Bismarck, de Bebel et de Rosa Luxemburg, de Niekisch et de von Stauffenberg est à prendre en bloc – et si le débat de ces derniers mois s’est trouvé dès le départ faussé, c’est que chacun a voulu y tirer la couverture à soi, sans réaliser qu’il n’y a pas une “Prusse monarchique” et une “Prusse répu­blicaine”, une “Prusse réactionnaire” et une “Prusse révolutionnaire”, une “Prusse des Teutoniques” et une “Prusse des Lumières”, mais une seule et même Prusse, dont l’histoire est illuminée et comme symbolisée par la figure, elle-même “contradictoire” au plus haut degré, de ce grand “despote éclairé”, célébré par Thomas Mann, que fut Frédéric II, une seule et même Prusse dont les contradictions font à la fois la normalité, la richesse et l’exemplarité (2).

C’est pourquoi il n’est pas in-signifiant que cette Prusse démantelée en 1945 et “interdite” 2 ans plus tard pour cause de “militarisme”, alors qu’elle avait été jusqu’en août 1932 le bastion de la résistance au national­-socialisme, revienne aujourd’hui à l’ordre du jour. Dans l’idée et le fait prussiens se trouvent contenus tous les sujets qui continuent aujourd’hui d’agiter la conscience allemande : permanence et validité d’un certain “style” et d’un état d’esprit, évolution des rapports entre les Germains et les Slaves (les Allemands et les Russes), exem­plarité du soulèvement antinapoléonien, problème de l’attitude vis-à-vis du passé et de la “rééducation” (Umer­ziehung) intervenue depuis 1945, complémentarité “naturelle” de l’Allemagne prussienne et de l’Allemagne rhénane ou bavaroise, enfin et surtout question de l’identité nationale allemande.

« La Prusse — écrit Laurent Dispot — est aussi dans l’actualité parce qu’on sent bien qu’une intervention des pays de l’Est en Pologne s’appuierait principalement sur l’Allemagne de l’Est… Verra-t-on cette répétition halluci­nante : des chevaliers teutoniques à l’étoile rouge, et encore une fois un partage de la Pologne entre Russie et Prusse ? » (Le Matin, 21 août 1981). Bismarck, lui, envisageait le problème autrement. « Si la puissance de la Prusse vient à être brisée, déclarait-il, alors l’Allemagne subira le sort de la Pologne ». Mais est-ce alors les Polonais qui connaîtront le sort des Allemands, ou les Allemands celui des Polonais ? Depuis bien des années déjà, les Allemands s’étaient habitués à voir dans la Prusse la “part maudite” de leur histoire. On ne peut dire qu’ils aient à cet égard entièrement changé d’avis. Mais au moins, le “refoulé” fait surface. On en parle, et c’est déjà important. « Les Allemands de la RFA et de la RDA doivent réfléchir à leur identité — dit encore Rudolf von Thadden — et celle-ci passe par la Prusse » (art. cit.). C’est un fait que les Allemands, à l’Ouest comme à l’Est, ne peuvent retrouver leur mémoire qu’en se penchant sur les fondements communs d’une histoire dont la Prusse est le cœur. Pour eux, toute réappropriation d’un sentiment (normal) d’identité nationale passe par une réflexion sur le fait prussien. Tel est bien à cet égard le paradoxe : que la terre la plus divisée du pays le plus divisé d’Europe constitue, une fois encore, un chemin vers l’unité, ou, si l’on préfère, que la Prusse, après avoir réalisé l’unité allemande par sa présence historique et politique, soit encore aujourd’hui en mesure de la refaire par son absence. C’est en cela que la Prusse, sans “mythe” à l’origine, peut effectivement devenir aujourd’hui un mythe fondateur. C’est en ce sens qu’elle peut suggérer aux Européens, au terme d’une nouvelle “guerre de libération”, de se “couronner” eux-mêmes — ainsi que le fit Frédéric Ier, en 1701.

A. de B.

  • (1) Pour Wolfgang Venohr, co-auteur avec Sebastian Haffner de Preussische Profile (Athenäum, Königstein/Ts, 1980), la grande différence entre la Prusse et les 2 principaux États allemands actuels, est que la première fut le sujet de sa propre histoire, et non l’objet de l’histoire des autres. De son côté, dans les Westermanns Monatshefte (juillet 1981), Hellmut Diwald a rappelé que la Prusse, avant d’être un État, a d’abord été une idée (et notamment l’idée de cet État). Ce propos rejoint ce qu’avaient dit, chacun à sa façon, Oswald Spengler (Preussentum und Sozialismus) et Ernst von Salomon (Der tote Preusse).
  • (2) La relation entretenue par la Prusse avec la France n’échappe pas, elle non plus, à ce caractère contradictoire. Considérée au début de ce siècle comme l’incarnation même de la “barbarie germa­nique”, la Prusse fut, plus qu’aucune région d’Allemagne, marquée par l’influence française, tant politique et économique qu’administrative, intellectuelle et militaire. Avec l’édit de Potsdam, en 1685, elle fit figure de terre d’accueil pour des milliers de huguenots français persécutés dans leur pays après la révocation de l’édit de Nantes. Par la suite, la “francophobie” y fut surtout le résultat de l’occupation française à l’époque de Napoléon et de la perpétuation de l’esprit de résistance que cette occupation suscita. Guillaume Ier fut couronné à Versailles en 1871. Mais en 1867, trois ans avant l’ouverture des hostilités avec Berlin, les canons prussiens provoquaient l’admiration générale à l’ex­position universelle de Paris, et Napoléon III élevait l’industriel Krupp, qui les fabriquait, à la dignité de chevalier de la Légion d’honneur !


