Et ce n’est pas avec du « bio » qu’on nourrira la planète…

N’importe quel Media ferait l’affaire. N’importe lequel de ces cuistres que l’on appelle journaliste, ou expert ou spécialiste qu’on dit cuisinier ou restaurateur – quatre, cinq, dix étoiles -. À longueur de charabia, ils font référence à leur terroir, leurs condiments de proximité qu’ils affirment ne trouver nulle part ailleurs, leurs herbes sacrées, leurs chouchoutes ou leur panais extraordinaires… Qui font les savants avec les légumes de tradition, les viandes, les vins, bref tout ce qui pousse, grandit, fleurit dans les bocages, vergers, jardins de leur grand-mère… Ajoutez-y la basse cour d’à-côté, la pintade, la cane, le chapon authentiques, la bergerie ou l’étable dont ils connaissent le maître, celui qui porte béret et mâchouille une chique ou un mégot. Inscrits au Michelin et vantés par le Gault et Millau ou par le Fooding, nouveau guide de la mode alimentaire, voici les grands et respectables hôteliers qui, l’emphase technicienne et la pointe d’accent juste ce qu’il faut de morvandiau ou de gascon, débarquent tous les dimanches matins dans les débats radio-télévisés, brandissant la recette originale et facile à faire que vingt mille cuisinières familiales mettront ce matin là sur la table dominicale.

Depuis quelques mois les grands discours d’hier des Oliver, des Petitrenaud ou des Coffe évoquant surtout le terroir et les traditions, ont changé d’humeur, sont devenus ringards. Ce qui compte c’est la « proximité » et le « bio », le panier maraîcher qu’en langage écolo on nomme Amap, Association pour le maintien d’une Agriculture Paysanne. Écoutez Laurent Mariotte évoquer la pomme de terre bonnette de Noirmoutier ou François-Régis Gaudry, champion de la cuisine populaire de grand-mère. L’un et l’autre seraient bien incapables de faire pousser une carotte ou d’élever huit poules et un coq. Ils ont ces mots de « proximité » et de « bio » plein la bouche même quand le premier ne répugne pas à consacrer son émission à la cuisine tropicale et le second une heure durant invite une restauratrice d’Oran et la fait débiter des « recettes algériennes » qui depuis des décennies font le bonheur de tous les livres de la cuisine pied-noir. Terminant son numéro d’esbroufe par une ode aux vins d’Algérie – coteaux de Marnia ou de Mascara garantis ou élevés dans la région d’Ain Temouchent, future Napa Valley algérienne. En tout 20 000 hectares contre les 390 000 d’avant l’indépendance…

La parenthèse colonialiste refermée, reprenons le cours de notre démonstration. C’est une chose de parler d’une agriculture ayant vocation à nourrir entre 7,5 milliards et 10 milliards de tubes digestifs, alors que chaque année des centaines de millions de paysans fuient leurs campagnes et s’entassent dans des conurbations où ils consomment d’autant plus qu’ils ne produisent plus rien, et se faire plaisir à coups de grandes rêvasseries sur l’agriculture bio ou de proximité. Sur les micro-jardins conduits en permaculture, ce fantasme doucereux des bobos des centres-villes, ou sur les productions imaginaires des toits de Paris – 100 hectares que les hurluberlus de la planète Hidalgo prétendent transformer en hydroponique. Incapables de seulement comprendre que rien n’est plus détestablement contraire à une forme naturelle ou biologique d’agriculture que celle pratiquée dans des sacs de substrats artificiels à coups d’irrigation à base additifs chimiques : azote, phosphore, potassium. Auxquels sont incorporés toutes sortes de compléments de synthèse rendus nécessaires par la surproduction, par la culture sur culture, par l’absence de renouvellement sanitaire des lieux de production. Ce sont de telles inepties par lesquelles on mesure l’effarante stupidité des journalistes qui les colportent. L’agriculture est par elle-même une des activités humaines les plus complexes, voire périlleuses et aléatoires. Elle exige de ceux qui la pratiquent une expérience rare et bien souvent se transmet jalousement le génération en génération. À plus forte raison lorsqu’il s’agit de techniques extrêmement sophistiquées et d’expérimentation récente.

On peut apprendre dans les écoles et instituts agronomiques à devenir mécanicien ou électrotechnicien, ce que sont tous les agriculteurs de pointe auxquels on demande uniquement d’être virtuoses de l’électronique embarquée. Mais la plupart d’entre eux ne savent plus rien du climat, devenus aveugles dès que les jobards de Météo-France se mettent en grève. Ignorant tout de la faune et de la flore dès l’instant où leurs ordinateurs coincent. Lorsque 1 % de la population du monde est appelée à nourrir les 99 % restants, il faut être tête d’œuf de l’OMS ou de la FAO pour imaginer que la famine sera vaincue par l’agriculture « bio ». L’affirmer c’est simplement montrer qu’on n’a jamais rien produit en dehors des serres de l’INRA (Directeur : Philippe Mauguin, Ingénieur agronome, Rhône-Poulenc, Ecole des Mines, ADEME, cabinets ministériels), des Laboratoires du CIRAD (Directeur : Michel Eddi, énarque dont la brillante carrière s’est limitée à la recherche publique) ou du CEMAGREF ( directeur : Jean Marc Boumigal, vétérinaire pendant 27 ans dans l’administration ou les cabinets ministériels). Aucun d’entre eux n’a la moindre formation et la moindre attirance vers l’agriculture de proximité, bio ou naturelle, pour ne rien dire encore de la biodynamie, le plus crédible et le plus sain en matière d’alimentation humaine. Aussi faut-il regarder les choses en face. On n’est pas prêt en France à nourrir à coup de « bio » les « Français » qui croissent de plus d’un million par an, les millions d’autres que la compassion débile nous promet et les 175 millions de touristes que nous attirons triomphalement chez nous chaque année. Il n’y a pas d’autre vérité que celle-ci.

Petrus AGRICOLA. Rivarol du 15 décembre 2016

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s