Voilà où mène le laxisme du gouvernement en matière d’emploi de migrants clandestins par des entreprises véreuses.

Un mois et demi après le mouvement de grève de quelque 200 travailleurs sans papiers lancé par la CGT dans une dizaine d’entreprises d’Ile-de-France, une enquête pour « emploi d’étrangers en situation irrégulière » est en cours. Cette procédure vise l’entreprise de collecte des déchets Sepur (une bande d’ignobles crapules esclavagistes et donc immigrationnistes) et est conduite par l’inspection du travail, sous la supervision du parquet de Versailles. « Des contrôles de l’inspection du travail ont mis en évidence plusieurs infractions sur l’emploi d’étrangers sans titre, confirme le ministère de l’intérieur. Il y a des conditions de travail qui frisent l’exploitation. Il y aura des conséquences pour les employeurs, des sanctions administratives, des poursuites judiciaires. » Hélas, comme toujours, rien de sérieux ne sera entrepris contre ces alliés du pouvoir et acteurs résolus du « Grand Remplacement ». Nous devrions être Morts de rire.

Mais, hélas, nous sommes consternés !

Du 25 octobre au 17 novembre, 59 éboueurs sans papiers, embauchés par le biais des sociétés d’intérim Mistertemp’ et Drop Intérim (nous nous souviendrons d’elles lorsque le contexte politique nous sera favorable…), s’étaient mis en grève pour réclamer leur régularisation.

En parallèle de l’enquête en cours, au moins huit éboueurs sans papiers, maliens et mauritaniens, ont déposé plainte fin octobre et début novembre pour « extorsion ». D’après les procès-verbaux d’auditions, la plupart d’entre eux accusent deux chefs d’équipe du dépôt Sepur de Villejust (Essonne) de leur avoir soutiré de l’argent, en échange de quoi ils pouvaient travailler malgré leur situation administrative. Certains travaillaient à temps plein comme « ripeurs » depuis 2019, dans les Hauts-de-Seine, l’Essonne, en Seine-et-Marne, en Seine-Saint-Denis ou encore dans le Val-d’Oise.

Ainsi, Ousmane, un éboueur mauritanien sans papiers, explique dans son audition qu’à partir de décembre 2020 il devait donner « 100 euros par mois » à ces deux chefs. « Si je ne les payais pas, ils ne m’appelaient plus », assure-t-il. Pour pouvoir être déclarés en dépit de leur situation irrégulière, la plupart des plaignants recouraient à des « alias », procédé courant qui consiste à travailler en utilisant les documents d’identité d’une autre personne, en situation régulière, à l’insu ou avec la complicité de l’employeur. C’est une situation que ne cessons de dénoncer sans être entendus, depuis de nombreuses années. Mais aucun de nos dirigeants politiques ne parviendra à nous faire croire qu’ils ne le savent pas et qu’ils en sont donc complices. Même si c’est au nom d’un irrépressible besoin de mains d’oeuvre, il s’agit là de ce que nous appelons un  » goutte à goutte migratoire  » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/11/02/le-goutte-a-goutte-migratoire-demmanuel-macron-se-poursuit-en-silence/) et donc d’une manoeuvre immigrationniste déguisée.

Certains ont aussi eu recours à des faux documents d’identité, à l’instar de Moussa, qui rapporte avoir été « racketté » par ses supérieurs à partir du mois de janvier : « Au début, quand j’ai commencé à travailler avec eux, je leur ai remis une fausse carte nationale d’identité française. Ils se sont aperçus que c’était un faux document, et à partir de ce moment-là ils ont commencé à me faire du chantage en me disant de payer 200 euros chaque mois sinon ils mettaient fin à mon contrat. »

Quatre des plaignants évoquent un prélèvement de 10 % sur leur salaire mensuel. C’est le cas de Malle, mauritanien, qui aurait été ponctionné à partir du mois d’avril. « Ils nous ont pris de l’argent depuis le premier jour où j’ai mis le pied dans la société (…). Quand ils ont su que je n’avais pas de papiers (…) [un chef d’équipe] m’a dit : “Tu travailles grâce à moi”, donc chaque fin de mois, je lui dois 10 % de mon salaire ! Il a conclu : “Tout le monde est content, toi tu travailles et moi je prends des risques donc c’est normal.” » Ajoutez à ces horreurs le regroupement familial et vous obtenez le

« Grand Remplacement »

La directrice des ressources humaines de l’entreprise Sepur, Claire Héry, assure n’avoir « aucune information » ni « aucune preuve » concernant les pratiques dénoncées. « On est peut-être sur des actes isolés qui ne doivent pas altérer l’image de l’ensemble des manageurs », souligne-t-elle. Le groupe Sepur compte quelque 250 manageurs pour un effectif total de 2 500 salariés, dont un millier de ripeurs. La société a en outre recours à quelque 500 intérimaires. « Si ces pratiques étaient avérées, elles seraient condamnées par la plus grande sévérité », ajoute la DRH. Ben voyons ! Dirait Eric Zemmour.

Mme Héry assure en outre qu’« il y a plus de 40 % de salariés étrangers dans l’entreprise, qui ont tous présenté des titres de séjour en cours de validité ». La DRH considère que les sociétés d’intérim pour lesquelles travaillaient les éboueurs sans papiers auraient été victimes de « faux porteurs de vrais papiers ».

D’après la CGT, une majorité des éboueurs grévistes sont aujourd’hui en voie de régularisation. Place Beauvau, on indique qu’au total, à la suite du mouvement de grève du mois d’octobre, organisé dans une dizaine d’entreprises de la restauration, du bâtiment, de la livraison ou encore de la logistique, « environ 200 personnes » se verraient accorder un titre de séjour. Nous ne saurions être plus explicites…

Ou comment le pouvoir se rend complice de ces malversations. Une immigration 2.0 !

Le 23 décembre 2021.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2021/12/23/voila-ou-mene-le-laxisme-du-gouvernement-en-matiere-demploi-de-migrants-clandestins-par-des-entreprises-vereuses/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s