Bibliographie

Le catalogue de la grande exposition de Berlin a paru sous le titre Preussen – Versuch einer Bilanz (Rowohlt, Reinbek bei Hamburg, 1981). Il comprend 5 volumes, respectivement consacrés à l’expo­sition elle-même, à la culture politique, aux aspects sociaux, aux arts et aux lettres, et à la Prusse au cinéma. Vol. 1 : Gottfried Korff et Winfried Ranke (Hrsg.), Preussen : Versuch einer Bilanz. Ausstellungsfüh­rer ; vol. 2 : Manfred Schlenke (Hrsg.), Preussen : Beiträge zu einer politischen Kultur ; vol. 3 : Peter Brandt, Thomas Hofmann et Reiner Zilkenat (Hrsg.), Preussen : Zur Sozialgeschichte eines Staates ; vol. 4 : Hellmut Kühn, Preussen : Dein Spree-Athen. Beiträge zu Literatur, Theater und Musik in Berlin ; vol. 5 : Axel Mar­quardt et Heinz Rathsach (Hrsg.), Preussen im Film. Cf. aussi : Berliner Festspiel Gmbh (Hrsg.), Le Musée sentimental de Prusse (Frülich v. Kaufmann, Berlin, 1981).

Parmi les ouvrages sur la Prusse parus en Allemagne fédérale durant la seule année 1981, les plus intéressants nous ont paru être les suivants : Francis L. Carsten, Die Entstehung Preussens (Ullstein, Berlin, 1981) ; Hell­mut Diwald (Hrsg.), Im Zeichen des Adlers : Porträts berühmter Preussen (Gustav Lübbe, Bergisch Gladbach, 1981) ; Sebastian Haffner, Preussen ohne Legende (Goldmann, München, 1981) ; Reinhard Höhn, Scharnhorst : Soldat, Staatsmann, Erzieher (Bernard u. Graefe, München & Verlag für Wissenschaft, Wirtschaft und Tech­nik, Bad Harzburg, 1981) ; Bethold Maack, Preussen, Jedem das Seine (Grabert, Tübingen, 1981) ; Hans Otto, Gneisenau, Preussens unbequemer Patriot (Wilhelm Heyne, München, 1981) ; Leopold von Ranke, Preussis­che Geschichte, 1415 bis 1871 (Goldmann, 1981 ; Hrsg. v. Hans-Joachim Schoeps) ; Hans-Joachim Schoeps, Bismarck über Zeitgenossen – Zeitgenossen über Bismarck (Ullstein, 1981 ; rééd.) ; Gustav Sichelschmidt, Grosse Preussen : Zwölf biographischen Skizzen (Türmer, Berg, 1981) ; Gustav Sichelschmidt, Preussen, die immer junge Idee (Arndt, Kiel, 1981) ; Gustav Sichelschmidt, Ernst Moritz Arndt (Stapp, Berlin, 1981) ; Udo Walendy, Deutsches Schicksal Westpreussen (Verlag für Volkstum und Zeitgeschichtsforschung, Vlotho / Weserr, 1981) ; Wolfgang Venohr, Fritz der König (Gustav Lübbe, 1981).

Signalons aussi : Peter Brandt et Reiner Zilkenat (Hrsg.), Preussen : Ein Lesebuch (LitPol, Berlin, 1981) ; Otto Busch et Wolfgang Neugebauer (Hrsg.), Moderne preussische Geschichte, 1648-1947. Eine Anthologie (Walter de Gruyter, Berlin, 1981, 3 vol.) ; Karl Heinz Clasen, Ostpreussen (Weidlich, Frankfurt/M., 1981) ; S. Fischer­Fabian, Preussens Krieg und Frieden : Der Weg ins Deutsche Reich (Droemer Knaur, München, 1981) ; Frie­drich der Grosse, Gespräche mit Henri de Catt (Deutscher Taschenbuch Verlag, München, 1981) ; Martin Greif­fenhagen, Die Aktualität Preussens. Fragen an die Bundesrepublik (Fischer, Frankfurt/M., 1981) ; Die grosse Preussenfilme, 1921-1945 (Olms, Hildesheim, 1981, 2 vol.) ; Hans-Bernd Spies, Die Erhebung gegen Napo­leon, 1806-1814/15 (Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt, 1981) ; Rudolf von Thadden, Fragen an Preussen : Zur Geschichte eines aufgehobenen Staates (CH Beck, München, 1981) ; Horst-Günter Benkmann, Königsberg (Pr.) und seine Post (Schild, München, 1981).

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s